Le plus important forum indépendant de discussions politiques. Commentez l'actualité, participez aux débats sur les réformes et les lois.

Discutez de culture, d'art, de littérature, ... etc.

Modérateur : Équipe de modération

Avatar du membre
par Merl1
#4351751
Cette rubrique vous propose de choisir de grands événements, des personnages historiques ou même de fictions etc... La seule contrainte est qu'il y est un lien important avec la date de votre message. Vous pouvez par exemple choisir un personnage qui fait écho à une actualité contemporaine ou choisir l'anniversaire d'un événement qui vous tient à cœur. Bref vous pouvez laissez travailler votre imagination, et n'hésitez pas à illustrer votre message par des photos, vidéos etc..

Par courtoisie il est préférable qu'un seul événement soit choisi chaque jour, évitez d'accumuler les références pour une même date. De même si vous commentez un événement essayez de le faire le jour même pour plus de clarté.

Je compte sur votre participation !
france2100 a/ont remercié ça
Avatar du membre
par Merl1
#4351755
14 octobre 1066
Bataille d'Hastings


La bataille d'Hastings s'est déroulée le 14 octobre 1066 à une dizaine de kilomètres au nord de la ville d'Hastings, dans le Sussex de l'Est. Elle oppose le dernier roi anglo-saxon d'Angleterre, Harold Godwinson, au duc Guillaume de Normandie, et se solde par une victoire décisive de ce dernier.

Hastings s'inscrit dans la crise de succession ouverte par la mort du roi Édouard le Confesseur en janvier 1066. Élu et sacré successeur d'Édouard, Harold doit faire face aux invasions lancées par des prétendants à la couronne. Il vainc le roi de Norvège Harald Hardrada le 25 septembre à Stamford Bridge, dans le Yorkshire, mais pendant ce temps, le duc Guillaume de Normandie a débarqué dans le Sussex, à l'autre bout du pays. Harold se précipite à sa rencontre à marche forcée.

La bataille dure du matin jusqu'au soir du 14 octobre. Postées au sommet de la colline de Caldbec, les troupes anglaises résistent aux premiers assauts ennemis. Les Normands ont alors recours à une ruse : l'aile gauche feint de fuir avant de se retourner sur les Anglais lancés à leur poursuite. L'armée anglaise finit par céder et se débander après la mort d'Harold, et la victoire revient à Guillaume.

Grâce à sa victoire, le duc de Normandie peut marcher jusqu'à Londres, et il est sacré roi d'Angleterre le jour de Noël à Westminster. Même si la conquête normande de l'Angleterre n'est véritablement achevée que plusieurs années plus tard, la bataille d'Hastings marque un tournant dans l'histoire de l'Angleterre, dont elle inaugure la période anglo-normande.
Image
L'armée anglaise encaisse la charge de la cavalerie normande
https://fr.wikipedia.org/wiki/Bataille_d%27Hastings
Avatar du membre
par Merl1
#4352144
15 octobre 1959
"Attentat de l'Observatoire
"

L’attentat de l'Observatoire est un attentat simulé mené contre François Mitterrand dans la nuit du 15 au 16 octobre 1959 à Paris, dans l'avenue de l'Observatoire, près du jardin du même nom. A minuit moins le quart, François MITTERRAND, élu de la Nièvre sort de la brasserie « Lipp », boulevard Saint-Germain à Paris. Il prend le volant de sa 403 pour regagner son appartement de la rue Guynemer.
S’apercevant qu’il est suivi, il fait un détour par le jardin du Luxembourg, à la hauteur de l’avenue de l’Observatoire. Il arrête sa voiture, enjambe une haie et se jette à plat ventre dans le gazon. Une rafale de pistolet mitrailleur est alors tirée sur la voiture vide. La voiture de l'ancien ministre de l'Intérieur de Pierre Mendès France, est criblée de sept balles. Les soupçons des enquêteurs s'orientent d'abord vers les partisans de l'Algérie française.

