Le plus important forum indépendant de discussions politiques. Commentez l'actualité, participez aux débats sur les réformes et les lois.

Discutez de tout ce qui n'est pas spécifique aux autres thèmes

Modérateur : Équipe de modération

#4589184
Louve_intrepide a écrit :
13 janv. 2019, 13:15
Jean88 a écrit :
13 janv. 2019, 09:31
Les propositions des gilets jaunes:

https://lemediapresse.fr/actualites/les ... doleances/

Malgré les efforts de la manif pour tous et ceux de la frigide machin qui porte bien son surnom, l'abrogation du mariage pour tous est ignorée des GJs....

Certains points des doléances sont discutables, mais une grande majorité amènerait un vrai progrès sociétal.
A analyser. :p
..........et j'ai l'impression que macron n'est pas sorti de la panade.... :lol:
#4589515
Voici la lettre de cadrage d'Emmanuel Macron.



Chères Françaises, chers Français, mes chers compatriotes,

Dans une période d'interrogations et d'incertitudes comme celle que nous traversons, nous devons nous rappeler qui nous sommes.

La France n'est pas un pays comme les autres.

Le sens des injustices y est plus vif qu'ailleurs. L'exigence d'entraide et de solidarité plus forte.

Chez nous, ceux qui travaillent financent les pensions des retraités. Chez nous, un grand nombre de citoyens paie un impôt sur le revenu, parfois lourd, qui réduit les inégalités. Chez nous, l'éducation, la santé, la sécurité, la justice sont accessibles à tous indépendamment de la situation et de la fortune. Les aléas de la vie, comme le chômage, peuvent être surmontés, grâce à l'effort partagé par tous.

C'est pourquoi la France est, de toutes les nations, une des plus fraternelles et des plus égalitaires.

C'est aussi une des plus libres, puisque chacun est protégé dans ses droits et dans sa liberté d'opinion, de conscience, de croyance ou de philosophie.

Et chaque citoyen a le droit de choisir celles et ceux qui porteront sa voix dans la conduite du pays, dans la conception des lois, dans les grandes décisions à prendre.

Chacun partage le destin des autres et chacun est appelé à décider du destin de tous : c'est tout cela, la nation française.

Comment ne pas éprouver la fierté d'être Français ?

Je sais, bien sûr, que certains d'entre nous sont aujourd'hui insatisfaits ou en colère. Parce que les impôts sont pour eux trop élevés, les services publics trop éloignés, parce que les salaires sont trop faibles pour que certains puissent vivre dignement du fruit de leur travail, parce que notre pays n'offre pas les mêmes chances de réussir selon le lieu ou la famille d'où l'on vient. Tous voudraient un pays plus prospère et une société plus juste.

Cette impatience, je la partage. La société que nous voulons est une société dans laquelle pour réussir on ne devrait pas avoir besoin de relations ou de fortune, mais d'effort et de travail.

En France, mais aussi en Europe et dans le monde, non seulement une grande inquiétude, mais aussi un grand trouble ont gagné les esprits. Il nous faut y répondre par des idées claires.

Mais il y a pour cela une condition : n'accepter aucune forme de violence. Je n'accepte pas, et n'ai pas le droit d'accepter la pression et l'insulte, par exemple sur les élus du peuple, je n'accepte pas et n'ai pas le droit d'accepter la mise en accusation générale, par exemple des médias, des journalistes, des institutions et des fonctionnaires. Si tout le monde agresse tout le monde, la société se défait !

Afin que les espérances dominent les peurs, il est nécessaire et légitime que nous nous reposions ensemble les grandes questions de notre avenir.

C'est pourquoi j'ai proposé et je lance aujourd'hui un grand débat national qui se déroulera jusqu'au 15 mars prochain.

Depuis quelques semaines, de nombreux maires ont ouvert leurs mairies pour que vous puissiez y exprimer vos attentes. J'ai eu de nombreux retours que j'ai pu prendre en compte. Nous allons désormais entrer dans une phase plus ample et vous pourrez participer à des débats près de chez vous ou vous exprimer sur internet pour faire valoir vos propositions et vos idées. Dans l'Hexagone, outre-mer et auprès des Français résidant à l'étranger. Dans les villages, les bourgs, les quartiers, à l'initiative des maires, des élus, des responsables associatifs, ou de simples citoyens… Dans les assemblées parlementaires comme régionales ou départementales.

