Le plus important forum indépendant de discussions politiques. Commentez l'actualité, participez aux débats sur les réformes et les lois.

Discutez de tout ce qui n'est pas spécifique aux autres thèmes

Modérateur : Équipe de modération

#4107990
Rand a écrit :Manuel Valls, agent d'Israël infiltré dans le gouvernement français (un ministre indiquant être lié éternellement à un Etat étranger indique l'être aussi aux intérêts et destin de ce dernier), souffle le chaud et le froid à ce sujet oui, il fait bien son travail. Dénoncer d'un côté, exaspérer de l'autre, créer des étincelles et allumer des petits feux un peu partout, par tous les moyens.
Mais oui, tous des agents infiltrés, même moi , comme tu la déjà maintes fois soulignés .

Quel Randouille !
#4108012
Valls c'est pas d'amalgame et rien de plus.
#4108014
JACK a écrit : Mais oui, tous des agents infiltrés, même moi , comme tu la déjà maintes fois soulignés .
Non pas TOUS.
Ceux qui s'en revendiquent et le démontrent, tout simplement. Toi tu n'es pas infiltré en quoi que ce soit, c'est à découvert. A moins que tu n'infiltres discrètement du Krav Maga dans une séance d'abdos-fessiers.
#4108030
Le problème est justement qu'il ne l'a dit que pour Israël. Qu'il soit lié à la Catalogne, ça aurait pu être un peu plus compréhensible, ce n'est pas du tout le même problème, les mêmes enjeux, et les mêmes conséquences. Et surtout pas la même gravité, du fait, oui, qu'Israël est Israël. Ce n'est pas un pays comme les autres. C'est un pays exceptionnel, avec un peuple exceptionnel qui doit donc être considéré d'une manière exceptionnelle. Logique non ?

8-)
#4108032
Je ne sais pas pourquoi il est lié à Israël.
De par sa femme, par conviction personnelle, par sa foi spirituelle. Par intérêt politique.

Il y a tellement de paramètres pour être lié ou pour fustiger l état Hébreu et par extension, les juifs.
#4108096
JACK a écrit :Là, il veut régler le conflit israélo-arabe, alors qu il semble déjà incapable de mettre de l ordre dans ses propres banlieues.
Toujours à voir ailleurs alors qu'il faut regarder chez soi.
Modifié en dernier par katou le 23 mai 2016, 12:35, modifié 1 fois.
#4108293
JACK a écrit :C est marrant ça, parce-que du côté arabe, Valls est considéré comme un sioniste-agent infiltré et du côté juif, un sbire des muslims-suceur de babouche.
C'est normal puisqu'ils changent son discours en fonction du lieu où il est.

C'est un très fin communicant, il faut lui reconnaître ce talent.
#4109874
katou a écrit :
Manuel Valls durcit le ton. Après s'être déjà montré très critique vis-à-vis de l'extrême gauche, qu'il a souvent accusée de connivences avec l'islam radical, le premier ministre vient de franchir un nouveau cap: il a repris à son compte l'expression controversée d'«islamo-gauchisme». Invité du «Forum Radio J» en marge de son déplacement en Israël et dans les Territoires palestiniens, le chef du gouvernement a ainsi dit citer «les mots justes» de son fidèle secrétaire d'État aux Relations avec le Parlement, Jean-Marie Le Guen.

«Il y a ces capitulations intellectuelles, ces ambiguïtés avec Les Indigènes de la République, les discussions entre Mme Clémentine Autain (porte-parole d'«Ensemble!», ndlr) et Tariq Ramadan, les ambiguïtés entretenues qui forment le terreau de cette violence et de cette radicalisation», a-t-il d'abord expliqué. Dans son viseur: le fait que le parti de la conseillère régionale d'Île-de-France ait, en décembre dernier, appelé à se rendre à un meeting controversé à Saint-Denis, où le sulfureux islamologue était - entre autres - invité à s'exprimer.
Autain menace de porter plainte

De même, Manuel Valls a fermement répondu à la provocation de l'universitaire suisse, qui a récemment demandé la nationalité française, en estimant qu'il n'y avait «aucune raison» pour qu'il l'obtienne. «Moi je pense que quand on aspire à être français, c'est qu'on aspire à partager des valeurs. Et ces valeurs sont, je crois, contradictoires avec son message», a-t-il martelé. Marié à une française depuis trente ans, le théologien pourrait toutefois, selon la loi en vigueur, jouir du droit de naturalisation presque automatiquement.