S'ensuit une controverse politique et judiciaire, appelée l’affaire de l'Observatoire, François Mitterrand étant accusé d'avoir lui-même commandité l'attentat dans le but de regagner les faveurs de l'opinion publique. L'ancien député gaulliste puis poujadiste Robert Pesquet se présente six jours après l'attentat comme son complice, présentant des preuves de ses rencontres préalables avec Mitterrand. Ce dernier finit par admettre avoir rencontré Pesquet avant l'attentat. Aux dires de Pesquet, Mitterrand aurait été enthousiasmé à l'idée de se faire de la publicité par ce moyen, et aurait planifié l'opération en détail.
Image
Le 21 Octobre, le journal Rivarol, publie les révélations de Robert Pesquet qui affirme n’avoir eu d’autre commanditaire que Mitterrand lui-même, soucieux de faire remonter sa cote de popularité. Le 22 octobre, Me Tixier-Vignancourt « ferre le poisson » en invitant la presse au domicile de Me Dupuy, l’avocat de Pesquet. Ce dernier lit aux journalistes la lettre qu’il s’est adressée et qui décrit à l’avance l’opération. Il ajoute : « C’est à la demande de François Mitterrand que cet attentat bidon a été organisé ».
Cette affaire d’attentat bidon est catastrophique pour le sénateur de la Nièvre, qui voulait faire remonter sa cote de popularité. L’ancien Ministre de l’Intérieur et de la Justice, (futur Président de la République) a menti à la France.
Image
Épilogue :

Poursuivi pour outrage à magistrat, après la levée de son immunité parlementaire, François Mitterrand bénéficiera d’un non-lieu ainsi que ses « agresseurs », à la suite d’une loi d’amnistie en 1966 (réélection de De Gaulle en janvier). Le 8 août 1966, le juge Sablayrolle, qui a remplacé le juge Braunschweig, rend une ordonnance de non-lieu pour ce qui concerne le délit de tentative d’assassinat. C’est donc une reconnaissance que l’attentat était simulé.
Mais François Mitterrand fait appel de la décision de non-lieu en faveur de Pesquet, non-lieu qui implique sa complicité. Le 28 novembre, la Chambre d’Accusation de Paris le déboute et le condamne aux frais et aux dépens.
Mitterrand insiste, se pourvoit en Cassation... puis, discrètement, se désiste. Le 30 mai 1967 la Cour de Cassation prend acte de ce désistement tout en le condamnant aux frais, là encore. L’affaire est oubliée pour tout le monde.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Attentat_ ... servatoire
http://aujourdhui.over-blog.fr/article- ... 64467.html
#4352425
Même fictifs? C'était aujourd'hui que le Revanchiste batti les néocroisé mandaloriens, à Malchor V, batti mandalore l'ultime en combat singulier déclencha the mass shadow generator, détruir malachor V les mandalorien et fait le ménage dans son armé, en envoyant les dissidents comme chair à canon.
Il avait prévu qu'à cette datte la république tomberait sous le poids des mandaloriens si rien n'était fait,

Le calendrier de l'univers de SW KoTOR utilisant une multitude de calendrier au fur et à mesure de l'histoire dater le moi exact va être compliqué. On a une datte par rapport au traité de coruscant et la Bataille de Yavin mais pas au calendrier qui se réfère à la création de l’ancienne république !
Le faire correspondre à notre calendrier réelle c'est juste de la folie !

Alors passons à un autre fait, parce qu'il y a des intellos qui se montrent avec la bataille d'Hasting !

Bon allons avec du classique et et connu, Arrestation de Dreyfus !

Image
Avatar du membre
par Merl1
#4353036
16 octobre 1793
Exécution de la reine de France Marie-Antoinette


16 octobre 1793

C’est à vous, ma sœur que j’écris pour la dernière fois.

Je viens d’être condamnée non pas à une mort honteuse – elle ne l’est que pour les criminels – mais à aller rejoindre votre frère. Comme lui innocente, j’espère montrer la même fermeté que lui dans ses derniers moments. Je suis calme comme on l’est quand la conscience ne reproche rien ; j’ai un profond regret d’abandonner mes pauvres enfants. Vous savez que je n’existais que pour eux et vous, ma bonne et tendre sœur. Vous qui avez par votre amitié tout sacrifié pour être avec nous, dans quelle position je vous laisse ! J’ai appris par le plaidoyer même du procès que ma fille était séparée de vous. Hélas ! La pauvre enfant, je n’ose pas lui écrire, elle ne recevrait pas ma lettre. Je ne sais pas même si celle-ci vous parviendra. Recevez pour eux deux ici ma bénédiction. J’espère qu’un jour, lorsqu’ils seront plus grands, ils pourront se réunir avec vous et jouir en entier de vos tendres soins. Qu’ils pensent tous deux à ce que je n’ai cessé de leur inspirer, que les principes et l’exécution exacte de ses devoirs, sont la première base de la vie, que leur amitié et leur confiance mutuelles en feront le bonheur ; que ma fille sente qu’à l’âge qu’elle a, elle doit toujours aider son frère, par les conseils que l’expérience qu’elle aura de plus que lui et son amitié pourront lui inspirer ; que mon fils à son tour, rende à sa sœur tous les soins, tous les services que l’amitié peut inspirer ; qu’ils sentent enfin tous deux que dans quelque position qu’ils pourront se trouver, ils ne seront vraiment heureux que par leur union ; qu’ils prennent exemple de nous. Combien dans nos malheurs, notre amitié nous a donné de consolation, et dans le bonheur on jouit doublement quand on peut le partager avec un ami, et où en trouver de plus tendre, de plus cher que dans sa propre famille ? Que mon fils n’oublie jamais les derniers mots de son père que je lui répète expressément : qu’il ne cherche jamais à venger notre mort. […]