Les maires auront un rôle essentiel car ils sont vos élus et donc l'intermédiaire légitime de l'expression des citoyens.

Pour moi, il n'y a pas de questions interdites. Nous ne serons pas d'accord sur tout, c'est normal, c'est la démocratie. Mais au moins montrerons-nous que nous sommes un peuple qui n'a pas peur de parler, d'échanger, de débattre.

Et peut-être découvrirons-nous que nous pouvons tomber d'accord, majoritairement, au-delà de nos préférences, plus souvent qu'on ne le croit.

Je n'ai pas oublié que j'ai été élu sur un projet, sur de grandes orientations auxquelles je demeure fidèle. Je pense toujours qu'il faut rendre à la France sa prospérité pour qu'elle puisse être généreuse, car l'un va avec l'autre. Je pense toujours que la lutte contre le chômage doit être notre grande priorité, et que l'emploi se crée avant tout dans les entreprises, qu'il faut donc leur donner les moyens de se développer. Je pense toujours qu'il faut rebâtir une école de la confiance, un système social rénové pour mieux protéger les Français et réduire les inégalités à la racine. Je pense toujours que l'épuisement des ressources naturelles et le dérèglement climatique nous obligent à repenser notre modèle de développement. Nous devons inventer un projet productif, social, éducatif, environnemental et européen nouveau, plus juste et plus efficace. Sur ces grandes orientations, ma détermination n'a pas changé.

Mais je pense aussi que de ce débat peut sortir une clarification de notre projet national et européen, de nouvelles manières d'envisager l'avenir, de nouvelles idées.

À ce débat, je souhaite que le plus grand nombre de Français, le plus grand nombre d'entre nous, puisse participer.

Ce débat devra répondre à des questions essentielles qui ont émergé ces dernières semaines. C'est pourquoi, avec le Gouvernement, nous avons retenu quatre grands thèmes qui couvrent beaucoup des grands enjeux de la nation : la fiscalité et les dépenses publiques, l'organisation de l'Etat et des services publics, la transition écologique, la démocratie et la citoyenneté. Sur chacun de ces thèmes, des propositions, des questions sont d'ores et déjà exprimées. Je souhaite en formuler quelques-unes qui n'épuisent pas le débat mais me semblent au cœur de nos interrogations.

Le premier sujet porte sur nos impôts, nos dépenses et l'action publique. L'impôt est au cœur de notre solidarité nationale. C'est lui qui finance nos services publics. Il vient rémunérer les professeurs, pompiers, policiers, militaires, magistrats, infirmières et tous les fonctionnaires qui œuvrent à votre service. Il permet de verser aux plus fragiles des prestations sociales mais aussi de financer certains grands projets d'avenir, notre recherche, notre culture, ou d'entretenir nos infrastructures. C'est aussi l'impôt qui permet de régler les intérêts de la dette très importante que notre pays a contractée au fil du temps.

Mais l'impôt, lorsqu'il est trop élevé, prive notre économie des ressources qui pourraient utilement s'investir dans les entreprises, créant ainsi de l'emploi et de la croissance. Et il prive les travailleurs du fruit de leurs efforts. Nous ne reviendrons pas sur les mesures que nous avons prises pour corriger cela afin d'encourager l'investissement et faire que le travail paie davantage. Elles viennent d'être votées et commencent à peine à livrer leurs effets. Le Parlement les évaluera de manière transparente et avec le recul indispensable. Nous devons en revanche nous interroger pour aller plus loin.

Comment pourrait-on rendre notre fiscalité plus juste et plus efficace ? Quels impôts faut-il à vos yeux baisser en priorité ?

Nous ne pouvons, quoi qu'il en soit, poursuivre les baisses d'impôt sans baisser le niveau global de notre dépense publique.

Quelles sont les économies qui vous semblent prioritaires à faire ? Faut-il supprimer certains services publics qui seraient dépassés ou trop chers par rapport à leur utilité ? A l'inverse, voyez-vous des besoins nouveaux de services publics et comment les financer ?

