Le plus important forum indépendant de discussions politiques. Commentez l'actualité, participez aux débats sur les réformes et les lois.

Discutez des sujets touchant à notre société et ses institutions

Modérateur : Équipe de modération

#4379342
filochard a écrit :
05 déc. 2017, 20:13
Conservateur en politique a un sens. Qui n'est par forcément le sens qu'en donnent les gauchistes, Courtial, et les ex-gauchistes, Nymo .

La CGT est obscurantiste, réactionnaire, mais certainement pas conservatrice.

Vous avez plus qu'a vous retaper le fil depuis le début et lire tous les liens que j'ai fournit les gars. [smilie=icon_smile025.gif]

S'il fallait définir conservateur en quelques mots, ce serait valoriser et considérer comme important la transmission entre générations.

Maintenant pour les feignasses qui ne veulent pas reprendre le fil depuis le début, un des lien que je préfère, déjà posté plus haut: http://www.lefigaro.fr/vox/politique/20 ... alisme.php
Le conservatisme est condamné à tourner en rond de manière impuissante tant qu'il aura des relations trop marquées avec le libéralisme économique contemporain.
Il pouvait avoir du sens à l'époque où le libéralisme économique prônait et pratiquait une véritable concurrence donc en se défiant du capitalisme pur et dur de nature inévitablement oligopolistique (concentration), mais en refusant par exemple la séparation entre banques de dépôts et d'affaires, il devient un jouet entre les mains de la caste.
#4379348
pour moi, en français, "conservateur", ça ne signifie PLUS RIEN.
nous ne sommes pas assez gravement atteints en france, pour voir une équipe de "néo cons" au pouvoir.
quant au "conservatisme traditionnel français", je crois tout simplement qu'il s'est fait dynamiter, façon puzzle, par l'élection macron.
tout sent le "ringard", hormis macron et macron (et un peu macron, c'est vrai aussi)

la droite réussit à se morceler en trois pans!!! faut le faire!!! ils ont bien raison de se diviser, c'est exactement ce qu'il leur faut, en ce moment!! :mdr:
la gauche? c'est encore plus drôle, totalement désintégrée... le PS? je crois que le tigre de Tasmanie a plus de chances de survie que le PS de France.
Mélenchon.. bon, lui c'est bon, il est content, il a son petit créneau, on l'invite, quand on manque de spectacle et il est heureux comme tout. (pour la sincérité, faudra attendre ses 75 ans, je pense)
mais le top, c'est le FN. là j'avoue, la séquence est splendide.
8 députés. Ah non, pardon, c'est vrai, l'un a fait défection pour rejoindre Philippot (donc 7 maintenant)
zéro leader, zéro ligne, des changements fumeux à tous les chapitres, et en plus wauquiez n'a rien de trouver de plus intelligent à faire que d'aller draguer les survivants du FN.
Ce faisant, il s'exclue de toute la droite "normale".

la météo semble au poil pour macron.
dans cette ambiance là, je ne vois vraiment aucun avenir pour un courant conservateur en France.
d'ailleurs, sous Flamby, ce courant conservateur aurait dû se densifier, le socle de fillon aurait dû être largement plus balaise qu'un ridicule 16/18%
mais maintenant que macron a commencé ses réformes, franchement, je ne vois pas comment un animal du conservatisme pourrait survivre.

pour moi, ce courant est totalement mort. Je suis d'accord pour dire qu'il y aura toujours minimum 15% en france, de fans de ce courant, disons, mais comme macron va réussir ses réformes et que l'économie va se redresser puissamment, ce fameux 15% ne peut que fondre encore davantage.

imaginer un rebond du courant conservateur vers 25% voire 30% ça me parait totalement impossible, dans les circonstances actuelles. faudrait une crise cardiaque rapide au jupiter, pour redonner un peu d'espoir à tous ces vaincus de mai 2017
#4379752
allmen67 a écrit :
06 déc. 2017, 06:31
filochard a écrit :
05 déc. 2017, 20:13
Conservateur en politique a un sens. Qui n'est par forcément le sens qu'en donnent les gauchistes, Courtial, et les ex-gauchistes, Nymo .

La CGT est obscurantiste, réactionnaire, mais certainement pas conservatrice.

Vous avez plus qu'a vous retaper le fil depuis le début et lire tous les liens que j'ai fournit les gars. [smilie=icon_smile025.gif]

S'il fallait définir conservateur en quelques mots, ce serait valoriser et considérer comme important la transmission entre générations.