Il me reste à vous confier encore mes dernières pensées. J’aurais voulu les écrire dès le commencement du procès, mais, outre qu’on ne me laissait pas écrire, la marche a été si rapide que je n’en aurais réellement pas eu le temps.

Je meurs dans la religion catholique, apostolique et romaine, dans celle de mes pères, dans celle où j’ai été élevée, et que j’ai toujours professée. N’ayant aucune consolation spirituelle à attendre, ne sachant pas s’il existe encore ici des prêtres de cette religion, et même le lieu où je suis les exposerait trop s’ils y entraient une fois. Je demande sincèrement pardon à Dieu de toutes les fautes que j’ai pu commettre depuis que j’existe. J’espère que, dans Sa bonté, Il voudra bien recevoir mes derniers vœux, ainsi que ceux que je fais depuis longtemps, pour qu’Il veuille bien recevoir mon âme dans Sa miséricorde et Sa bonté. Je demande pardon à tous ceux que je connais et à vous ma sœur, en particulier, de toutes les peines que, sans le vouloir, j’aurais pu leur causer. Je pardonne à tous mes ennemis le mal qu’ils m’ont fait. Je dis ici adieu à mes tantes et à tous mes frères et sœurs. J’avais des amis ; l’idée d’en être séparée pour jamais et leurs peines sont un des plus grands regrets que j’emporte en mourant. Qu’ils sachent du moins que jusqu’à mon dernier moment, j’ai pensé à eux.

Adieu, ma bonne et tendre sœur. Puisse cette lettre vous arriver. Pensez toujours à moi ; je vous embrasse de tout mon cœur, ainsi que ces pauvres et chers enfants. Mon Dieu ! qu’il est déchirant de les quitter pour toujours ! Adieu, adieu, je ne vais plus que m’occuper de mes devoirs spirituels. Comme je ne suis pas libre dans mes actions, on m’amènera peut-être un prêtre, mais je proteste ici que je ne lui dirai pas un mot et que je le traiterai comme un être absolument étranger.



Image
Avatar du membre
par Merl1
#4353138
17 octobre1979 :
Mère Teresa reçoit le prix Nobel de la Paix

Image

Mère Teresa, qualifiée de «sainte des vivants» par l'hebdomadaire américain Time, devient le 60e Nobel de la Paix. Un choix incontesté, en rupture avec les précédents lauréats majoritairement issus du monde politique.

Mère Teresa, religieuse catholique indienne de 69 ans, au service des plus miséreux à Calcutta, est choisie par les membres du Comité d'attribution du prix Nobel de la Paix, le 17 octobre 1979. Elle devient ainsi la sixième femme à recevoir cette distinction depuis sa création en 1901; récompensée parce que «cette année, le monde a tourné son attention vers le sort des enfants, et c'est précisément les catégories pour lesquelles Mère Teresa travaille si généreusement, depuis tant d'années» annonce le Comité.

La lauréate est retenue parmi 56 candidats et 19 organisations, dont la Ligue Anti-Esclavagiste à Londres et le Président américain Jimmy Carter, nommé pour ses efforts pour la paix au Moyen-Orient.

Lorsque la nouvelle est communiquée, la petite sœur qui a déjà reçu 15 distinctions internationales, répond simplement qu'elle l'accepte «pour la plus grande gloire de Dieu et le bien de notre peuple, le plus pauvre parmi les pauvres. C'est merveilleux. Que Dieu bénisse tout le monde!»