Notre modèle social est aussi mis en cause. Certains le jugent insuffisant, d'autres trop cher en raison des cotisations qu'ils paient. L'efficacité de la formation comme des services de l'emploi est souvent critiquée. Le gouvernement a commencé à y répondre, après de larges concertations, à travers une stratégie pour notre santé, pour lutter contre la pauvreté, et pour lutter contre le chômage.

Comment mieux organiser notre pacte social ? Quels objectifs définir en priorité ?

Le deuxième sujet sur lequel nous devons prendre des décisions, c'est l'organisation de l'Etat et des collectivités publiques. Les services publics ont un coût, mais ils sont vitaux : école, police, armée, hôpitaux, tribunaux sont indispensables à notre cohésion sociale.

Y a-t-il trop d'échelons administratifs ou de niveaux de collectivités locales ? Faut-il renforcer la décentralisation et donner plus de pouvoir de décision et d'action au plus près des citoyens ? A quels niveaux et pour quels services ?

Comment voudriez-vous que l'Etat soit organisé et comment peut-il améliorer son action ? Faut-il revoir le fonctionnement de l'administration et comment ?

Comment l'Etat et les collectivités locales peuvent-ils s'améliorer pour mieux répondre aux défis de nos territoires les plus en difficulté et que proposez-vous ?

La transition écologique est le troisième thème, essentiel à notre avenir. Je me suis engagé sur des objectifs de préservation de la biodiversité et de lutte contre le réchauffement climatique et la pollution de l'air. Aujourd'hui personne ne conteste l'impérieuse nécessité d'agir vite. Plus nous tardons à nous remettre en cause, plus ces transformations seront douloureuses.

Faire la transition écologique permet de réduire les dépenses contraintes des ménages en carburant, en chauffage, en gestion des déchets et en transports. Mais pour réussir cette transition, il faut investir massivement et accompagner nos concitoyens les plus modestes.

Une solidarité nationale est nécessaire pour que tous les Français puissent y parvenir.

Comment finance-t-on la transition écologique : par l'impôt, par les taxes et qui doit être concerné en priorité ?

Comment rend-on les solutions concrètes accessibles à tous, par exemple pour remplacer sa vieille chaudière ou sa vieille voiture ? Quelles sont les solutions les plus simples et les plus supportables sur un plan financier ?

Quelles sont les solutions pour se déplacer, se loger, se chauffer, se nourrir qui doivent être conçues plutôt au niveau local que national ? Quelles propositions concrètes feriez-vous pour accélérer notre transition environnementale ?

La question de la biodiversité se pose aussi à nous tous.

Comment devons-nous garantir scientifiquement les choix que nous devons faire à cet égard ? Comment faire partager ces choix à l'échelon européen et international pour que nos producteurs ne soient pas pénalisés par rapport à leurs concurrents étrangers ?

Enfin, il est évident que la période que notre pays traverse montre qu'il nous faut redonner plus de force à la démocratie et la citoyenneté. Être citoyen, c'est contribuer à décider de l'avenir du pays par l'élection de représentants à l'échelon local, national ou européen. Ce système de représentation est le socle de notre République, mais il doit être amélioré car beaucoup ne se sentent pas représentés à l'issue des élections.

Faut-il reconnaître le vote blanc ? Faut-il rendre le vote obligatoire ?

Quelle est la bonne dose de proportionnelle aux élections législatives pour une représentation plus juste de tous les projets politiques ?

Faut-il, et dans quelles proportions, limiter le nombre de parlementaires ou autres catégories d'élus ?

Quel rôle nos assemblées, dont le Sénat et le Conseil Economique, Social et Environnemental doivent-ils jouer pour représenter nos territoires et la société civile ? Faut-il les transformer et comment ?

En outre, une grande démocratie comme la France doit être en mesure d'écouter plus souvent la voix de ses citoyens.

Quelles évolutions souhaitez-vous pour rendre la participation citoyenne plus active, la démocratie plus participative ?

Faut-il associer davantage et directement des citoyens non élus, par exemple tirés au sort, à la décision publique ?