Maintenant pour les feignasses qui ne veulent pas reprendre le fil depuis le début, un des lien que je préfère, déjà posté plus haut: http://www.lefigaro.fr/vox/politique/20 ... alisme.php
Le conservatisme est condamné à tourner en rond de manière impuissante tant qu'il aura des relations trop marquées avec le libéralisme économique contemporain.
Il pouvait avoir du sens à l'époque où le libéralisme économique prônait et pratiquait une véritable concurrence donc en se défiant du capitalisme pur et dur de nature inévitablement oligopolistique (concentration), mais en refusant par exemple la séparation entre banques de dépôts et d'affaires, il devient un jouet entre les mains de la caste.
Bonjour,

Vous êtes un fin analyste du conservatisme vu par un élève de terminale pro. Votre professeur d'économie ne connaissait que le marxisme, tout s'explique.

Cordialement.
#4382147
« Le conservatisme semble sorti de l’ombre »

Daoud Boughezala. Laurent Wauquiez a été très largement élu à la tête des Républicains (74% des suffrages) en portant un positionnement conservateur assumé sur des sujets tels que l’identité, la défense du christianisme ou l’immigration. Est-ce un tournant dans l’histoire du conservatisme dont François Huguenin écrit dans votre dictionnaire qu’il est « le grand absent de la politique française » ?

Frédéric Rouvillois1. À vrai dire, je serais tenté de prendre votre question à rebrousse-poil, et de commencer par noter que, contrairement à ce qu’affirme mon ami François Huguenin, le conservatisme n’est pas le grand absent de la politique française, mais plutôt, si je puis dire, le grand invisible. En fait, le conservatisme est omniprésent tout au long du XIXe siècle, y compris dans le cadre républicain, puisqu’au début de la IIIe, par exemple, Léon Gambetta ou Jules Ferry n’hésitent pas à s’en réclamer, et même, à contester que l’on puisse être conservateur sans être républicain… Pour diverses raisons, les choses vont changer dans les décennies suivantes, et de fait, le conservatisme, s’il ne disparaît pas, va désormais être dissimulé : dans les toutes dernières années du XIXe siècle, les conservateurs, sans pour autant renoncer à leurs idées, abandonnent même ce titre pour prendre, à la Chambre des députés, celui, plutôt inattendu, de… progressistes. Par la suite, au cours du XXe siècle, le conservatisme, même si en France on ne prononce pas le mot, n’en demeure pas moins un courant souterrain puissant et fécond, qui sourd à certains moments, mais ne cesse d’irriguer secrètement la droite politique – tandis qu’il transparaît par ailleurs ouvertement dans les milieux intellectuels, artistiques, littéraires, etc.

De nos jours , la nouveauté vient de ce que ce conservatisme, qui pendant plus d’un siècle avait prudemment évité de dire son nom, semble être sorti de l’ombre – en particulier à la suite de la Manif pour tous, puis de la désignation de François Fillon à la primaire de la droite, et enfin, de l’accession de Laurent Wauquiez à la tête du parti LR. C’est à ce propos que l’on pourrait parler d’un tournant, qui en réalité n’est autre qu’un dévoilement.
...
Maintenant, et l’on retrouve ici le « tournant » dont nous avons déjà parlé, il semble que ce fossé n’est pas croissant, mais plutôt en voie de résorption : d’abord, parce que ce qui était tabou, l’est de moins en moins ; et d’autre part, parce que la droite commence enfin à comprendre qu’elle a besoin des intellectuels, ne serait-ce que pour se repenser elle-même, et surmonter la situation catastrophique qui est actuellement la sienne. Voilà pourquoi on peut espérer fermement qu’un jour viendra où ce fossé n’existera plus. Et où la droite assumera ce qu’elle est, c’est-à-dire, sa dimension fondamentalement conservatrice.

https://www.causeur.fr/wauquiez-lr-rouv ... sme-148275
#4382186
L'étiquette conservatrice n'est pas vendeuse, et elle confine la droite à une préservation du passé impossible à gagner et non-désirable, à une posture défensive face à une gauche à laquelle vous céderez l'initiative.

Si vous voulez faire gagner la gauche pourtant moribonde, continuez d'importer une étiquette américaine qui a tellement bien réussi que la Californie a désormais 40% de latinos et que les USA sont l'emblème du libéralisme.

