Le plus important forum indépendant de discussions politiques. Commentez l'actualité, participez aux débats sur les réformes et les lois.

Discutez de tout ce qui ne concerne pas l'Europe, de la politique étrangère de la France, des événements et conflits mondiaux, etc.

Modérateur : Équipe de modération

Avatar du membre
par Pacific
#3710012
Papa du quartier a écrit :
Pacific a écrit : Pourquoi tu fais le quote mining?
Le rapport accuse tous les camps y compris tes potes rebelles du militaire Haftar en Libye.
Évidemment je condamne ces actes et j'espère que le dialogue va l'emporter.
Pour vous montrer que les djihadistes de Misrata sont pointés du doigt eux aussi.
Djihadistes?!!
Juste pour t'informer Misrata est la ville plus prospère et croissante en Libye.
Avatar du membre
par Pacific
#3710687
Papa du quartier a écrit :Oui djihadistes.
Justement tes potes iraniens disaient qu'ils soutenaient aussi les révolutionnaires libyens mais ils font exactement le contraire en Syrie!
Tu as une explication? :arrow:
Avatar du membre
par Pacific
#3711137
Papa du quartier a écrit :j'ai pas d'info comme quoi l'Iran soutiendrait les djihadistes en Libye.
C'est eux meme qu'ils l'ont admis, le grand mollah a même salué les revolutions arabes sauf celle de la Syrie!
Avatar du membre
par PsiTechs
#3812031
Les services secrets militaires canadiens et l’OTAN savaient que l’intervention en Libye créerait le chaos et profiterait aux extémistes islamistes alignés sur al-Qaïda

[...]
David Pugliese écrit qu’ « un rapport des services secrets canadiens publié fin 2009 décrivait la place forte de l’Est libyen “d’où est partie la contestation contre Kadhafi” comme “l’épicentre de l’extrémisme islamique.” »

De même, les pilotes canadiens plaisantaient volontiers entre eux, disant qu’ils étaient la force aérienne d’al-Qaïda, étant donné que leurs bombardements « aidaient à paver la route des rebelles affiliés au groupe terroriste. »

Dans son article David Pugliese explique que quelques jours avant l’intervention de l’OTAN en Libye :

Des spécialistes canadiens du renseignement avaient envoyé un mémo à l’adresse de hauts responsables des services secrets : « Il y a de fortes probabilités pour que la situation en Libye dégénère en une longue guerre civile ou entre différentes tribus, » écrivaient-ils en mars 2011. « Cela a toutes les chances de se produire si les forces d’opposition bénéficient de l’aide militaire d’autres pays. »

Lien
Avatar du membre
par M.A.S
#4132118
Pharaoh a écrit :Libéré, Seïf al-Islam Kadhafi dit vouloir contribuer à l'unification politique de la Libye

http://www.france24.com/fr/20160708-lib ... ique-libye

Intéressant. Il peux effectivement arriver au pouvoir.
Surtout avec le chaos qui règne su place, le premier symbole qui pourrait faire revenir le pays dans ce qu'il fut peut effectivement revenir au pouvoir...
Avatar du membre
par Merl1
#4366930
Image


Le roi, un espoir pour la Libye



Dans un pays en proie aux factions, l’idée d’un retour à la monarchie semble faire son chemin.


Depuis la chute de Mouammar Kadhafi en 2011, la Libye a sombré dans l’anarchie politique et reste otage des nombreuses factions militaires qui se disputent la succession du Guide de la Jamahiriya arabe libyenne populaire et socialiste. Avec un État divisé en trois provinces (Tripolitaine, Cyrénaïque et Fezzan) où chacune tente de s’imposer ethniquement, le gouvernement d’union nationale du président du Conseil Fayez el-Sarraj a finalement conclu à Paris, ces derniers jours, un accord de réconciliation et de cessez-le feu avec son principal opposant, le maréchal Khalifa Belqasim Haftar.

Une alternative crédible

Le 24 décembre 1951, sous l’égide de la Grande-Bretagne et de la France, qui occupèrent conjointement le pays après la Seconde Guerre mondiale, le royaume de Libye avait obtenu son indépendance. Chef de la Confrérie soufie, le prince Idriss Ier El-Senoussi fut alors choisi pour ceindre une couronne qu’il perdit lors du coup d’État de septembre 1969 au profit du régime ubuesque du colonel Kadhafi. Des voix s’élèvent désormais afin de réclamer le retour de la monarchie dans cette partie de l’Afrique du Nord. Bien qu’ordinairement silencieuse, la maison royale bénéficie de nombreux soutiens parmi la population et la classe politique dont certains souhaitent son retour au pouvoir. Une solution qui permettrait, selon eux, de juguler la montée de l’islamisme dans le pays et d’assurer la stabilité économique de la Libye dont la porosité des frontières a permis à des centaines de milliers de migrants de pénétrer en Europe par voie maritime. En 2014, déjà, le ministre des Affaires étrangères, Mohamed Abdelaziz, avait confirmé que l’option monarchique « "faisait son chemin et était étudiée par les milieux politiques du pays" ». Plus la situation devient complexe face aux nombreux seigneurs de la guerre qui se multiplient, plus les partisans de la monarchie se font entendre. Invité à s’exprimer au Parlement européen, peu après le déclenchement de la révolution qui avait très rapidement adopté le drapeau de l’ancienne monarchie comme symbole, le prince héritier, Mohammed Senoussi, s’était engagé à « "faire tout son possible pour créer un État démocratique" ». La Cyrénaïque avait même porté à la tête de la province, durant deux ans, un membre de la maison royale, le prince Ahmed Zoubaïr. Avant que les luttes intestines ne ruinent tout projet de retour à la monarchie. La semaine dernière, plus de six cents délégués et chefs de tribus ont été appelés par le « "mouvement national pour le retour à la légitimité constitutionnelle" » à se réunir dans la ville berbère de Gharyan afin de tenter de mettre en place un référendum sur cette question.