Faut-il accroître le recours aux référendums et qui doit en avoir l'initiative ?

La citoyenneté, c'est aussi le fait de vivre ensemble.

Notre pays a toujours su accueillir ceux qui ont fui les guerres, les persécutions et ont cherché refuge sur notre sol : c'est le devoir de l'asile, qui ne saurait être remis en cause. Notre communauté nationale s'est aussi toujours ouverte à ceux qui, nés ailleurs, ont fait le choix de la France, à la recherche d'un avenir meilleur : c'est comme cela qu'elle s'est aussi construite. Or, cette tradition est aujourd'hui bousculée par des tensions et des doutes liés à l'immigration et aux défaillances de notre système d'intégration.

Que proposez-vous pour améliorer l'intégration dans notre Nation ? En matière d'immigration, une fois nos obligations d'asile remplies, souhaitez-vous que nous puissions nous fixer des objectifs annuels définis par le Parlement ? Que proposez-vous afin de répondre à ce défi qui va durer ?

La question de la laïcité est toujours en France sujet d'importants débats. La laïcité est la valeur primordiale pour que puissent vivre ensemble, en bonne intelligence et harmonie, des convictions différentes, religieuses ou philosophiques. Elle est synonyme de liberté parce qu'elle permet à chacun de vivre selon ses choix.

Comment renforcer les principes de la laïcité française, dans le rapport entre l'Etat et les religions de notre pays ? Comment garantir le respect par tous de la compréhension réciproque et des valeurs intangibles de la République ?

Dans les semaines qui viennent, je vous invite à débattre pour répondre à ces questions déterminantes pour l'avenir de notre nation. Je souhaite aussi que vous puissiez, au-delà de ces sujets que je vous propose, évoquer n'importe quel sujet concret dont vous auriez l'impression qu'il pourrait améliorer votre existence au quotidien.

Ce débat est une initiative inédite dont j'ai la ferme volonté de tirer toutes les conclusions. Ce n'est ni une élection, ni un référendum. C'est votre expression personnelle, correspondant à votre histoire, à vos opinions, à vos priorités, qui est ici requise, sans distinction d'âge ni de condition sociale. C'est, je crois, un grand pas en avant pour notre République que de consulter ainsi ses citoyens. Pour garantir votre liberté de parole, je veux que cette consultation soit organisée en toute indépendance, et soit encadrée par toutes les garanties de loyauté et de transparence.

C'est ainsi que j'entends transformer avec vous les colères en solutions.

Vos propositions permettront donc de bâtir un nouveau contrat pour la Nation, de structurer l'action du Gouvernement et du Parlement, mais aussi les positions de la France au niveau européen et international. Je vous en rendrai compte directement dans le mois qui suivra la fin du débat.

Françaises, Français, je souhaite que le plus grand nombre d'entre vous puisse participer à ce grand débat afin de faire œuvre utile pour l'avenir de notre pays.

En confiance,

Emmanuel Macron



Elle est très bien cadrée.
#4589534
Voici mes doléances
I ° ECONOMIES A FAIRE ABSOLUMENT

- Suppression immédiate de tous les avantages exorbitants et scandaleux alloués à vie aux anciens Présidents de la République à savoir :
collaborateurs (qui peuvent en outre se voir attribuer comme les membres des cabinets ministériels, une «indemnité de sujétion particulière» instituée par un décret du 5 décembre 2001 ), indemnité Conseil Constitutionnel, collaborateur pour conjoint, gardes du corps, logement gratuit dont toutes les charges sont payées par les contribuables, voiture de fonction et chauffeurs etc)
- Suppression des avantages anormaux des Sénateurs et en particulier du Président et réduction du budget de fonctionnement du Sénat
- Réduction du nombre de députés
- Réduction du budget de l’Assemblée Nationale, suppression des avantages anormaux alloués au personnel de l’Assemblée nationale, à savoir : des salaires exorbitants pour des jardiniers ou autres personnels dont certains sont inutiles, heures de nuit comptées pour tous les employés y compris pour ceux qui ne sont pas sur place la nuit ! etc…
- Meilleur contrôle sur les dépenses des élus, que ce soit à titre personnel sur leur indemnité représentative de mandat ou sur leurs initiatives locales.
- Suppression de toutes les « strates » administratives au niveau local qui ont multiplié les fonctionnaires
- Que chaque Président et sa femme arrêtent de faire des travaux inutiles à l’Elysée !! Ils sont là de passage…
- Suppression IMMEDIATE du Conseil Economique et social qui ne sert à rien sinon recaser des célébrités en mal d’emploi !
- Suppression des autres « Conseils » divers qui ne servent à rien

