Le plus important forum indépendant de discussions politiques. Commentez l'actualité, participez aux débats sur les réformes et les lois.

Discutez du fonctionnement de la justice et de la police, des procès en cours, des "affaires", de la criminalité en France, ses causes et les remèdes, ainsi que de la Défense, des renseignements, de l'armée, etc...

Modérateur : Équipe de modération

#4527504
Raphaëlle a écrit :
16 sept. 2018, 19:17
katou a écrit :
16 sept. 2018, 19:14
Mon comportement est celui d'une personne qui suit une discussion, que cette discussion soit tenue par une grossière et imbuvable ou pas. Si je trouve intéressant une remarque faite par cette personne, j'interviens.
je préfère une personne grossière qui peut dire merde à une femme qui s'excite avec des photos de jeunes filles dénudées avec des animaux.
Ta remarque vérifie que tu es une vraie cinglée en voyant la perversion où elle n'est pas. Mais bon, vu ce que tu dis sur la pauvre Christine Villemin, pourquoi je m'étonne encore sur tes propos délirants.
#4527505
katou a écrit :
16 sept. 2018, 19:23
Raphaëlle a écrit :
16 sept. 2018, 19:17
katou a écrit :
16 sept. 2018, 19:14
Mon comportement est celui d'une personne qui suit une discussion, que cette discussion soit tenue par une grossière et imbuvable ou pas. Si je trouve intéressant une remarque faite par cette personne, j'interviens.
je préfère une personne grossière qui peut dire merde à une femme qui s'excite avec des photos de jeunes filles dénudées avec des animaux.
Ta remarque vérifie que tu es une vraie cinglée en voyant la perversion où elle n'est pas. Mais bon, vu ce que tu dis sur la pauvre Christine Villemin, pourquoi je m'étonne encore sur tes propos.
Tu es une détraquée, lâche en prime, et assez veule.
Et surtout, tu colles.
#4527512
Cheshire cat a écrit :
16 sept. 2018, 19:30
C'est reparti ! :D
de votre faute en plus. bravo
#4527514
katou a écrit :
16 sept. 2018, 19:32
cemab a écrit :
16 sept. 2018, 19:31
Cheshire cat a écrit :
16 sept. 2018, 19:30
C'est reparti ! :D
de votre faute en plus. bravo
Qu'est-ce qu'il a dit ?
rien de spécial, j'ai décidé de le mettre au plus haut niveau, donc je l'entraîne à prendre des coups.
#4527528
bianchi51 a écrit :
16 sept. 2018, 19:18
FaC 135, Cheshire vous pouvez le dépasser si vous êtes motivé.
@FaC est devant moi.
Qui c'est 135 ?

PS Ah oui !c'est son score !
#4527532
cemab a écrit :
16 sept. 2018, 19:31
de votre faute en plus. bravo
Un point d'exclamation m'aurait semblé opportun, mais peut-être trouviez-vous que c'était trop.
#4527543
Il y a de fortes chances pour que le PV d'audition de Murielle soit annulé. Le Conseil constitutionnel va devoir trancher. L'opinion punique a évolué depuis un an. Les medias vont suivre. Et les avocats ne laissent plus rien passer.

https://www.20minutes.fr/justice/233456 ... bolle-1984
Affaire Grégory: Le Conseil constitutionnel va statuer sur la garde à vue de Murielle Bolle en 1984
La Cour de cassation a décidé ce mardi de transmettre au Conseil constitutionnel une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) relative aux droits des mineurs soulevée par Murielle Bolle, personnage clé de l’affaire Grégory, qui cherche à faire annuler sa garde à vue de 1984, alors qu’elle avait 15 ans.

La haute juridiction a jugé « sérieuse » la question posée par la défense de Murielle Bolle, surnommée « bouboule » à l’époque, qui attaquait notamment une ordonnance de 1945 relative à l'« enfance délinquante » en vigueur à l’époque, estimant que ses droits fondamentaux n’avaient alors pas été respectés
#4527552
Raphaëlle a écrit :
16 sept. 2018, 20:30
katou a écrit :
16 sept. 2018, 20:24
18.01.1983 : voix de femme annonce à Christine VILLEMIN un accident de la route de Jean-Marie (avec Martial DAVIDE un collègue de travail).
Un témoin de l'appel ? NON.
Nunuche.
Qu'est-ce que t'es collante !
Je ne peux pas écrire un mot sans t'avoir sur le dos. (je plaisante, tu peux évidemment intervenir)
Cela dit comme le téléphone était mis sur écoute on a bien dû voir que ce n'était pas C Villemin qui se téléphonait à elle-même.
#4527553
Morokon le Hardi a écrit :
16 sept. 2018, 20:20
Faute de pouvoir honorer les femmes, messire chat les fait s'entretuer.

Tel le renard face à la treille, selon La Fontaine, salir ce qu'on ne peut atteindre.