Tout c que vous avez à faire pour gagner c'est parler de la France. Alors pourquoi diable vous enfermer sous une étiquette qui sent le réac catho et faire fuir votre électorat ?
#4382212
la Californie a désormais 40% de latinos et que les USA sont l'emblème du libéralisme.
Transmis à nos amis complotistes. Toujours le Juif, le Franc-maçon, à la longue, ça devient monotone.
Nouvelle cible : les Latinos.
Le libéralisme, la marchandisation généralisée, la spéculation et le règne inconditionnel du fric, c'est la faute des Latinos, en fait.
#4382220
Courtial a écrit :
11 déc. 2017, 18:41
la Californie a désormais 40% de latinos et que les USA sont l'emblème du libéralisme.
Transmis à nos amis complotistes. Toujours le Juif, le Franc-maçon, à la longue, ça devient monotone.
Nouvelle cible : les Latinos.
Le libéralisme, la marchandisation généralisée, la spéculation et le règne inconditionnel du fric, c'est la faute des Latinos, en fait.
la vache, ça a bien baissé... quand on se rappelle qu'il y avait 100 % de latinos, avant les 49 ers...
#4382243
france2100 a écrit :
11 déc. 2017, 17:36
L'étiquette conservatrice n'est pas vendeuse, et elle confine la droite à une préservation du passé impossible à gagner et non-désirable, à une posture défensive face à une gauche à laquelle vous céderez l'initiative.

Si vous voulez faire gagner la gauche pourtant moribonde, continuez d'importer une étiquette américaine qui a tellement bien réussi que la Californie a désormais 40% de latinos et que les USA sont l'emblème du libéralisme.

Tout c que vous avez à faire pour gagner c'est parler de la France. Alors pourquoi diable vous enfermer sous une étiquette qui sent le réac catho et faire fuir votre électorat ?
Ben disons que ce fil c'est surtout parler du renouveau du conservatisme français plus que de marketing politique.

Après s'il s'agit de vendre le truc, je ne suis pas sur que ce soit si peut vendeur que ça:
- les gens on besoin de certitudes, de racines,
- les gens en ont marre de la comm et veulent qu'on leur parle cash comme à des adultes. Si on veut vendre du conservatisme, et bien qu'on vende du conservatisme et pas du conservatisme enrobé dans une espèce de charabia aussi mièvre que insipide qui ne veut plus rien dire.

Ce qui sauvera la France c'est un mélange de conservatisme, de nationalisme et de libéralisme.
#4382247
filochard a écrit :
11 déc. 2017, 19:36
france2100 a écrit :
11 déc. 2017, 17:36
L'étiquette conservatrice n'est pas vendeuse, et elle confine la droite à une préservation du passé impossible à gagner et non-désirable, à une posture défensive face à une gauche à laquelle vous céderez l'initiative.

Si vous voulez faire gagner la gauche pourtant moribonde, continuez d'importer une étiquette américaine qui a tellement bien réussi que la Californie a désormais 40% de latinos et que les USA sont l'emblème du libéralisme.

Tout c que vous avez à faire pour gagner c'est parler de la France. Alors pourquoi diable vous enfermer sous une étiquette qui sent le réac catho et faire fuir votre électorat ?
Ben disons que ce fil c'est surtout parler du renouveau du conservatisme français plus que de marketing politique.

Après s'il s'agit de vendre le truc, je ne suis pas sur que ce soit si peut vendeur que ça:
- les gens on besoin de certitudes, de racines,
- les gens en ont marre de la comm et veulent qu'on leur parle cash comme à des adultes. Si on veut vendre du conservatisme, et bien qu'on vende du conservatisme et pas du conservatisme enrobé dans une espèce de charabia aussi mièvre que insipide qui ne veut plus rien dire.

Ce qui sauvera la France c'est un mélange de conservatisme, de nationalisme et de libéralisme.
ce qui sauvera la france, c'est une seule chose : un chef, un vrai. comme clovis!
#4382392
filochard a écrit :
06 déc. 2017, 00:28
Volog a écrit :
06 déc. 2017, 00:17
ppppppppffffffffff, le figaro, le figaro, parole d'évangile des riches et des patrons.

Le libéralisme, dont il s'agit, c'est le capitalisme, faut le dire simplement et pas se cacher derrière des mots creux pour faire passer l'idéologie rétrograde du passé.
Ici c'est un forum de discussion. Si vous avez des arguments articulés ou des précisions étayées à formuler, vous êtes le bienvenu. Si votre intention est d'éructer vos sentiments, allez plutôt sur doctorissimo.com ou vous trouverez des oreilles attentives parce qu'ici on en a rien à branler de vos sentiments.