II° NOUVELLES LOIS ET NOUVELLES NORMES

- Chaque fois que les élites inventent de nouvelles lois, de nouvelles normes, ou de nouvelles obligations dont la plupart n’existent pas dans d’autres pays du monde, qu’elles se posent la question des conséquences que ces nouvelles contraintes vont avoir sur le « bas peuple » !! (contrôle technique délirant, obligation de nouvelles prises de téléphone, compteur linky, normes du bâtiment exagérées etc etc)
- Pompidou a dit : « Mais arrêtez donc d’emmerder les Français. Il y a beaucoup trop de lois, trop de règlements dans ce pays » ! 53 ans plus tard c’est encore pire !
- Que des personnels COMPETENTS étudient sérieusement les suggestions mercantiles des LOBBIES qui font gober n’importe quoi aux politiques et surtout que ces derniers arrêtent d’inventer de nouvelles contraintes pour les Français.

III° TAXES ET IMPÔTS

Nous sommes le pays le plus taxé au monde et après on s’étonne du ralentissement de l’économie ! Dès qu’on veut faire quelque chose on se demande quelle taxe va encore nous tomber sur la tête !
Que les politiciens commencent par réduire leurs dépenses et arrêtent d’inventer de nouvelles taxes et impôts!


IV° AVANTAGES SOCIAUX ET SALAIRES

- Augmentation REELLE des salaires par la baisse des prélèvements salariaux
- Défiscalisation des heures supplémentaires permanente
- Lutte contre la fraude aux allocations, à la fausse carte vitale pour les étrangers.
- Suppression de l’AME qui génère un trafic de tourisme médical assumé par les Français qui voient ensuite leurs prestations diminuées
- Récupération du paiement par l’assurance maladie de tous les soins pratiqués pour les étrangers, y compris les chefs d’état comme Bouteflika et tant d’autres

V° PRESENCE DE L’ETAT

- Arrêt de la casse des services de l’état dans les zones rurales
- Rendre l’administration plus humaine

VI° REFUS DES DIKTATS DE L’UNION EUROPEENNE

- Faire en sorte que la France retrouve sa souveraineté!
- Sortie du Traité de Schengen
- Arrêt de l’accord des TRAVAILLEURS DETACHES qui font une concurrence déloyale aux entreprises françaises ! Comment des députés ont-ils pu voter une telle loi !
- Refus des traités internationaux nocifs pour la France
- Arrêt des contraintes imposées par l’Union européenne et la mondialisation qui appauvrissent notre pays
- Arrêt de l’immigration illégale et diminution de l’immigration légale. Notre pays n’a pas assez de travail et de logements pour tous ces gens !

VII° Autres pistes pour récupérer de l’argent tout en protégeant nos entreprises

- Augmentation de la TVA pour les produits de grand luxe et baisse de la TVA sur davantage de produits de nécessité
- Vignette d’un montant élevé pour les camions étrangers qui traversent la France et / ou qui viennent prendre le travail des entreprises françaises

VIII° Politique

- RIC
- Proportionnelle intégrale
#4589568
Non à la proportionnelle intégrale.
Je vote pour mon député, de ma circonscription, celui que je veux voir siéger, celui que je peut contacter ou rencontrer.
Et là, la qualité de l'homme prime sur son étiquette politique.

Voter pour une liste qui me mettra le clampin de son choix comme député, non, pas question.

Ou alors, de ma part, ce ne sera que vote blanc!
#4589620
Jean88 a écrit :
14 janv. 2019, 11:51
Non à la proportionnelle intégrale.
Je vote pour mon député, de ma circonscription, celui que je veux voir siéger, celui que je peut contacter ou rencontrer.
Et là, la qualité de l'homme prime sur son étiquette politique.