Si l'intéressé n'a pour l'heure pas réagi à la sortie du premier ministre, l'autre cible de ses attaques, Clémentine Autain, est immédiatement montée au créneau. «Je vais porter plainte contre (lui) s'il ne présente pas ses excuses», a affirmé l'élue francilienne à l'AFP. «Il faut que cela cesse. (...) Ces propos sont mensongers. Je n'ai jamais rencontré personnellement Tariq Ramadan, ni partagé de tribune avec lui. Ces accusations ineptes visent à dire que moi-même, et à travers moi ma famille politique, seraient le terreau du terrorisme», a-t-elle tancé.

http://premium.lefigaro.fr/politique/le ... chisme.php
Valls n'a pas tout à fait tort en ce qui concerne Autain.
http://www.lefigaro.fr/politique/le-sca ... amadan.php

il n'y a rien de pire qu 'une propagande qui tourne dans le vide et sonne creux

grace au regretté emmanuel ratier tout le monde est en mesure de connaitre la " vrai visage de samuel valls "

moi il me fait penser a dorian grey [smilie=icon_smile047.gif]
#4110842
jipi a écrit :
De même, Manuel Valls a fermement répondu à la provocation de l'universitaire suisse, qui a récemment demandé la nationalité française, en estimant qu'il n'y avait «aucune raison» pour qu'il l'obtienne. «Moi je pense que quand on aspire à être français, c'est qu'on aspire à partager des valeurs. Et ces valeurs sont, je crois, contradictoires avec son message», a-t-il martelé. Marié à une française depuis trente ans, le théologien pourrait toutefois, selon la loi en vigueur, jouir du droit de naturalisation presque automatiquement.
Je crois que vais faire une nouvelle provision de chips pour contempler l'enlisement des gauchiss dans leurs propres contradictions.

Je pense que je n'aurai pas la ligne mannequin cet été à la plage.
La recomposition politique viendra. Valls, Macron, Le Drian, Collomb, Rebsamemen et bien d'autres ne sont plus de gauche, ils sont dans la même cour que Juppé, Bayrou, Lemaire, Fillon et j'en passe. 2017 va dynamiter la gauche.
#4600973
où vient l’islamo-gauchisme ? Quelles sont ses racines historiques ? Pourquoi ce courant politique si marginal, incarné par une gauche radicale très peu représentative, influence-t-il autant la vie culturelle et universitaire, la société et les médias ? Comment s’est opérée cette dérive de la gauche qui aboutira à une véritable fracture idéologique au sein du camp progressiste ?

« Depuis leur origine, les groupes révolutionnaires ont pour objectif principal de se fondre dans les masses pour mieux les orienter. Si celles-ci deviennent islamistes […], les marxistes doivent leur apporter un “soutien critique”. Tel est, dès 1920, l’enjeu du Congrès des peuples d’Orient, qui se tient à Bakou sous l’égide de l’Internationale communiste », rappelle le journaliste Christophe Bourseiller.

Le lien historique entre certaines idéologies de gauche et l’islamisme est indéniable, reconnaît le sociologue et philosophe Raphaël Liogier. Il s’est construit « dès le XIXe siècle, en partie à travers la critique de l’Occident moderne », et est devenu le « champion de la lutte contre le capitalisme destructeur, porteur des revendications des damnés de la Terre ».

« L’oumma, la communauté des musulmans, se substitue peu à peu à l’Internationale prolétarienne. Sentant la classe ouvrière lui échapper à partir des années quatre-vingt, même la CGT se mettra religieusement au pas. »

D’où la séduction qu’ont continuellement exercée sur cette gauche les Frères musulmans, supposés incarner l’islamisme le plus « social ». Voilà pourquoi Tariq Ramadan, petit-fils du fondateur de la confrérie, jouira d’un prestige certain et constituera dans les années deux mille la principale passerelle entre les trotskistes français et les Frères musulmans, écrit Christophe Bourseiller.

L’oumma, la communauté des musulmans, se substitue peu à peu à l’Internationale prolétarienne. Sentant la classe ouvrière lui échapper à partir des années quatre-vingt, même la CGT se mettra religieusement au pas. « Il est presque amusant, écrit le philosophe Denis Maillard, de voir des permanents de la CGT – sans doute de solides matérialistes athées – négocier pied à pied pour que, expliquent-ils au micro sur le parking de l’usine d’Aulnay, “les camarades maghrébins puissent comme tout le monde pratiquer leur religion”. » Au-delà de l’anecdote, remarque-t-il l’ « irruption du fait religieux au sein même du syndicalisme est le symptôme de l’affaiblissement (voire de l’effondrement) des institutions de la social-démocratie ».