Le choix du comité Nobel, par son caractère religieux, interrompt de longues années de controverses à propos des lauréats récompensés. Le président Carter envoie aussitôt un télégramme: «Votre travail… a été une grande inspiration pour tous ceux d'entre nous qui ont chéri et épousé la cause des droits de l'Homme.» Et le Pape Jean-Paul II ne cache rien de l'immense joie qu'il éprouve.

http://www.lefigaro.fr/histoire/2014/12 ... a-paix.php
Avatar du membre
par Dav
#4353174
Merl1 a écrit :
17 oct. 2017, 00:11
17 octobre1979 :
Mère Teresa reçoit le prix Nobel de la Paix
Bien plus grave:
17 octobre 2012 : Décès de Sylvia Kristel. L'actrice néerlandaise, connue dans le monde entier pour avoir incarné l'héroïne du film érotique "Emmanuelle", s'éteint des suites d'un cancer.
Image
Merl1 a/ont remercié ça
Avatar du membre
par Merl1
#4353852
18 octobre 1685
Édit de Fontainebleau


L’édit de Fontainebleau, signé par Louis XIV le 18 octobre 16851, révoque l’édit de Nantes par lequel Henri IV, en 1598, avait octroyé une certaine liberté de culte aux protestants. Cet édit de Fontainebleau est plus connu sous l'appellation non officielle de « Révocation de l'édit de Nantes ».

S’il y a Église Une, il n’y en a pas deux. Unique et unie, l’Église Catholique exclut par son concept même toute autre “ Église ”. Voilà qui est de foi divine, et qui nous attache à cette unique Église comme au grand et universel “ Dessein de Dieu sur le monde et dans l’histoire ”, comme à la seule société humaine qui soit le visible et mystérieux Corps Mystique du Christ. Le reste n’est que schisme, hérésie, vaines inventions des hommes qui ne procurent pas la grâce de Dieu.

Dès le début de son règne, Louis XIV, cherchant à unifier son royaume sur les plans religieux, administratif et politique, souhaite faire disparaître le protestantisme de France, les huguenots constituant, en outre, un groupe socio-politique proche des nations protestantes ennemies du Royaume de France. Après des années de persécutions et de conversions forcées, sur la foi des rapports des intendants qui s'attribuent le mérite d'avoir extirpé le protestantisme de leur juridiction, considérant donc que le protestantisme français a pratiquement disparu, le pouvoir royal décide que l'édit de Nantes, devenu caduc, peut être révoqué. La conséquence la plus concrète de la révocation de l'édit est l'accélération de l'exil définitif de quelque 200 000 personnes, soit environ un pour cent de la population du Royaume vers l'Angleterre, les Pays-Bas, la Suisse et la Prusse, et parfois de leurs colonies comme l'Amérique ou l'Afrique du sud.


Image
Avatar du membre
par Merl1
#4354324
19 octobre 1789
Fondation du club des Jacobins


La Société des amis de la Constitution, plus connue ensuite sous le nom de club des Jacobins, est le plus célèbre des clubs de la Révolution française. « C’est ici que s’est préparée la Révolution, dit Georges Couthon en 1793, c’est ici qu’elle s’est faite, c’est ici que se sont préparés tous les grands événements ».

Appelé d'abord club breton, le club tient son nom du couvent des Jacobins de la rue Saint-Honoré (collège des Jacobins) où il s’est installé en 1789. Le club des Jacobins est une société de pensée qui a constitué, pendant la Révolution française, à la fois un groupe de pression et un réseau d’une remarquable efficacité. L’action du club, essentielle dès le début de 1790, devient dominante entre 1792 et 17945. À cette époque, l’adjectif jacobin signifie partisan de la politique du Comité de salut public. À la fin de 1793, environ 6 000 sociétés de même type sont en correspondance avec lui dans toute la France6. La chute de Robespierre marque la fin du grand rôle politique exercé par le club et entraîne sa dissolution en novembre 1794.

Depuis cette époque, le nom et l’adjectif s’appliquent à un homme, une femme ou un courant politique hostile à toute idée d’affaiblissement et de démembrement de l’État centralisé.

Image
france2100 a/ont remercié ça
Avatar du membre
par Merl1
#4354888
20 octobre 1989 : la France perd sa souveraineté législative sans que le peuple ne se prononce.

Le Conseil d'Etat rend un arrêté par lequel il renverse sa jurisprudence de 1969, et décide que les traités internationaux prévalent sur les lois nationales qui leur étaient antérieures. Par l'arrêt Nicolo , le Conseil d'État a accepté de contrôler la compatibilité d'une loi avec les stipulations d'un traité, même lorsque la loi est postérieure à l'acte international en cause, en application de l'article 55 de la Constitution, abandonnant ainsi la théorie de la loi écran.