Voter pour une liste qui me mettra le clampin de son choix comme député, non, pas question.

Ou alors, de ma part, ce ne sera que vote blanc!
je ne comprends pas. si ton poulain arrive en tête il sera élu, s'il n'est pas en tête il l'a ds le baba!
rien de changé ds les nominations par les partis. Pas obligé de faire comme pr les européennes
#4589656
Christianne a écrit :
14 janv. 2019, 10:28
Voici mes doléances


- Suppression immédiate de tous les avantages exorbitants et scandaleux alloués à vie aux anciens Présidents de la République à savoir :
collaborateurs (qui peuvent en outre se voir attribuer comme les membres des cabinets ministériels, une «indemnité de sujétion particulière» instituée par un décret du 5 décembre 2001 ), indemnité Conseil Constitutionnel, collaborateur pour conjoint, gardes du corps, logement gratuit dont toutes les charges sont payées par les contribuables, voiture de fonction et chauffeurs etc)
- Suppression des avantages anormaux des Sénateurs et en particulier du Président et réduction du budget de fonctionnement du Sénat
- Réduction du nombre de députés
- Réduction du budget de l’Assemblée Nationale, suppression des avantages anormaux alloués au personnel de l’Assemblée nationale, à savoir : des salaires exorbitants pour des jardiniers ou autres personnels dont certains sont inutiles, heures de nuit comptées pour tous les employés y compris pour ceux qui ne sont pas sur place la nuit ! etc…
- Meilleur contrôle sur les dépenses des élus, que ce soit à titre personnel sur leur indemnité représentative de mandat ou sur leurs initiatives locales.
- Suppression de toutes les « strates » administratives au niveau local qui ont multiplié les fonctionnaires
- Que chaque Président et sa femme arrêtent de faire des travaux inutiles à l’Elysée !! Ils sont là de passage…
- Suppression IMMEDIATE du Conseil Economique et social qui ne sert à rien sinon recaser des célébrités en mal d’emploi !
- Suppression des autres « Conseils » divers qui ne servent à rien
j'espère que tu as compris qu'en appliquant un tel programme , tu renforceras le pouvoir présidentiel, au niveau de celui de Poutine ou Erdogan
Tu supprimes la moitié des contrepouvoirs. Mais heureusement, tu maintiens la présence du Sénat, que d'autres veulent également supprimer.

en dehors de la gestion locale , où là je n'ai pas compris la phrase " Suppression de toutes les « strates » administratives au niveau local qui ont multiplié les fonctionnaires" , tes économies tournent tout au plus entre 300 et 600 millions .
#4589664
agri-info-intox a écrit :
14 janv. 2019, 15:06
Christianne a écrit :
14 janv. 2019, 10:28
Voici mes doléances


- Suppression immédiate de tous les avantages exorbitants et scandaleux alloués à vie aux anciens Présidents de la République à savoir :
collaborateurs (qui peuvent en outre se voir attribuer comme les membres des cabinets ministériels, une «indemnité de sujétion particulière» instituée par un décret du 5 décembre 2001 ), indemnité Conseil Constitutionnel, collaborateur pour conjoint, gardes du corps, logement gratuit dont toutes les charges sont payées par les contribuables, voiture de fonction et chauffeurs etc)
- Suppression des avantages anormaux des Sénateurs et en particulier du Président et réduction du budget de fonctionnement du Sénat
- Réduction du nombre de députés
- Réduction du budget de l’Assemblée Nationale, suppression des avantages anormaux alloués au personnel de l’Assemblée nationale, à savoir : des salaires exorbitants pour des jardiniers ou autres personnels dont certains sont inutiles, heures de nuit comptées pour tous les employés y compris pour ceux qui ne sont pas sur place la nuit ! etc…
- Meilleur contrôle sur les dépenses des élus, que ce soit à titre personnel sur leur indemnité représentative de mandat ou sur leurs initiatives locales.
- Suppression de toutes les « strates » administratives au niveau local qui ont multiplié les fonctionnaires
- Que chaque Président et sa femme arrêtent de faire des travaux inutiles à l’Elysée !! Ils sont là de passage…
- Suppression IMMEDIATE du Conseil Economique et social qui ne sert à rien sinon recaser des célébrités en mal d’emploi !
- Suppression des autres « Conseils » divers qui ne servent à rien
j'espère que tu as compris qu'en appliquant un tel programme , tu renforceras le pouvoir présidentiel, au niveau de celui de Poutine ou Erdogan
Tu supprimes la moitié des contrepouvoirs. Mais heureusement, tu maintiens la présence du Sénat, que d'autres veulent également supprimer.

