Le plus important forum indépendant de discussions politiques. Commentez l'actualité, participez aux débats sur les réformes et les lois.

Discutez de tout ce qui n'est pas spécifique aux autres thèmes

Modérateur : Équipe de modération

par Jean88
#4587231
Tirésias a écrit :
09 janv. 2019, 16:51
Abolir la loi Gayssot et rétablir la liberté d'expression.
Qu'est ce qui est vraiment gênant dans la loi Gayssot?
Faut-il tout jeter?
Avatar du membre
par Cadmos
#4587234
Abroger le mariage...

L'homme et la femme ne sont pas faits pour rester une vie entière avec une corde au cou pour s'étouffer ensemble. [smilie=icon_smile040.gif]
par Courtial
#4587238
Ca fait 40 ans que les Français expriment leur désaccord quant à cette immigration, ce n'est qu'un exemple mais
Ca n'est pas un exemple, c'est un fake, un mensonge si tu préfères qu'on le dise en français.
"les Français" - je suppose que LES Français, c'est juste toi - ils n'expriment pas leur désaccord Bertrand (1) l'immigration depuis 40 ans. Si tu veux qu'on considère, faut pas commencer par énoncer des contre-vérités grossières, et des trucs qui ne veulent rien dire parce qu'on ressasse en permanence, de l'autre main, que la France a été trop laxiste.

(1) Cantat. Un désaccord "quant à" l'immigration est un désaccord Bertrand.
Avatar du membre
par ultra pink noise
#4587244
poto a écrit :
09 janv. 2019, 19:36
Tu as raison, les français sont pour l'immigration.
Certains sont pour d'autres sont contre, il est assez simple de remarquer les mauvais mélanges qui donnent des tensions communautaires de plus en plus récurrentes.

Des années de frottements donnant des actes de plus en plus barbares.
Avatar du membre
par poto
#4587245
ultra pink noise a écrit :
09 janv. 2019, 19:39
poto a écrit :
09 janv. 2019, 19:36
Tu as raison, les français sont pour l'immigration.
Certains sont pour d'autres sont contre, il est assez simple de remarquer les mauvais mélanges qui donnent des tensions communautaires de plus en plus récurrentes.

Des années de frottements donnant des actes de plus en plus barbares.
Et c'est très clivant, même entre personnes d'un même peuple.
Avatar du membre
par Louve_intrepide
#4587273
poto a écrit :
09 janv. 2019, 18:48
Ca fait 40 ans que les Français expriment leur désaccord quant à cette immigration, ce n'est qu'un exemple mais il y tant de choses dont 50 % des français ne veulent pas (Maastricht) tant de choses qui sont passées en force (Lisbonne) et Marrakech aujourd'hui.. (Remarquez comme on va vers le Sud !)
La liste est longue ! Très, longue trop, longue..
L'établishment s'étonne de sentir l'odeur du pneu brûlé ? Il ose en plus dire qu'il n'a rien vu venir mais moi ça m'étonne pas..
Les fourches sont sorties, je vois mal comment la clique actuelle va s'en sortir pour moi, ils sont acculés, cuits, et ils tremblent.
Ils essayent de s'en sortir avec le grand débat national combiné avec une répression crescendo contre les manifestants. C'est un cocktail détonant voire un cocktail Molotov.
Avatar du membre
par Morokon le Hardi
#4587274
Imaginez la réaction de l'assistance et les tronches de ceux qui la composent, dans la salle municipale accueillant le grand débat lorsque lukini-la-soudure va prendre la parole pour exposer durant une petite heure cette vérité qui s'impose au monde comme son avenir et sa chance : la TAC.

Ben voilà, ça suffit à me faire marrer comme un bossu : je suis un homme simple.
Avatar du membre
par Morokon le Hardi
#4587277
Courtial a écrit :
09 janv. 2019, 19:16


(1) Cantat. Un désaccord "quant à" l'immigration est un désaccord Bertrand.
Ptain, tu fais pas semblant d'être mauvais, quand même.
par Courtial
#4587288
Morokon le Hardi a écrit :
09 janv. 2019, 20:39
Courtial a écrit :
09 janv. 2019, 19:16


(1) Cantat. Un désaccord "quant à" l'immigration est un désaccord Bertrand.
Ptain, tu fais pas semblant d'être mauvais, quand même.
Aaah, mais là, mon pote, tu ne peux pas faire dans le chichiteux : t'y vas ou t'y vas pas, mais faut le faire franchement. Si tu veux être mauvais, faut l'être vraiment et à fond.
Avatar du membre
par Francis 15
#4587307
katou a écrit :
09 janv. 2019, 18:58
Tirésias a écrit :
09 janv. 2019, 14:58
Interdire l'islam ?
En urgence.
Faut surveiller et expulser les prédicateurs les plus extrémistes fermer certaines mosqués bloquer certains sites, mais l'interdire totalement l'Islam ne serait pas très raisonnable et contre-productif.