Image

http://www.conseil-etat.fr/Decisions-Av ... 989-Nicolo
Avatar du membre
par Merl1
#4354951
21 octobre 1805
Bataille de Trafalgar


La bataille de Trafalgar oppose le 21 octobre 1805 la flotte franco-espagnole sous les ordres du vice-amiral Villeneuve, à la flotte britannique commandée par le vice admiral Nelson.

Nelson y trouve la mort, mais la tactique qu'il a mise en œuvre vaut aux Britanniques une victoire totale malgré leur infériorité numérique. Les deux tiers des navires franco-espagnols sont détruits, et Napoléon, faute d'une flotte suffisante, doit renoncer à tout espoir de conquête du Royaume-Uni.

Cette victoire conforte également la suprématie britannique sur les mers, qui devient absolue et incontestée plus d'un siècle durant, jusqu'à la Première Guerre mondiale. Le 21 octobre est célébré dans tout l'Empire britannique sous le nom de Trafalgar Day pendant le XIXe siècle et au début du XXe siècle, mais aujourd'hui cette fête est peu connue.

Image
https://fr.wikipedia.org/wiki/Bataille_de_Trafalgar
Avatar du membre
par Merl1
#4355581
22 octobre 1913
Naissance de Robert Capa


Robert Capa (pseudonyme d'Endre Ernő Friedmann) est né le 22 octobre 1913 à Budapest et mort le 25 mai 1954 en Indochine, est un photographe et correspondant de guerre hongrois.
À l’âge de dix-sept ans, il est arrêté pour avoir participé aux activités politiques d’étudiants de gauche. Le régime politique autoritaire de l’amiral Horthy le libère à la condition de quitter sa contrée natale. Il part en juillet 1931 pour Berlin.
Pour qu’une photographie ait le style Capa, il faut qu’elle soit prise au plus près de « l’homme » et de l’action. Il s’intéresse à l’éphémère de la vie, aux instants fragiles de l'existence.
Dans toutes ses photographies, Robert Capa tenta de prendre l’instant où l’homme est face au danger, parfois à la mort, à la vérité. Pour cela il faut que le photographe soit le plus près possible du danger, également. Robert Capa disait même : « Si ta photo n’est pas assez bonne, c’est que tu n’étais pas assez près ».
Il a couvert les plus grands conflits de son époque et est l'un des fondateurs de la coopérative photographique Magnum, première de ce genre à voir le jour.

Image

Image
Avatar du membre
par Merl1
#4356144
23 octobre 1295
Début de l’Auld Alliance


La Vieille Alliance, souvent désignée en français comme en anglais par son nom en scots, Auld Alliance, est une alliance nouée entre le royaume de France de Philippe le Bel et le roi d'Écosse Guillaume le Lion contre l’Angleterre. Bien que le traité d'Édimbourg de 1560 ait mis fin de fait à la plupart de ses dispositions, l'alliance et ses prolongements ont marqué les relations franco-écossaises de 1295 jusqu'à l'époque contemporaine.

En 1422 un corps écossais est constitué pour défendre la personne du roi de France, dont la garde personnelle restera longtemps exclusivement une garde écossaise. En 1429, des Écossais assistent Jeanne d’Arc pour lever le siège d’Orléans.

En 1942, le général de Gaulle qualifie l’alliance franco-écossaise de « plus vieille alliance du monde ». Il s'en justifie pour autoriser des parachutistes français à être réunis à une unité britannique (les SAS), car dirigée par un Écossais.

Image
Jehanne d'Arc et sa Garde écossaise, de John Duncan

https://fr.wikipedia.org/wiki/Auld_Alliance
par agri-info-intox
#4356151
23 octobre 1983, les attentats de Beyrouth et l'attentat du Drakkar

À Beyrouth (Liban), le 23 octobre 1983, durant la guerre du Liban, deux attentats-suicides quasi simultanés frappent les contingents américain et français de la Force multinationale de sécurité à Beyrouth. Les deux attentats sont revendiqués par le Mouvement de la révolution islamique libre puis par l'Organisation du Jihad islamique.
Le premier attentat tue 241 soldats américains, le second 58 parachutistes français ainsi que la famille libanaise du gardien d'immeuble.