en dehors de la gestion locale , où là je n'ai pas compris la phrase " Suppression de toutes les « strates » administratives au niveau local qui ont multiplié les fonctionnaires" , tes économies tournent tout au plus entre 300 et 600 millions .
... En même temps, il est patent qu'il y a des copinages, des cooptations, pantouflages et des pratiques de confort pour servir ses proches amis, sûrement par excès d'empathie envers le premier cercle et au détriment des cercles plus éloignés .
#4589667
agri-info-intox a écrit :
14 janv. 2019, 15:06
Christianne a écrit :
14 janv. 2019, 10:28
Voici mes doléances


- Suppression immédiate de tous les avantages exorbitants et scandaleux alloués à vie aux anciens Présidents de la République à savoir :
collaborateurs (qui peuvent en outre se voir attribuer comme les membres des cabinets ministériels, une «indemnité de sujétion particulière» instituée par un décret du 5 décembre 2001 ), indemnité Conseil Constitutionnel, collaborateur pour conjoint, gardes du corps, logement gratuit dont toutes les charges sont payées par les contribuables, voiture de fonction et chauffeurs etc)
- Suppression des avantages anormaux des Sénateurs et en particulier du Président et réduction du budget de fonctionnement du Sénat
- Réduction du nombre de députés
- Réduction du budget de l’Assemblée Nationale, suppression des avantages anormaux alloués au personnel de l’Assemblée nationale, à savoir : des salaires exorbitants pour des jardiniers ou autres personnels dont certains sont inutiles, heures de nuit comptées pour tous les employés y compris pour ceux qui ne sont pas sur place la nuit ! etc…
- Meilleur contrôle sur les dépenses des élus, que ce soit à titre personnel sur leur indemnité représentative de mandat ou sur leurs initiatives locales.
- Suppression de toutes les « strates » administratives au niveau local qui ont multiplié les fonctionnaires
- Que chaque Président et sa femme arrêtent de faire des travaux inutiles à l’Elysée !! Ils sont là de passage…
- Suppression IMMEDIATE du Conseil Economique et social qui ne sert à rien sinon recaser des célébrités en mal d’emploi !
- Suppression des autres « Conseils » divers qui ne servent à rien
j'espère que tu as compris qu'en appliquant un tel programme , tu renforceras le pouvoir présidentiel, au niveau de celui de Poutine ou Erdogan
Tu supprimes la moitié des contrepouvoirs. Mais heureusement, tu maintiens la présence du Sénat, que d'autres veulent également supprimer.

en dehors de la gestion locale , où là je n'ai pas compris la phrase " Suppression de toutes les « strates » administratives au niveau local qui ont multiplié les fonctionnaires" , tes économies tournent tout au plus entre 300 et 600 millions .
strates administratives: communes, communauté de communes et diverses commissions et agences conseil

pouvoir
tu crois que le fait d'avoir 560 députés lui enlève du pouvoir quand il y en a plus de 300 qui sont des toutous le doigt sur la couture du pantalon et qui, lors de leur investiture par Macron, ont signé un engagement d'être FIDELE au chef!! macron a tout verrouillé avant même les législatives. Il avait l'expérience du PS éclaté devant les yeux et hollande qui se débattait avec ses frondeurs.
#4589708
c'est sur ce point, que je te félicite de vouloir garder le senat, dont le mode d'élection ne s'aligne pas sur celui du president, comme l'actuelle
assemblée nationale .

