Le plus important forum indépendant de discussions politiques. Commentez l'actualité, participez aux débats sur les réformes et les lois.

Discutez de culture, d'art, de littérature, ... etc.

Modérateur : Équipe de modération

Avatar du membre
par Alberto
#4507330
J'avais oublié cet événement pourtant très marquant de l'époque moderne, en date du 5 août 1981:

Le jour où les contrôleurs aériens US furent déclarés hors-la-loi
Ce 5 août 1981, le nouveau président Ronald Reagan révoque 11 345 aiguilleurs du ciel en grève illégale et les bannit de l'administration fédérale.
Voilà ce qu'un peuple attend d'un chef.
Avatar du membre
par Alberto
#4508350
Aujourd'hui avait lieu la commémoration du centenaire de la bataille d'Amiens.

Les Princes Williams et Harry étaient là, ainsi que Theresa May. Macron et Philippe étaient absents. Faut dire que c'était la 1ère bataille victorieuse de la 1ère Guerre Mondiale et que le gros des troupes était britannique, australien et canadien.
Avatar du membre
par Alberto
#4508877
Un certain jour d'août 1539 (entre le 10 et le 25), le bon roi François 1er produit l'Ordonnance de Villers-Cotterêts. La langue des francs parigots ou langue d'oil devient la seule langue officielle du royaume.
L'ordonnance d'août 1539 sur le fait de la justice, dite l'ordonnance de Villers-Cotterêts, aussi appelée l'ordonnance Guilelmine4, est un texte législatif édicté par le roi de France François Ier, entre le 10 et le 25 août 1539 à Villers-Cotterêts (dans le département actuel de l'Aisne), enregistré au Parlement de Paris le 6 septembre 1539. Cette ordonnance est le plus ancien texte législatif pour partie encore en vigueur en France5, ses articles 110 et 111 (concernant la langue française) n'ayant jamais été abrogés.

Forte de 192 articles6, elle réforme la juridiction ecclésiastique, réduit certaines prérogatives des villes et rend obligatoire la tenue des registres des baptêmes, mariages et sépultures par les curés. Cela concerne alors la quasi totalité des personnes, à l'exception de la communauté juive, minoritaire, et de quelques individus, excommuniés notamment. Elle est surtout connue pour être l'acte fondateur de la primauté et de l'exclusivité du français dans les documents relatifs à la vie publique du royaume de France. En effet, pour faciliter la bonne compréhension des actes de l'administration et de la justice, mais aussi pour affermir le pouvoir monarchique7, elle impose qu'ils soient rédigés "en langage maternel français et non autrement ". Le français devient ainsi la langue officielle du droit et de l'administration, en lieu et place du latin8 mais aussi des dialectes et langues régionales.

Cette ordonnance, intitulée exactement « Ordonnan du Roy sur le fait de justice » a été rédigée par le chancelier Guillaume Poyet, avocat et membre du Conseil privé du roi. Elle s'est longtemps appelée Guillemine ou Guilelmine en référence à son auteur. Hors des Archives nationales, il n'existe que deux exemplaires originaux sur parchemin : l'un aux Archives départementales des Bouches-du-Rhône à Aix-en-Provence, l'autre aux Archives départementales de l'Isère.
Avatar du membre
par Merl1
#4509440
12 août 1943 : première commission d'épuration.

Le rôle de ces commissions est confirmé rétroactivement par décret du 6 novembre 1943 ! Le 23 juin précédent le général Giraud écrit à De Gaulle :

« Selon l'expression de certains de vos collaborateurs « la France doit subir une épuration qu'aucun pays, en aucun temps, n'a jamais connue ».

Et en application de tout ceci, en août 1944, Marcel Villard, ministre de la Justice à la Libération, déclare dans une célèbre interview :

« Désormais, le signe de la Justice ne sera plus la balance mais la mitraillette. »

Villard, communiste, avait placé près du Procureur général un certain Midol, qui, depuis son bureau voisin était chargé de surveiller ce « haut magistrat ».

En février 1945, Adrien Texier, ancien ministre de l'Intérieur, et alors chef de la police politique du général De Gaulle (DGER), fait une confidence au capitaine Dewarin, plus connu sous le nom de résistance de colonel Passy, sur le nombre d'exécutions sommaires, s'appuyant sur les rapports des préfets qu'il reçoit. Le chiffre de 105 000 exécutions sommaires, entre juin 44 et février 45, ne sera pas contesté !

