Le plus important forum indépendant de discussions politiques. Commentez l'actualité, participez aux débats sur les réformes et les lois.

Discutez de tout ce qui ne concerne pas l'Europe, de la politique étrangère de la France, des événements et conflits mondiaux, etc.

Modérateur : Équipe de modération

#4607266
L’avenir ? Radieux, forcément radieux


Le XXIe siècle sera sans doute celui d’un grand basculement. L’Asie reprendra sur la scène mondiale la place qui était la sienne quand la Chine, avant de se désintéresser de la question, envoyait l’amiral Zheng He (1371-1433) explorer l’océan Indien à la tête de flottes en regard desquelles l’expédition de Christophe Colomb, un siècle plus tard, n’aura été qu’une dérisoire poignée de barcasses ; et encore au début du XIXe siècle, quand la Chine représentait quelque 30‑33 % du Pib mondial, et l’Inde environ 15 % 2.

Serait-il anormal qu’une région qui devrait rassembler la moitié de la population du monde en 2050 (en dépit de l’affaissement démographique prévisible au Japon et en Chine), alors que l’Europe n’en représenterait plus que 5,3 % 3, joue un rôle en proportion ? L’hégémonie occidentale imposée au monde au cours des trois derniers siècles n’a pas produit de résultats tels qu’elle ait gagné le droit de se perpétuer indéfiniment, à considérer les génocides et la destruction à grande échelle des cultures dont elle s’est accompagnée, et l’impasse écologique dans laquelle elle semble avoir engagé la planète. C’est du moins un point de vue sur lequel les Asiatiques, quels qu’ils soient, s’accordent tous.

La vraie question est de savoir si l’Asie « fera mieux » que l’Occident. Sans doute, si l’on accepte l’idée que les leçons de l’histoire s’apprennent plus ou moins, mais aussi l’idée que la technologie rend aujourd’hui extrêmement improbables, sinon la guerre, du moins les affrontements entre grandes puissances. De ce fait, la domination planétaire d’un acteur (fût-il collectif comme « l’Occident ») par la force n’est pas plus à l’ordre du jour qu’une domination régionale brutale de la Chine en Asie. La plus grande crainte que l’on puisse avoir est peut-être que l’Asie ne soit plus elle-même quand elle accédera à un rôle central : qu’elle oublie tout ce que pourrait apporter au monde la tradition de métissages multiformes, de sensibilité à la nature, de tolérance et d’attention aux exigences de l’ordre social qui est, pour l’essentiel, celle de ses civilisations. Si l’Asie accédant à la puissance ne se pense pas comme un succédané de l’Occident, l’avenir pourrait en être un peu éclairé, sinon tout à fait radieux.


source
https://www.revue-projet.com/articles/2 ... x-du-monde
l'affaire Dettinger

Faudrait pas vous emballer ....ce n'est pas le b[…]

Vous parlez d'un déclin de l'Europe p&eacut[…]