600 parlementaires, 350 à 400 députés et 200 à 250 sénateurs, 3 mandats au maximum et c'est très bien .
une caisse de retraite unique pour tous les élus ( du maire du petit village, jusqu'au ministre ) et une pension proportionnelle aux cotisations versées, avec un boni pour les maires des petites communes qui n'ont pas les moyens de cotiser)

quand aux strat administratives on en aurait 2 de trop : pour moi les communes et les départements, pour d'autres ce serait plutôt les communautés de communes et les régions
Il y aurait aussi une autre solution, c'est de reduire le nombre des communes de 36 000 à 10 000 et de reduire le nombre de départements de 100 à 40 ou 50 ( on est bien passé de 22 à 12 régions [smilie=icon_smile034.gif] )


je ne suis pas un chaud partisan de la proportionnelle intégrale, quand je regarde le modèle israélien . La bas, se sont les petits partis qui apportent les 5 ou 6 députés nécessaires à former une coalition majoritaire à la Knesset, et qui négocient durement leur entrée au gouvernement et obtiennent toutes leurs revendications . C'est la dictature des petits partis .
Par exemple en France, la proportionnelle intégrale favoriserait énormément le parti écologiste, qui entrerait dans une coalition de gauche ou alors de droite modérée, selon ce qu'on lui promet
#4589718
Par contre je maintiens le conseil économique et social, avec des désignations indépendantes du pouvoir exécutif. ( c'est justement là, qu'on pourrait avoir des désignations sur tirage au sort, sur liste de personnes candidates et ayant un minimum d'expérience publique )

Mais je supprime les hautes autorités, justement en déléguant leur responsabilité au CES
#4589762
Pour le bien de notre langue, de notre culture, je propose l'arrêt de l'invasion des anglicismes. Par exemple, au lieu de Le cahier de doléances et de propositions du grand débat national par Louve_intrepide, l'on trouvera de plus en plus souvent Le cahier de doléances et de propositions du grand débat national by Louve_intrepide.

Je propose aussi d'interdire la destruction des produits invendus.
#4589770
GTH a écrit :
13 janv. 2019, 18:18
Pour ce grand débat national tout est parfaitement encadré pour ne rien changer : Tout ce qui n’est pas autorisé est interdit et tout ce qui est autorisé est obligatoire.
Un exemple, dans tous les cahiers de doléances figure en bonne place la réintroduction de l'ISF, hors Macron refuse d'aborder ce thème.
Si il ne souhaite pas remettre cet impôt au goût du jour, il pourrait néanmoins,dans le cadre de ce débat, expliquer ses motivations et peut-être calmer l'incompréhension.
#4589780
corsica a écrit :
14 janv. 2019, 20:20
GTH a écrit :
13 janv. 2019, 18:18
Pour ce grand débat national tout est parfaitement encadré pour ne rien changer : Tout ce qui n’est pas autorisé est interdit et tout ce qui est autorisé est obligatoire.
Un exemple, dans tous les cahiers de doléances figure en bonne place la réintroduction de l'ISF, hors Macron refuse d'aborder ce thème.
Si il ne souhaite pas remettre cet impôt au goût du jour, il pourrait néanmoins,dans le cadre de ce débat, expliquer ses motivations et peut-être calmer l'incompréhension.
Emmanuel Macron pense que sans l'ISF il y a plus d'investissements. Il veut évaluer cela sur la durée.
#4589798
Jean88 a écrit :
13 janv. 2019, 09:31
Les propositions des gilets jaunes:

https://lemediapresse.fr/actualites/les ... doleances/

Malgré les efforts de la manif pour tous et ceux de la frigide machin qui porte bien son surnom, l'abrogation du mariage pour tous est ignorée des GJs....

Certains points des doléances sont discutables, mais une grande majorité amènerait un vrai progrès sociétal.


faciler à analyser: c'est le programme des communistes [smilie=icon_smile034.gif]
#4589913
Louve_intrepide a écrit :
15 janv. 2019, 11:16
Le grand débat commence aujourd'hui. :p

Voici la présentation officielle : https://www.gouvernement.fr/le-grand-debat-national

J'ai découvert la lettre de Macron dans mon journal ce matin . Je me suis servi de la page pour éplucher les légumes pour ma soupe de ce soir .
  • 1
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 11
l'affaire Dettinger

Ah parce que certains y croyaient ?

Chaque chose en son temps, l'Afrique doit en premi[…]