La maison royale divisée

Bien qu’elle ne participe pas à cette conférence, la maison royale reste toutefois divisée sur le choix d’un prince pour occuper le trône vacant. Face à Mohammed Senoussi, cinquante-cinq ans, son cousin Idriss, sexagénaire, revendique également la succession royale. Lors d’une conférence de presse à Tunis, le 7 septembre, il s’est posé en alternative au pouvoir actuel, proposant aux Libyens un projet de rétablissement de la monarchie constitutionnelle qui satisferait aux exigences fédéralistes de tous. À moins que les partis politiques ne finissent par installer au pouvoir Seif El-Islam Kadhafi, le fils de l’ancien dictateur, devenu involontairement le joker des différentes milices armées qui gardent jalousement les différentes usines de pétrole, principale ressource du pays.

Frédéric de Natal

Paru dans l’Action Française 2000 n° 2965 du 02 Novembre 2017.
Avatar du membre
par cemab
#4366966
Vont-ils être suffisamment intelligents pour s'entendre ? Intéressant à suivre
Avatar du membre
par Merl1
#4514453
La Libye refuse d'accueillir les "migrants" secourus dans ses eaux territoriales par... l'Italie



Qu'attend donc la communauté internationale à soutenir l'Italie et obliger la Libye à respecter le droit ?

"Le gouvernement libyen d'union nationale (GNA) refusera d'accueillir environ 170 migrants bloqués sur un navire italien après avoir quitté les côtes libyennes, a indiqué le chef de la diplomatie Mohamad Siala. Cette déclaration intervient après des menaces répétées de Rome de renvoyer ces migrants en Libye.

"Soit l'Europe commence à défendre sérieusement ses frontières et partage l'accueil des immigrés, soit nous commencerons à les ramener dans les ports d'où ils sont partis", a écrit mardi sur Twitter le ministre italien de l'Intérieur Matteo Salvini. Il avait déjà proféré les mêmes menaces dimanche. Ce serait une "mesure injuste et illégale", a réagi le ministre libyen des Affaires étrangères dans un communiqué publié tard hier soir, soulignant que son pays accueillait déjà plus de 700.000 migrants, la plupart originaires d'Afrique sub-saharienne. Selon lui, les migrants secourus en Méditerranée doivent être rapatriés "dans leur pays d'origine". "La Libye est uniquement un pays de passage qui n'a que trop enduré", a-t-il indiqué, appelant la communauté internationale à "assumer ses responsabilités".
Avatar du membre
par themis_301
#4521285
Violences à Tripoli : l'Italie fait porter le chapeau du chaos à la France
L’Italie accuse la France d'être responsable du chaos libyen, alors que des affrontements ont ensanglanté la capitale Tripoli. Le doute plane plus que jamais sur la tenue d’élections en décembre, voulues
par Paris.
https://www.france24.com/fr/20180904-li ... -elections
___________________________________________________

Et Il a parfaitement raison, c'est la France de Sarkozy qui a mis a mal la tranquillité de cette région . Idem pour la Syrie, Macron en tête.
Avatar du membre
par Elodia
#4529832
themis_301 a écrit :
10 mars 2018, 19:25
Chacun sa merde, nous avons déjà les nôtres ... les agresseurs, les violeurs, les assassins, les égorgeurs et même les scalpeurs.
Tout çà réuni, la liste est longue de déconvenues françaises
par Issou
#4529839
Bon enfin ce qui se passe en Lybie, c'est quand même de la faute de la France, de Sarkozy plus précisément.
C'est lui et non les américains qui voulait l'intervention, et il paraît qu'il a ordonné l'assassinat de Kadhafi lequel promettait d'ailleurs des révélations si Sarko l'attaquait.
  • 1
  • 166
  • 167
  • 168
  • 169
  • 170

Si le prix de la terre n'avait pas autant mont&eac[…]

A partir du moment que l'on veut limiter la parole[…]

Venezuela : Maduro dans la merde !

...............se foutre de l'illégalit&e[…]

La conquête de l'espace vitale ( Leben[…]