L'insulte c'est l'arme des faibles.

L'insulte, c'est ce qu'il reste à ceux qui n'ont ni la culture pour s'exprimer autrement, ni l'intelligence pour contrer des arguments.

Les plus faibles d'esprit et les plus lâches sont ceux qui agressent derrière un pc, c'est plus facile, et ils se croient invincibles, justement parce qu'ils sont faibles d'esprit et lâches.

L'insulte est en soi un constat d'échec.

C'est l'expression de la misère intellectuelle effectivement c'est l'arme du faible.
#4382521
Courtial a écrit :
11 déc. 2017, 18:41
Nouvelle cible : les Latinos.
Je me fous des latinos personellement. Mais les conservateurs US, eux, s'opposaient à l'immigration et ils ont échoué puisque la Californie est passée de 10% de latinos en 1970 à 40% en 2010.

Donc il serait intelligent de ne pas appliquer la même stratégie qu'eux et de se cocnentrer sur ce qui est gagnable, l'arrêt de l'immigration, plutôt que de jouer à la grenouille de bénitier.
#4382550
filochard a écrit :
11 déc. 2017, 19:36

Ce qui sauvera la France c'est un mélange de conservatisme, de nationalisme et de libéralisme.
Mouais, s'il faut vous croire pour la période 1870/1914 comme votre période rêvée de libéralo-conservato-nationalisme, on sait à quoi cela a mené: à deux guerres mondiales. Je n'ai pas envie de tester ça à nouveau.
#4382553
allmen67 a écrit :
12 déc. 2017, 12:49
filochard a écrit :
11 déc. 2017, 19:36

Ce qui sauvera la France c'est un mélange de conservatisme, de nationalisme et de libéralisme.
Mouais, s'il faut vous croire pour la période 1870/1914 comme votre période rêvée de libéralo-conservato-nationalisme, on sait à quoi cela a mené: à deux guerres mondiales. Je n'ai pas envie de tester ça à nouveau.
en 1870, le monde était donc plus petit que maintenant :idea:
#4382573
cemab a écrit :
12 déc. 2017, 12:51
allmen67 a écrit :
12 déc. 2017, 12:49
filochard a écrit :
11 déc. 2017, 19:36

Ce qui sauvera la France c'est un mélange de conservatisme, de nationalisme et de libéralisme.
Mouais, s'il faut vous croire pour la période 1870/1914 comme votre période rêvée de libéralo-conservato-nationalisme, on sait à quoi cela a mené: à deux guerres mondiales. Je n'ai pas envie de tester ça à nouveau.
en 1870, le monde était donc plus petit que maintenant :idea:
?
#4382576
pour la période 1870/1914 comme votre période rêvée de libéralo-conservato-nationalisme, on sait à quoi cela a mené: à deux guerres mondiales

y en a eu qu'une entre 1870 et 1914. sauf si vous comptez la première comme mondiale :idea:

non ?
#4382593
allmen67 a écrit :
12 déc. 2017, 12:49
filochard a écrit :
11 déc. 2017, 19:36

Ce qui sauvera la France c'est un mélange de conservatisme, de nationalisme et de libéralisme.
Mouais, s'il faut vous croire pour la période 1870/1914 comme votre période rêvée de libéralo-conservato-nationalisme, on sait à quoi cela a mené: à deux guerres mondiales. Je n'ai pas envie de tester ça à nouveau.
2 guerres mondiales entre 1870 et 1914 ??

Bon je crois comprendre que vous pensez que ça a mené à la 1ere guerre mondiale.

Déjà ce que je constate c'est surtout qu'on l'a gagné et qu'on a récupéré nos chers Alsace et Lorraine. ça n'a pas de prix. Contre des chleuh qui ne sont pas les premiers venus. C'est réellement un exploit. ça met de l'eau à mon moulin en prouvant que le libéralo-conservato-nationalisme comme vous dites rend la France puissante.

Après sachez que le raccourcit Nationalisme = guerre est profondément stupide et faux. Je vous invite à lire cet article
http://www.atlantico.fr/decryptage/nati ... 34001.html
Je ne vous copie que le début:
Vincent Tournier : "Le nationalisme, c’est la guerre", ne cesse de répéter François Hollande, maintenant suivi par Emmanuel Macron. Cette convergence dans la condamnation du nationalisme n’est pas surprenante en ces temps d’intégration européenne et de montée du FN. Mais elle est malgré tout inquiétante tant elle témoigne d’une vision simpliste de l’histoire. Associer le nationalisme à la guerre est terriblement réducteur, et même totalement faux. La guerre est un phénomène ancien, sans doute éternel dans l’histoire humaine, alors que le nationalisme est très moderne puisqu’il émerge avec les Lumières et la Révolution française.
....