Comment définir l’islamo-gauchisme ? Pour l’universitaire fondateur du Printemps républicain Laurent Bouvet, ce mouvement « combine un radicalisme politique très marqué, notamment dans la revendication d’un certain degré de violence contre l’État et les forces de l’ordre », une « tradition anticapitaliste avec une complaisance sinon une connivence avec la cause islamiste ». La laïcité, poursuit-il, « y fait figure d’épouvantail, au même titre que la République, l’État, la Nation… Elle est rejetée […] comme un outil aux mains des dominants occidentaux, “blancs”, chrétiens (et juifs) contre ceux qui apparaissent […] comme la figure idéale des dominés : les musulmans ». ...

Dénoncer le racisme, une évidence pour cette gauche radicale. Mais l’antisémitisme ? « Depuis les années deux mille, la gauche radicale n’arrive plus à endiguer un antisémitisme militant dont l’antisionisme virulent est souvent le faux nez », constate Didier Leschi, directeur de l’Office français de l’immigration et de l’intégration. Pour preuve, « l’incapacité des organisations d’extrême gauche à écarter de leurs manifestations de soutien à la cause palestinienne des slogans judéophobes et des courants clairement antisémites se réclamant de l’islam ».
L’incapacité également à voir surgir un antisémitisme meurtrier d’origine arabo-musulmane. Et l’incapacité à prendre ses distances avec Houria Bouteldja, porte parole du Parti des indigènes de la République, lorsque les indigénistes « associent “juif ” et “péril homosexuel”, fustigent un “impérialisme gay” qui viserait à imposer au tiers-monde une occidentalisation des sociétés et une dévirilisation des hommes indigènes. […] Ce type de prose, si elle n’était pas produite par une femme issue de l’immigration, serait immédiatement disqualifié », remarque Didier Leschi.

Mais Houria Bouteldja, bien au contraire, a droit dans les colonnes du Monde à une tribune de soutien signée par des intellectuels radicaux, rappelle Jean-Claude Michéa. Cela en dit « très long, poursuit le philosophe, sur l’état de décomposition morale et intellectuelle, et de panique idéologique, de cette fraction de l’extrême gauche qui n’a visiblement plus d’autre ambition intellectuelle, aujourd’hui, que de prouver par tous les moyens son appartenance à la partie récupérable de la “race” blanche ».

L’islamo-gauchisme, précise l’historien Jacques Julliard dans le grand entretien où il analyse les origines du mouvement, c’est le refus et la haine de l’identité française : « tout se passe comme si seuls les dominés, les anciens colonisés, avaient droit à une identité, mais non la France, parce qu’elle est coupable. Il s’agit là d’un néo-vichysme. En effet Pétain n’a cessé de culpabiliser les Français […]. La France a commis des crimes, je les ai toujours combattus, mais passer son temps à demander aux Français de faire pénitence, c’est du pétainisme, ce n’est pas la République. »

Le journaliste Edwy Plenel est une des figures les plus médiatiques du courant islamo-gauchiste. Il explique à la télévision après le massacre de Charlie Hebdo en janvier 2015 que « la haine ne peut pas avoir l’excuse de l’humour ». Façon de suggérer que les dessinateurs l’avaient bien cherché…? Son site, Mediapart, relaiera immédiatement après les attentats une campagne non pas contre l’islamisme mais contre l’islamophobie et l’état d’urgence....

« Plenel est un réaliste, au sens philosophique médiéval du terme, autrement dit quelqu’un qui croit à la réalité des idées plus qu’à la vérité des multiplicités. Il ne croit pas ce qu’il voit, mais il voit ce qu’il croit », écrit le philosophe Michel Onfray dans son décryptage au scalpel du »plénélisme ». Racisme, islamophobie, xénophobie : trois mots sous la plume du journaliste vedette de Mediapart pour fustiger en permanence l’interlocuteur. Mais, poursuit l’auteur de Cosmos et de Décadence, « si dire qu’on trouve dans le Coran des versets homophobes, misogynes, phallocrates, bellicistes, antisémites, et ils s’y trouvent vraiment, et que leur usage politique fait peur à quiconque défend les valeurs de la République, à savoir liberté, égalité, fraternité, laïcité, féminisme, parce qu’il estime ces valeurs en danger, si dire tout cela, c’est être coupable de haine à l’endroit de tous les musulmans de la planète, alors effectivement plus aucun dialogue n’est possible ».
https://www.revuedesdeuxmondes.fr/racin ... gauchisme/

God bless Trump. Un mec qui emmerde tant de conn[…]

Avec du foie gras, un Sauternes c'est mieux qu'u[…]

LE CHÔMAGE

Les derniers chiffres d'Eurostat montrent que l'[…]

Notre Dame en feu

Sous la Révolution, Notre-Dame fut gravemen[…]