Le plus important forum indépendant de discussions politiques. Commentez l'actualité, participez aux débats sur les réformes et les lois.

Discutez des problèmes économiques et sociaux: temps de travail, retraites, conflits sociaux, de vos expériences heureuses ou malheureuses dans le monde du travail, etc...

Modérateur : Équipe de modération

par jabar
#4509482
Ca me parle ce que tu dis Sinistre.
Gérer des gens est une chose passionnante qui m'a fait beaucoup évoluer au cours des années. Auparavant j'étais extrêmement sec et exigeant. Cela avait pour avantage de donner de l'élan à ceux ayant un minimum de motivation car je me rendais compte que la gratitude que j'exprimais avec parcimonie avait un poids énorme. Et cela poussait les paresseux à partir m'épargnant bien de complications administratives. Avec le recul je regrette un peu cette méthode qui n'était pas consciente mais plus le fruit de ma personnalité. Je sais que dans le tas j'ai peut être gâché de réels talents.
Maintenant je fais preuve de beaucoup plus d'empathie, non pas dans le sens affectif mais afin de comprendre quel autre trait un individu peut exhaler. Il y avait quelques années, je travaillais pour une banque qui m'avait assignée une équipe ou l'un des individus ne faisait clairement pas le poids dans ce qui était demandé de lui. Je l'avais vite senti, je lui ai mené l'enfer avant qu'il se décide à partir de lui même. J'ai recroisé ce même gars il y a quelques semaines sur un autre projet ou il mène un travail formidable. Présent, avec un sens de l'anticipation et de l'organisation, d'excellents qualité de communication, ce sont des traits que j'aurais pu utiliser si je n'avais pas tant restreint mes exigences à son égard.
Il reste des cas désespérés, j'en croise mais c'est en fait très rare. Aux aptitudes de rendement et de vertu que l'on exige d'un employé, il nécessite aussi des qualités de vision et de valorisation au gérant.
Cependant je distingue bien le monde du travail et la solidarité au niveau étatique qui sont très différentes dans leurs finalités.
A l'entreprise, la productivité, la qualité et l'évolution.
A l'état la solidarité universelle pour des raisons pas forcément neuneu: l'instauration d'un climat non décourageant à l'entreprise, la contention de la criminalité et la prévention de goulets d'étranglements en économie (si si, l'aide sociale n'est pas une candide dépense dans le vide, elle a une fonction économique, on devrait en causer un jour).
Raphaëlle a/ont remercié ça
Avatar du membre
par Francis 15
#4509502
C'est marrant c'est ce qui va arriver à mon patron inçessamment sous peu. A force qu'il gueule sur moi et qu'il ait des exigeances totalement irréalistes et fantaisistes, je vais probablement me barrer.

Or ce que ce crétin présomptueux n'a toujours pas compris, c'est que je connais en détail tout les problèmes et vices de ce chantier qu'il ne veut pas voir et personne ne sera en mesure de reprendre ce chantier qu'il a bien trop mal négocié.

Je vais donc probablement partir séchemment sans préavis et il perdra ce chantier que j'aurais su garder s'il avait manifesté un peu plus de respect envers ma personne, et moi j'irais de ce pas proposer mes services à la concurrence.

Pas mal de managers ou de patrons feraient bien de se remettre en question, plutôt que de pressuriser leurs employés jusqu'à ce qu'ils craquent.
Avatar du membre
par katou
#4509508
sinistrevent a écrit :
12 août 2018, 13:19
La première raison est corrélé à la seconde. L'aide peut être à la fois matériel et à la fois moral. La raison 1, c'est le matériel et le pratique, la raison 2, c'est l'éthique, la morale et l'exemplarité.

