Le plus important forum indépendant de discussions politiques. Commentez l'actualité, participez aux débats sur les réformes et les lois.

Discutez de l'Éducation Nationale, de l'Éducation et de l'École en général, etc.

Modérateur : Équipe de modération

#4601067
À Gagnoa (centre-ouest), Mawa, Alimata et Kadjatou habitaient, en 2000, le quartier Dioulabougou12. Nées en Côte d’Ivoire de parents migrants, originaires du Mali et du Burkina Faso, elles ont acquis la nationalité ivoirienne. Mariées, leur époux travaille souvent loin du foyer ; commerçantes, elles restent à Gagnoa ou dans les proches alentours et ont en charge le suivi de la scolarisation de leurs enfants ; ces derniers fréquentent l’école coranique, soit avant “l’âge scolaire” soit pendant les vacances. L’essentiel, disent-elles, est de prier et de lire les sourates, mais l’école (publique ou catholique) « n’empêche » pas l’autre école, l’école coranique. Au-delà des différences religieuses, minimisées quand il s’agit de considérer l’école catholique (« tout le monde prie le même Dieu »), l’enfant scolarisé, fille ou garçon, peut avoir « la chance » de réussir et, ainsi, garantir non seulement son propre avenir mais aussi celui du groupe familial : toutes les trois attendent un retour de l’investissement scolaire.


https://journals.openedition.org/cres/1376


https://www.agoravox.fr/actualites/soci ... me-200896
Le couple Fillon en correctionnelle

Bon, nous sommes encore dans le problème d'[…]

non ed : c'est d'ailleurs n'importe quoi, compl&e[…]

Notre dame de Paris en feu!

Ecoutez ces salopards qui se réjouiss[…]