Il faut surtout avoir une contre-idéologie en face sur le terrain
Avatar du membre
par herisson
#4587335
Rétablir les Droits de l'homme
La première génération est celle des droits de l'homme « civils et politiques » . Les premières revendications trouvent leur inspiration dans le libéralisme. Elles concernent principalement la liberté, la sûreté, la propriété et la résistance à l'oppression (déclaration de 1789), qui sont des droits d'émancipation vis-à-vis d'un État souvent oppresseur. Ces premiers droits, « contre l'État » - toujours classés comme droits de première génération - sont opposables à l'État qui ne peut agir en un sens contraire pour limiter ou supprimer ce que l'on considère comme des « droits-liberté ». Historiquement, ces droits, déjà embryonnaires dans la Constitution coutumière anglaise, se sont développés à la fin du XVIIIe siècle et ont été reconnus lors des révolutions américaine (1787) et française (1789).
Classiquement, on distingue :
Les libertés individuelles : qui consistent pour chaque individu « à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui ». On peut compter parmi ces dernières :
la liberté physique, dont en premier lieu le droit à la vie, puis l'interdiction de l'esclavage, l'interdiction de la torture et des peines inhumaines ou dégradantes et l'interdiction de la détention arbitraire (Habeas corpus) appelée aussi sûreté (Montesquieu) ;
les libertés familiales (liberté du mariage, filiation, et aujourd'hui vie privée) ;
la propriété privée (assimilée par la Déclaration de 1789 à un droit naturel et imprescriptible de l'homme, articles 2 et 17) ;
la liberté contractuelle (article 1134 du Code civil français).
Les libertés politiques, c'est-à-dire
le droit de vote ;
le droit de résistance à l'oppression ;
le droit de réunion pacifique...
Elles recouvrent entre autres les libertés des cultes, de conscience, de l'enseignement, de communication, d'association, etc.
Aujourd'hui, les deux types de libertés sont mêlés, notamment en raison d'une revendication et d'une protection concomitantes.
Deuxième génération[modifier | modifier le code]
La deuxième génération consacre les droits « économiques et sociaux ». Il est cette fois question de dignité et de bien-être (éducation, santé, etc.), qui sont des droits sur l'État, inspirés du socialisme au sens large.
Les droits de la deuxième génération sont des droits qui nécessitent l'intervention de l'État pour être mis en œuvre; l'individu, contrairement à l'hypothèse des droits résistance, est ici en mesure d'exiger de l'État une certaine action. On les nomme aussi classiquement les « droits-créances », que l'État doit, en retour d'un abandon d'une part de la liberté de ses citoyens. Ce sont aussi les droits sociaux. La notion apparaît à la suite des luttes socialistes, et elle est aujourd'hui considérée comme part entière de l'État de droit.
Historiquement, la plupart de ces droits ont été reconnus au lendemain de la Seconde Guerre mondialeN 5. Néanmoins le droit au travail ainsi qu'à la protection sociale était revendiqué dès le début de la Révolution française de 1789, et inscrit dans la loi du 19 mars 179311, qui affirmait : « Tout homme a droit à sa subsistance par le travail s'il est valide ; par des secours gratuits s'il est hors d'état de travailler. Le soin de pourvoir à la subsistance du pauvre est une dette nationale »12. De même, l'article 21 de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1793 affirme : « Les secours publics sont une dette sacrée. La société doit la subsistance aux citoyens malheureux, soit en leur procurant du travail, soit en assurant les moyens d’exister à ceux qui sont hors d’état de travailler ».
Il inspira par la suite la création des Ateliers nationaux, sous la direction de Louis Blanc, durant la Seconde République.
On peut en donner une liste non-exhaustive :
droit au travail ;
droit à la sécurité sociale ;
droit à l'éducation ;
droit de grève (1864) ;
liberté syndicale
https://fr.wikipedia.org/wiki/Droits_de_l%27homme
Les retraites

En ce qui me concerne, je l'ai prise à[…]

Pour le traître et mythomane @spitfire ain[…]

La France n’est plus une démocratie

@babiscus ... Rien de cela ne serait arriv&eacu[…]

Ce sont surtout les retraites qui plombent les d&e[…]