Je reste persuadé que, ce qui te gêne, ce sont les mots et non la réalité. Pour ma part, puisque j'ai dit ce que j'avais à dire et que je ne vais me répéter plus avant, je suis droit dans mes bottes. Dans mon boulot, avec les jeunes, je suis un connard. Ils savent trés bien et très vite que je ne suis pas maternant, que je ne tolère ni les feignasses ni les j'enfoutistes. Du coup ça avance vite et bien pour certains, les bons et bosseurs, pour les pas doués, semi-débiles et autres qui restent bosseurs et font de leur mieux (même si leur mieux ce n'est pas grand chose), ils restent intégrés au groupe, content de bosser comme les autres, de suivre les ordres de créer quelque chose à partir de matière brute, d'apprendre à percer, souder, fileter, et puis j'ai les autres, un quart environ, ils deviennent les repoussoir, les contre-exemple, ceux qui vont s'exclure d'eux-mêmes car ils ne veulent pas bosser et n'ont aucune notion ni de l'effort ni du respect de l'autorité ou du travail bien fait. Ceux-là n'arriveront à rien et ne servent que de repoussoir aux autres. Et je vais te dire je suis très content de ma manière de faire: les leaders négatifs, les racailleux, je les houspille, je montre au groupe qu'ils ne sont rien, qu'ils sont et resteront incompétent et oisif et que je ne léverai pas le petit doigt quand viendra le moment de l'insertion.
Et je vais te dire, vu le nombre de jeunes à qui j'ai trouvé des places et qui on cartonnés après alors que certains n'avaient fait que deux ans d'école, j'assume parfaitement mes méthodes de connards ou je juge sans aucune espèce de compassion. Mon respect et mon aide, se gagnent à la sueur du front et au courage, ils ne sont pas acquis.
D'après ce que tu dis, tu agis en fonction d'un bon discernement et le discernement demande un jugement. Il y a ceux qui veulent se donner du mal et ceux qui ne veulent pas. C'est leur décision à eux et il n'y a pas à avoir de compassion ou d'empathie face à la mauvaise volonté.
Avatar du membre
par katou
#4509510
Francis 15 a écrit :
12 août 2018, 14:29
C'est marrant c'est ce qui va arriver à mon patron inçessamment sous peu. A force qu'il gueule sur moi et qu'il ait des exigeances totalement irréalistes et fantaisistes, je vais probablement me barrer.

Or ce que ce crétin présomptueux n'a toujours pas compris, c'est que je connais en détail tout les problèmes et vices de ce chantier qu'il ne veut pas voir et personne ne sera en mesure de reprendre ce chantier qu'il a bien trop mal négocié.

Je vais donc probablement partir séchemment sans préavis et il perdra ce chantier que j'aurais su garder s'il avait manifesté un peu plus de respect envers ma personne, et moi j'irais de ce pas proposer mes services à la concurrence.

Pas mal de managers ou de patrons feraient bien de se remettre en question, plutôt que de pressuriser leurs employés jusqu'à ce qu'ils craquent.
Il y a aussi bien sûr de bons et de mauvais patrons mais quand ils sont mauvais leur entreprise ne perdure pas. Donc si tu penses que ton patron n'est pas au top, tu devras partir de toute façon à plus ou moins long terme.
Avatar du membre
par Francis 15
#4509514
Oui j'envisage effectivement de partir, j'attends juste une fenêtre d'ouverture, car étant sous-traitant le chantier devrait passer à une autre boite et moi avec donc, mais si le harcélement devient trop intensif je devrais évidement partir avant, ce qui est biensur plus risqué pour moi mais je n'aurais pas le choix.

Je pense qu'il a mal négocié ici du coup il nous met la pression ici sans pitié quitte a perdre le chantier, mais dans les autres villes je ne sais pas il a trés bien pu mieux négocier et avoir des exigeances plus réalistes sur les employés et conserver son affaire.

Il n'empêche que venir nous pourrir parcequ'il a mal négocié à la base, c'est vraiment naze, je ne suis pas borné on pouvait discuter pour revoir le contrat Mais vu son comportement je n'aurais aucun scrupule à le planter à la première occasion, et fini de faire le bon petit soldat comme je faisait au début.