Prof d'histoire: mais putain qu'est ce qu'on vous a appris et qu'est ce que vous bourrez dans le crane de nos gosses ????? :devil:
#4382611
Filochard, je ne vais pas me lancer dans une polémique autour de la sémantique d'un mot.
Je ne constate qu'un fait historique absolument irréfutable: l'Europe de 1970/1914 est très nationaliste et que ce fait (avec d'autres évidemment) a participé à l'engrenage fatal y compris après 1918.

Et sachez aussi que j'ai certainement bien plus d'arguments historiques à faire valoir sans à priori idéologiques que vous sur cette époque.
Vous êtes dans un débat totalement obnubilé par vos préférences idéologiques là où moi, je reste autant que possible objectif.

Je vois mal comment on pourrait négliger la dimension fortement nationaliste et donc guerrier de l'atmosphère en Europe avant 1914 (et après) en Allemagne, en Russie, en Angleterre et aussi en France.
Votre Tournier semble surtout vouloir faire de l'antimacronisme (pourquoi pas? mais alors qu'il le fasse de manière réfléchie et pas en minorant un aspect essentiel qui a conduit qu'il le veuille ou non aux deux conflits mondiaux). Comment peut-on sous-estimer voire pire condamner tout lien entre nationalisme et impérialisme? Ce type est dangereux et a découvert son diplôme d'histoire dans une boîte Bonux.

Récupérer l'Alsace-Moselle au prix d'1,4 million de morts et de centaines de milliers (millions?) de "gueules cassées", de millions de veuves, d'orphelins, de membres de la famille anéantis par la perte d'un proche, peut-on dire que "ça n'a pas de prix?". Je me donne la liberté d'en douter... et à mon petit niveau, je sais de quoi je parle (comme vous peut-être aussi) car j'ai un oncle du côté paternel qui a laissé un œil en tant que soldat français en 1940 du côté de la Lorraine et j'ai un aïeul côté maternel (arrière grand-oncle ou arrière grand-père, je ne sais pas ou plus) qui a combattu en Russie pendant la Première guerre mondiale pour l'armée du Kaiser et qui je crois s'en est sorti.
#4382794
Après sachez que le raccourcit Nationalisme = guerre est profondément stupide et faux. Je vous invite à lire cet article
http://www.atlantico.fr/decryptage/nati ... 34001.html
Je ne vous copie que le début:
Vincent Tournier : "Le nationalisme, c’est la guerre", ne cesse de répéter François Hollande, maintenant suivi par Emmanuel Macron. Cette convergence dans la condamnation du nationalisme n’est pas surprenante en ces temps d’intégration européenne et de montée du FN. Mais elle est malgré tout inquiétante tant elle témoigne d’une vision simpliste de l’histoire. Associer le nationalisme à la guerre est terriblement réducteur, et même totalement faux. La guerre est un phénomène ancien, sans doute éternel dans l’histoire humaine, alors que le nationalisme est très moderne puisqu’il émerge avec les Lumières et la Révolution française.
....
Si le reste de l'article est du même tonneau, ça donne pas envie de lire la suite, c'est encore le texte d'un bas du front que la Filoche fait mine d'admirer, sans doute parce que ça l'arrange.
D'abord, factuellement, cette citation est de François Mitterrand (que Hollande l'ait répété après, c'est possible) qui a dit sans cela non comme une vue philosophique, mais dans un débat précis, sur l'Europe et ce que pourrait signifier un regain de nationalisme dans ce contexte.
Ensuite, le raisonnement de ce monsieur est aussi clair qu'un jus de chique que j'ai bien connu. Le nationalisme, c'est la guerre, cela ne veut pas dire le nationalisme a inventé la guerre, ou qu'il en est le seul facteur. C'est comme si je vous disais : l'alcool au volant, c'est dangereux, et que vous me répliquiez qu'il y a des tas de types sobres qui conduisent mal.
  • 1
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8

Vos déplorables prédécesseu[…]

La Waffen-SS était-elle vraiment une troup[…]

J'ai l'impression que vous ne connaissez pas bi[…]

Belle manœuvre et beaucoup d’anciens[…]