En septembre 1982, dans un Liban déchiré par la guerre civile, l'ONU met en place une force de maintien de la paix dénommée Force multinationale de sécurité à Beyrouth.
La force multinationale de sécurité avait déjà été attaquée à plusieurs reprises avant les deux attentats simultanés du 23 octobre. Ces attaques, individuelles ou concertées, avaient coûté la vie à dix-huit soldats français, huit Marines américains et un soldat italien.
La force française est composée de cadres aguerris et d'appelés volontaires du 1er régiment de chasseurs parachutistes. Ils ont installé un de leurs cantonnements dans l'immeuble Drakkar de huit étages3 situé dans le quartier de Ramlet El Baida, qu'ils ont baptisé « poste Drakkar »

un attentat au camion piégé touche le contingent américain du 1er bataillon du 8e régiments des Marines , basé à l'aéroport international de Beyrouth et cause la mort de 241 personnes
Environ deux minutes plus tard, cinquante-huit parachutistes français, de la force multinationale trouvent la mort dans un attentat similaire : l'attentat du Drakkar entraîne la destruction de l'immeuble qu'ils occupent comme quartier général

L'attentat du Drakkar aurait été un acte de représailles de l'Iran au prêt à l'Irak par la France d'avions de combat Super-Étendard équipés de missiles Exocet et accompagnés de pilotes instructeurs français. À l'origine secrète, cette action aurait été rendue publique par une indiscrétion gouvernementale, ce qui aurait conduit l'Iran à se considérer en guerre avec la France. Selon le général François Cann, qui commandait la Force multinationale de sécurité à Beyrouth (FMSB) à l'époque, une autre raison aurait été l'interruption unilatérale par la France du contrat Eurodif signé avec le Shah d'Iran et gelé au moment de l'arrivée au pouvoir de l'Ayatollah Khomeiny.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Attentats ... tobre_1983


je me rappelle très bien de cet événement, car j'étais à l'armée à cette époque et notre caserne avait été aussitôt en alerte . On craignait des événements sur
le sol français . C'est l'ensemble de l'armée qui était traumatisée . Elle n'avait jamais connue une telle attaque depuis la guerre d'Indochine et n'en n'a jamais connu après cette date d'octobre 1983 .

Le déroulement et les responsabilités précises des attentats restent encore discutées. Par exemple on n'a jamais retrouvé de débris du camion piègé pour l'attentat du Drakkar . Et pourquoi, un double attentat dont un contre les américains, pour un vengeance iranienne spécifique contre la France ?
Certains évoquent une piste syrienne .

Le président François Mitterrand se rend sur place le lendemain pour apporter son soutien au contingent français. Initiative politique quasiment systématiquement réitérée depuis cette date, à chaque nouvel attentat.
Avatar du membre
par Alberto
#4356171
Moi j'attends l'événement historique que sera la fin de la connerie humaine. :mdr:
Avatar du membre
par Merl1
#4356670
23 octobre 1956
Souvenez-vous des enfants de Budapest


Le 23 octobre 1956, les habitants de Budapest manifestent contre le gouvernement communiste de Hongrie. La manifestation tourne rapidement à l'émeute. Cette effervescence puise son origine dans les espoirs soulevés par la mort de Staline.

Les dirigeants hongrois appellent demandent aux troupes soviétiques qui stationnent autour de la capitale de les aider à rétablir l'ordre. Dans un premier temps, les Soviétiques tentent mollement d'intervenir avant de se retirer le 27 octobre. Les Hongrois croient que l'heure de la victoire a sonné. Le pays s'enflamme. L'insurrection dégénère le 30 octobre avec, à Budapest, l'occupation du siège du parti communiste.

Le dimanche 4 novembre, l'Armée Rouge investit Budapest. Au total pas moins de 8 divisions et plusieurs centaines de chars. Les insurgés, étudiants aussi bien que salariés, résistent avec héroïsme mais n'en sont pas moins écrasés. La répression fait environ 200 000 morts tandis que 160 000 personnes se réfugient en Europe de l'Ouest.

Le 23 octobre est aujourd'hui fête nationale en Hongrie. Mais en France le mémoricide sur les crimes du communisme bat son plein.

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 11

Collomb ne sait pas comment quitter le navire Macr[…]

Il va se mettre tout le monde à dos avec s[…]

LR: la reconstruction

Wauquiez commence à défendre les ret[…]

Depuis mardi matin, un Somalien de 23 ans est […]