Image
Avatar du membre
par Merl1
#4510339
15 août 778 : bataille de Roncevaux.

Roland, neveu de Charlemagne et préfet de la marche de Bretagne, meurt lors d'une attaque surprise des Vascons (Basques), dans le col de Roncevaux dans les Pyrénées. Il revenait avec son armée d'Espagne où il avait vaincu l'émir de Cordoue. L'histoire de ce combat qui est plus une embuscade qu'une bataille est contée dans "La chanson de Roland".
Selon la légende, Roland commande l'arrière-garde de l'armée, quand il est attaqué par les Vascons le 15 août 778. Il sonne son cor, mais trop tard pour que le Roi pût intervenir.
Roland, le glorieux vaincu de Roncevaux, le héros des poèmes chevaleresques du Moyen Age, rappelle tout un ensemble de littérature, représente les mœurs de toute une époque ; et c’est sous cet aspect que son nom est célèbre : c’est Roland revêtu de son armure, serrant sur sa poitrine la célèbre Durandal, plutôt que le commandant des marches de Bretagne.


Image
Avatar du membre
par Merl1
#4511863
18 août 2008
L'embuscade d'Uzbin traumatisait l'armée française


Pris sous un feu croisé, à cinq contre un, 10 soldats étaient morts et 21 autres avaient été blessés dans une vallée d'Afghanistan.

Image

Une patrouille française tombe dans une embuscade des talibans. Parfaitement informés et préparés, les combattants encerclent sur les crêtes une section partie à pied reconnaître un col, laissant ses transports blindés à l'entrée d'un village en contrebas. Immobilisés, fixés sur une position intenable, dix soldats français sont tués et vingt et un autres blessés, générant une prise de conscience nationale : la France est bien en guerre à l'étranger, à 5 000 kilomètres de la métropole, sous les drapeaux de l'Otan.

Les récits sont traumatisants : certains blessés auraient été achevés par les talibans, des informations que l'état-major refuse de commenter. La presse évoque un repli des Français qui pouvaient encore marcher, mais n'avaient plus de munitions pour tenir leur position. Des témoignages parlent d'échanges radio et d'appels à l'aide... qui s'interrompent brutalement. «  Ça tapait tout le temps, on était obligés de subir l'adversaire  », raconte un survivant de l'attaque. «  Il vaut mieux s'en mettre une que se faire prendre ou tuer par l'ennemi  », se souvient un autre, qui avait mis une balle dans la poche de son treillis pour pouvoir l'utiliser «  pour lui  ». Il faudra des centaines d'hommes en renfort et l'appui des avions et hélicoptères américains et français pour renverser la situation.
Polémiques et justice

Quelques jours après l'attaque, Paris Match publie des photos des combattants talibans qui ont mené l'attaque : certains portent les équipements de soldats français tués. «  Si la nuit n'était pas tombée, nous les aurions tous tués  », commente alors un taliban. Passé le choc, la polémique enfle immédiatement : les soldats n'auraient pas été suffisamment équipés et préparés, le trajet pas suffisamment reconnu et les soutiens aérien et d'artillerie pas anticipés. Certains s'émeuvent du jeune âge des militaires décédés, oubliant que les soldats tués au combat sont (presque) toujours jeunes.

Depuis, malgré une décennie passée, le traumatisme reste vivace : la plainte de certaines familles des soldats tués a été classée sans suite, et les tentatives d'enquêtes parlementaires ont été enterrées. Il a fallu attendre 2012 pour voir l'ouverture d'une enquête judiciaire, toujours en cours. Entre les responsabilités des chefs sur place et en métropole, et les impératifs des missions de guerre, il sera difficile d'y voir clair sur un plan légal. Seule certitude, dans les faits : les méthodes et les équipements des armées ont été revus en urgence après 2008, et des requêtes que les militaires avaient formulées depuis plusieurs années ont enfin été entendues.

Dix noms

Au-delà des récits, des polémiques ou des enquêtes, restent dix noms : caporal Mélam Baouma, 22 ans, sergent Damien Buil, 31 ans, caporal Kevin Chassaing, 19 ans, adjudant Sébastien Devez, 29 ans, caporal Damien Gaillet, 20 ans, sergent Nicolas Grégoire, 25 ans, caporal Julien Le Pahun, 19 ans, sergent Rodolphe Penon, 40 ans, caporal Anthony Rivière, 22 ans, caporal Alexis Taani, 20 ans.

http://www.lepoint.fr/societe/il-y-a-di ... -[Echobox]
par Plariste le Revanite
#4513639
Merl1 a écrit :12 août 1943 : première commission d'épuration.