Pas de reconnaissance de l'employeur, pas d'implication de l'employé. C'est aussi simple que ça !
Avatar du membre
par Jean de Meung
#4509572
sinistrevent a écrit :
12 août 2018, 13:19
Je reste persuadé que, ce qui te gêne, ce sont les mots et non la réalité.
Voilà à quoi conduit une conversation de deux pages. Sinon, non, mais si tu es persuadé, tout va bien.

ed : sinon, pour ton expérience et ceux que tu as aidés à sortir du merdier dans lequel ils étaient, de leur faute ou non, c'est très bien. Et si tu bosses dans le public ou le para-public, ben, quelque part, l'argent des impôts n'est pas perdu pour tout le monde, finalement.
Avatar du membre
par FaC
#4509583
J’ai une question à propos du dégénéré sous son porche.
C’est un état irréversible ?
Je veux dire quand tu es bon à être nommé dégénéré, c’est que c’est mort pour renverser la tendance ou non ?

Accessoirement aussi, je me demande si ça prend pas plus de courage de vivre sa vie que de vivre la mienne dans un job sympa (après des études tranquilles) et bien payé me permettant d’emmener mes gosses en balade pendant le week-end et les vacances ?
Avatar du membre
par sinistrevent
#4509591
FaC a écrit :
12 août 2018, 19:48
J’ai une question à propos du dégénéré sous son porche.
C’est un état irréversible ?
Je veux dire quand tu es bon à être nommé dégénéré, c’est que c’est mort pour renverser la tendance ou non ?
La structure psychique d'un individu ne change plus après vingt-cinq ans, des choses peuvent se tasser, s'amortir, s'épurer, se recentrer, mais la structure, elle, c'est fini.
Accessoirement aussi, je me demande si ça prend pas plus de courage de vivre sa vie que de vivre la mienne dans un job sympa (après des études tranquilles) et bien payé me permettant d’emmener mes gosses en balade pendant le week-end et les vacances ?
Sûr, tu n'as du rien foutre, ne chercher aucune opportunité, foirer ta carrière, ne prendre aucun risque, te comporter comme un connard, être antipathique au possible, pour en arriver là où tu es. [smilie=icon_smile025.gif]
Certains on plus de cartes en mains que d'autres au départ. Certains réussissent à se foirer avec un quinte flush, d'autres à gagner avec une paire de sept, ceux-là sont des courageux, mais, au final, ça relève de leur responsabilité individuelle de s'être foiré ou d'avoir réussi.
Avatar du membre
par corsica
#4509592
Francis 15 a écrit :
12 août 2018, 14:29
C'est marrant c'est ce qui va arriver à mon patron inçessamment sous peu. A force qu'il gueule sur moi et qu'il ait des exigeances totalement irréalistes et fantaisistes, je vais probablement me barrer.

Or ce que ce crétin présomptueux n'a toujours pas compris, c'est que je connais en détail tout les problèmes et vices de ce chantier qu'il ne veut pas voir et personne ne sera en mesure de reprendre ce chantier qu'il a bien trop mal négocié.

Je vais donc probablement partir séchemment sans préavis et il perdra ce chantier que j'aurais su garder s'il avait manifesté un peu plus de respect envers ma personne, et moi j'irais de ce pas proposer mes services à la concurrence.

Pas mal de managers ou de patrons feraient bien de se remettre en question, plutôt que de pressuriser leurs employés jusqu'à ce qu'ils craquent.
C'est pas grave, un migrant va te remplacer au pied levé, car ils sont tous ingénieurs m'a t-on dit. [smilie=_banker.gif]

Fais gaffe tout de même, le dernier qui a traité son patron de crétin sur Face de bouc, s'est vu licencié sans indemnités et les prud'hommes ont donné raison à l'employeur au motif que l'on a pas le droit d'insulter son patron sur la place publique.
Je dis ça, je dis rien. ;)
Avatar du membre
par Francis 15
#4509598
Je n'ai pas cité son nom que je sache.