Fit-il pas mieux que de se plaindre ?
Il aime les situations b(h)ou(l)euses.
#4527557
Cheshire cat a écrit :
16 sept. 2018, 20:10
cemab a écrit :
16 sept. 2018, 19:31
de votre faute en plus. bravo
Un point d'exclamation m'aurait semblé opportun, mais peut-être trouviez-vous que c'était trop.
la sobriété, le luxe de ceux qui peuvent se la permettre.

[smilie=icon_smile119.gif]
#4527573
Aussi.
je vis chichement. je fume modestement, je bois pauvrement, mais le peu que je fais, je le fais bien [smilie=icon_smile119.gif]
#4527692
Dans la vidéo que j'ai mise où l'on voit des des professionnels de la justice discuter, ils ne sont pas tendres avec Lambert dont l'ego démesuré était à la hauteur de son incompétence.
Lorsqu'en novembre 1984, les enquêteurs recueillent les aveux explosifs de Murielle Bolle, qui accuse son beau-frère Bernard Laroche du rapt de Grégory, ils tentent de joindre le juge Lambert. Le délai de garde à vue de l'adolescente va expirer. Les gendarmes demandent au magistrat, par téléphone, de venir recueillir à son tour sa déposition et de prendre les suites judiciaires appropriées.

"[Jean-Michel Lambert] confirme qu'il ne se déplacera pas et qu'il faut libérer Murielle. Les membres de l'équipe échangent une fois encore des regards incrédules. Il nous semble faire preuve d'une légèreté qui pourrait avoir des répercussions catastrophiques", déplore le colonel Sesmat dans son livre Les Deux affaires Grégory.

Murielle Bolle n'est entendue par le magistrat que le lundi suivant. Est-il parti en voyage, à un moment crucial des investigations? Dans son ouvrage De combien d'injustices suis-je le coupable?, l'intéressé dément: "Pur mensonge! [...] Je devais rester joignable à tout moment." Autre attitude critiquée: le juge annonce en personne aux médias la mise en examen de Bernard Laroche, sur la foi du témoignage de Murielle Bolle. Cette dernière se rétracte le lendemain et blanchit son beau-frère. Une ligne qu'elle tient encore aujourd'hui et à laquelle la justice ne croit pas, estimant qu'elle a subi des violences.

Son attitude dilettante aurait aussi conduit à la désintégration de plusieurs pièces maîtresses du dossier. Le 1er décembre 1984, cela fait six semaines que les gendarmes travaillent à la découverte de la vérité, lorsque le couperet tombe: une partie des expertises ajoutées au dossier est annulée. "Tout le travail effectué pendant des semaines, par les meilleurs spécialistes, sur des points fondamentaux de l'enquête devient nul et non avenu", déplore dans son livre Etienne Sesmat.

Cette erreur est directement imputable à Jean-Michel Lambert. En dépit des demandes des enquêteurs, il n'a -probablement par méconnaissance- pas respecté la procédure de saisine des experts. Une faille qui n'échappe pas aux avocats de Bernard Laroche, à l'origine de cette demande d'annulation. Le colonel Sesmat reproche aussi au magistrat instructeur de n'avoir ordonné aucune expertise psychiatrique de ce dernier.

Obsédé par la culpabilité de Christine Villemin
Le 6 novembre 1984, Murielle Bolle revient sur ses aveux. Le magistrat instructeur estime que la piste de la culpabilité de Bernard Laroche s'effondre. Son enquête fait du sur-place alors il développe une idée fixe, celle de la mère infanticide. Les gendarmes n'allant pas dans son sens, Jean-Michel Lambert les écarte progressivement.

Entre le jour du meurtre et les aveux de Murielle Bolle, ils procèdent à 173 auditions. Mais seulement à sept, entre décembre et février, relate la presse de l'époque. "Lorsqu'il s'est mis sur la piste de Christine Villemin, le juge Lambert nous a mis au chômage technique. Il refusait qu'on auditionne de nouvelles personnes, ne nous délivrait plus aucune commission rogatoire", se souvient le gendarme Etienne Sesmat.

Il est amer: "Le magistrat a saboté son travail et celui des enquêteurs". Les gendarmes sont totalement écartés des investigations le 20 février 1985, au profit de la police judiciaire de Nancy. Puis, en juillet, à la demande du juge, Christine Villemin est inculpée et placée 11 jours en détention.

Mais Jean-Michel Lambert s'est fourvoyé: en 1993, la mère de Grégory est blanchie par un arrêt de la Cour d'appel de Dijon. Lui n'en démord pas, elle est coupable. "J'ai été frappé de plein fouet par la mauvaise foi, voire les mensonges, entrecoupés de vérités, des uns et des autres", écrit-il à propos de cette audience dans son livre. En 1986, Jean-Michel Lambert est dessaisi du dossier et quitte définitivement l'instruction.
  • 1
  • 78
  • 79
  • 80
  • 81
  • 82

Yawoll mère Khel ! La justice allemande […]

e jeune Afghan de 19 ans qui, lundi vers 18 heure[…]

L'assassin, ce héros

Non, c'est différent, il y a toujours eu un[…]

La prohibition a encore frappé.

Je sais bien que ta consommation de drogue n&rsquo[…]