Le rôle de ces commissions est confirmé rétroactivement par décret du 6 novembre 1943 ! Le 23 juin précédent le général Giraud écrit à De Gaulle :

« Selon l'expression de certains de vos collaborateurs « la France doit subir une épuration qu'aucun pays, en aucun temps, n'a jamais connue ».

Et en application de tout ceci, en août 1944, Marcel Villard, ministre de la Justice à la Libération, déclare dans une célèbre interview :

« Désormais, le signe de la Justice ne sera plus la balance mais la mitraillette. »

Villard, communiste, avait placé près du Procureur général un certain Midol, qui, depuis son bureau voisin était chargé de surveiller ce « haut magistrat ».

En février 1945, Adrien Texier, ancien ministre de l'Intérieur, et alors chef de la police politique du général De Gaulle (DGER), fait une confidence au capitaine Dewarin, plus connu sous le nom de résistance de colonel Passy, sur le nombre d'exécutions sommaires, s'appuyant sur les rapports des préfets qu'il reçoit. Le chiffre de 105 000 exécutions sommaires, entre juin 44 et février 45, ne sera pas contesté !

Image

C'est ce qui attends ces hypocrites de MLM du front rouge, qui disent que ça c'était de la merde patriotique, et disent qu'il vont épurer le pays moi y compris à la mitraillette. [smilie=005a.gif]
Avatar du membre
par Alberto
#4513929
Le 21 août 1165 naissait
Philippe Auguste (1165 - 1223), L'inventeur de la nation française
. Les nationaux seront contents de ce post.

A lui, j'en veux à propos de la dispute en Terre-Sainte avec Richard 1er Coeur de Lion suivie de son retrait de 3ième Croisade. Déjà que les CRoisés avaient perdu les Teutons suite à l'accident mortel de Frédéric Barberousse. Résultat, Saladin tout heureux conserva Jerusalem.
Avatar du membre
par Alberto
#4514433
En ce jour du 23 août, les nazis et les communistes fêtent Le pacte germano-soviétique (23 août 1939).
Le 21 août 1939, Berlin propose officiellement à l'URSS un pacte de non-agression sous le prétexte de mettre un terme aux provocations... de la Pologne !

Le pacte est bouclé trois jours plus tard par von Ribbentrop et son homologue soviétique, Vyatcheslav Molotov. Il est conclu pour une durée de dix ans.

Les termes méritent d'en être rappelés : «Les hautes parties contractantes s'engagent à s'abstenir de tout acte de violence, de toute agression, de toute attaque l'une contre l'autre, soit individuellement, soit conjointement avec d'autres puissances».

Le pacte inclut une aide économique de l'URSS à l'Allemagne avec d'importantes livraisons de blé, pétrole et matières premières. Celles-ci se poursuivront jusqu'à la rupture du pacte deux ans plus tard.

Une clause secrète prévoit le partage de la Pologne en zones d'influence allemande et soviétique, la limite passant par les fleuves Narew, Vistule et San. Une autre clause secrète prévoit la livraison à l'Allemagne nazie de militants communistes allemands réfugiés en URSS (elle sera exécutée comme les autres).
Avatar du membre
par Jean de Meung
#4514454
Demain, ce sera hier aussi.

Le 24 août 1572, jour de la Saint-Barthélémy, le sang des huguenots a coulé par la faute des très catholiques roi et reine-mère de France, Charles IX et Catherine de Médicis. Le massacre a commencé en soirée par l'assassinat de l'amiral Gaspard de Coligny et de son entourage. L'histoire dit qu'il a été défenestré après avoir été transpercé de plusieurs coups d'épée et de dague.

Plus qu'un crime religieux, la mort de Coligny a été un crime politique. Les protestants, nombreux dans l'entourage du roi, commençaient à prendre une emprise grandissante sur cet esprit fragile. Cet assassinat a marqué le début des massacres qui ont duré, dit-on, jusqu'en novembre 1572, et ont fait des milliers de victimes.