Non personne ne me remplacera le contrat est trop pourri il faut vivre à côté et très peu de frais comme moi pour que ce soit rentable d'y aller.S'il trouvent quelqu'un d'autre le boulot sera mal fait je sais ce que valent mes remplacants, les clients n'auront qu'a revoir leurs prétentions à la baisse, ou se torcher eux-même ce qui ne leur fera pas de mal. Et puis je ne suis pas ingénieur donc ça ne va pas être évident de me remplacer ... [smilie=icon_mrgreen.gif]
Avatar du membre
par FaC
#4509627
sinistrevent a écrit :
12 août 2018, 20:11
FaC a écrit :
12 août 2018, 19:48
J’ai une question à propos du dégénéré sous son porche.
C’est un état irréversible ?
Je veux dire quand tu es bon à être nommé dégénéré, c’est que c’est mort pour renverser la tendance ou non ?
La structure psychique d'un individu ne change plus après vingt-cinq ans, des choses peuvent se tasser, s'amortir, s'épurer, se recentrer, mais la structure, elle, c'est fini.
Accessoirement aussi, je me demande si ça prend pas plus de courage de vivre sa vie que de vivre la mienne dans un job sympa (après des études tranquilles) et bien payé me permettant d’emmener mes gosses en balade pendant le week-end et les vacances ?
Sûr, tu n'as du rien foutre, ne chercher aucune opportunité, foirer ta carrière, ne prendre aucun risque, te comporter comme un connard, être antipathique au possible, pour en arriver là où tu es. [smilie=icon_smile025.gif]
Certains on plus de cartes en mains que d'autres au départ. Certains réussissent à se foirer avec un quinte flush, d'autres à gagner avec une paire de sept, ceux-là sont des courageux, mais, au final, ça relève de leur responsabilité individuelle de s'être foiré ou d'avoir réussi.
En fait la question portait plus sur sa situation puisqu’on est bien d’accord que vous n’avez pas, le fiston et toi, jaugé de sa structure psychique.
Du coup, et pour le dire autrement, si dans 5 ans il s’en est sorti, est-ce que le terme était mérité ou non ? Cela peut-il être un état passagé ?

Me concernant je ne me vois franchement aucun mérite à aucun moment de ma vie. J’ai la chance d’avoir une très bonne adaptabilité sociale, d’avoir reçu une bonne éducation et d’avoir toujours performé sans trop d’efforts. Le seul mérite que je me reconnais c’est d’essayer de me comporter de façon irréprochable dans toute situation.
Non vraiment je ne me sens aucunement plus courageux ou méritant qu’un clochard.
Plus adapté à notre société, oui certainement mais quel est mon mérite ?
On pardonne beaucoup plus facilement la bêtise que l’inadaptabilitée. Comble, on pardonne même beaucoup plus facilement le cynisme et l’arrivisme.
obella a/ont remercié ça
Avatar du membre
par sinistrevent
#4509687
Je ne vois pas, FàC, ce qui peut manquer à ta compréhension à travers ce que j'ai écrit. Là, tu essais de jouer au plus fin et je ne rentrerai pas dans ton jeu.
Avatar du membre
par Knulp
#4509689
Attention quand même. Ne pas juger trop vite un homme immobile sous un porche.
C'est peut-être un contemplatif.
Avatar du membre
par katou
#4509732
A SF (que je connais bien) comme ailleurs aux USA, les SDF sont nombreux. Des drogués, d'anciens soldats devenus à moitié fous, des travailleurs devenus chômeurs du jour au lendemain, des ex hippies qui se la coulent, etc. Il n'y a pas de service psy pour aider ceux qui le voudraient. Aucun gouvernement qu'il penche à "gauche" comme à "droite" ne fait quoi que ce soit car pour ces gouvernements cela coûterait beaucoup trop cher pour les aider. L'assistanat est le seul recours pour eux. Mais c'est le système américain qui veut cela.
En France, les soins sont gratuits pour ceux qui ne peuvent pas payer, les organismes d'aides sont nombreux et pourtant certains se complaisent dans le statut de SDF, les aides ne suffisant pas à les sortir de cet état. Un exemple marquant est celui de l'actrice Mallaury Nataf.
Avatar du membre
par FaC
#4509842
sinistrevent a écrit :
13 août 2018, 10:30
Je ne vois pas, FàC, ce qui peut manquer à ta compréhension à travers ce que j'ai écrit. Là, tu essais de jouer au plus fin et je ne rentrerai pas dans ton jeu.
Bien sûr que je joue. Je l’ai même annoncé sur le 3615. Je ne m’en cache pas. Mais ce jeu me semble intéressant pour questionner tes positions.