Le duc de Guise paiera pour ce crime en 1588, assassiné cette fois sous les ordres de Henri III.

https://www.tombes-sepultures.com/crbst_309.html

La France protestante se relèvera de ce massacre mais n'en aura pas fini puisque ce brave Louis XIV, dit le Roi-soleil, remettra aux goût du jour les dragonnades après avoir révoqué l'édit de Nantes.

https://www.herodote.net/Huit_guerres_d ... 150-25.php

C'est que certains rois oints et acclamés à Reims ont su aimer leur peuple. Et l'on voudrait nous faire croire que ces gens du passé auraient un avenir... Peuh !
Avatar du membre
par cemab
#4514463
tu veux dire des milliards de victimes plutôt :idea:

quant à mettre la responsabilité de cette misérable affaire politique entre les mains de Charles IX, c'est assez marrant... c'est le premier (et le seul) à avoir essayé de sauver la situation, face, déjà, aux huguenots complètement excités par un simple index pété.
La populace s'est ensuite chargée du taf. Comme elle le fera à nouveau quelques siècles après. Et encore aujourd'hui, en moins sanglant et à coup de bulletins.

c'te bonne blague.
Avatar du membre
par Jean de Meung
#4514522
Donc le roi Charles IX n'y est pour rien, c'est évident. D'ailleurs il n'est même pas sûr qu'il dirigeait le pays à cette époque...

De 1572 à 2018, quatre siècles et demi après le martyre des vaillants protestants, il y a toujours dans nos provinces reculées de bonnes âmes pour nous expliquer que leur version de l'histoire est la bonne...

C'te guignolade !
par Bond Nausea
#4514526
Rions nous de l'Histoire :
24 Août 1789 : l'article 11 de la déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen affirme la liberté de la presse en France.
Sinon le 24 août 1572 c'est aussi la Saint Barth
Avatar du membre
par cemab
#4515271
Jean de Meung a écrit :
24 août 2018, 08:29
Donc le roi Charles IX n'y est pour rien, c'est évident. D'ailleurs il n'est même pas sûr qu'il dirigeait le pays à cette époque...

De 1572 à 2018, quatre siècles et demi après le martyre des vaillants protestants, il y a toujours dans nos provinces reculées de bonnes âmes pour nous expliquer que leur version de l'histoire est la bonne...

C'te guignolade !
Cite stp quand tu me réponds si tu veux que je le voie, je ne suis pas tous mes topics.

en effet, son job a été de réduire une faction anti-française prête à se lancer dans une guerre idéologique absolument absurde, et pour ce faire, il a dézingué quelques têtes. Autres temps, autres moeurs.

le massacre proprement dit, largement partagé des deux côtés, est un fait populaire.
Avatar du membre
par Jean de Meung
#4515353
Tu veux pas non plus que je t'envoie un MP ! [smilie=valoranim01.gif]

D'accord sur la dernière phrase. N'empêche que le coup d'envoi a été sifflé à Paris, pas à Châtillon. Quant à largement partagé, je ne crois pas non, pour la bonne et simple raison que les protestants étaient moins nombreux que les catholiques. Simple arithmétique que même toi et moi, peu portés là-dessus, sommes à même de comprendre.

Sur le reste, il y avait de très fortes divergences géopolitiques entre les protestants menés par Coligny et la reine-mère et ses camarades. Me demande si les Lorrains n'étaient déjà pas dans le coup. Le roi, lui, n'était pas loin de tomber dans l’escarcelle de la RPR à cette époque. Je crois me rappeler que la divergence portait sur la guerre à mener à l'Espagne et le relaps du Charlie et sa drôle de dame (faudrait que je relise tout ça, ça commence à dater ces lectures).

Ah oui pardon : @cemab
Avatar du membre
par cemab
#4515358
Voilà.

Note cette réponse rapidement obtenue quand tu observes les codes, sans aller jusqu'au MP.
A Paris, il y a eu un écrémage très raisonnable, l'époque voulait ça.

Sur la journée en elle-même je t'accorde un léger avantage aux roycos, mais la diffusion dans le pays a été l'occasion d'un rééquilibrage populeux, puis d'un apaisement par la suite.
  • 1
  • 8
  • 9
  • 10
  • 11
  • 12
Le mur des cons du Fopo

Yves Raibaud Géographe https://lejournal[…]

Disons que l'on peut insinuer avec les points de s[…]

Sujet disparu !

"L'excellent M.Blanquer", c'est ironique[…]