Pour le reste, et si je peux me permettre, il est très bien de donner à ton gosse les valeurs d’honneur, de courage et de travail que tu lui apprends mais je pense qu’il serait bon aussi, pour sa sociabilité, de ne pas donner trop de dureté.
Avatar du membre
par sinistrevent
#4509854
FaC a écrit :
13 août 2018, 15:05
sinistrevent a écrit :
13 août 2018, 10:30
Je ne vois pas, FàC, ce qui peut manquer à ta compréhension à travers ce que j'ai écrit. Là, tu essais de jouer au plus fin et je ne rentrerai pas dans ton jeu.
Bien sûr que je joue. Je l’ai même annoncé sur le 3615. Je ne m’en cache pas. Mais ce jeu me semble intéressant pour questionner tes positions.

Pour le reste, et si je peux me permettre, il est très bien de donner à ton gosse les valeurs d’honneur, de courage et de travail que tu lui apprends mais je pense qu’il serait bon aussi, pour sa sociabilité, de ne pas donner trop de dureté.
Le monde est dure. Je ne lui apprendrai pas autre chose sinon que le pekin moyen n'aura de cesse de l'écraser ou le tromper s'il apparaît faible ou fait l'erreur de baisser sa garde et que, globalement, il ne compte sur personne sortis du clan. Je ne suis pas humaniste mais, ça tu devais le savoir.
Quand a la sociabilité, je n'y crois pas. Ce n'est qu'un vernis pour formaliser des rapports de force, de soumission et d'alliance... a la limite, la courtoisie, par respect pour soi-même, mais, certainement pas la sociabilité.
Refuser de mépriser l'homme quand il s'est avilit c'est, aussi, refuser de louer l'homme quand il s'est grandit.

Pour la compassion, tu pourras lire, ou relire Généalogie de la morale. C'est dit beaucoup mieux que je ne saurais, ici, te l'exposer.
Avatar du membre
par katou
#4509873
sinistrevent a écrit :
13 août 2018, 15:40
Refuser de mépriser l'homme quand il s'est avilit c'est, aussi, refuser de la louer l'homme quand il s'est grandit.
Je dirais que ce point de vue est sain.

Autrement, quand il y a idéologie, je le répète, il n'y a pas de compassion, la compassion est un ressenti immédiat face à une situation précise qui nous touche à un moment donné. Quand on voit sous nos yeux un enfant malheureux qui a besoin d'une aide immédiate, on exprime de la compassion face à sa détresse car nous pouvons imaginer nos enfants dans cette même détresse. Cela n'a rien à voir avec l'idéologie gôchiste qui veut faire pleurer les chaumières dans des situations x alors qu'elle méprise ceux qui affrontent sa pensée, comme le fait si bien Jean de Meuuuh sur ce forum qui n'a que du mépris pour ceux qui ne pensent pas comme lui ou n'ont pas la même vision des choses. L'humanisme de Jean de Meuuuh est un humanisme utopique, de rêveur et je pense de plus en plus que l'utopiste mène au chaos car il refuse d'affronter la réalité qui lui déplaît et même la nie.

Bonjour, Le côté sombre de Hollande […]

Souvent. Il était tout de même f&ea[…]

https://twitter.com/notrejeannedarc/status/1029445[…]

Ce n'est pas à la sexualité qu'il […]