Le plus important forum indépendant de discussions politiques. Commentez l'actualité, participez aux débats sur les réformes et les lois.

Discutez de culture, d'art, de littérature, ... etc.

Modérateur : Équipe de modération

Avatar du membre
par Alberto
#4507330
J'avais oublié cet événement pourtant très marquant de l'époque moderne, en date du 5 août 1981:

Le jour où les contrôleurs aériens US furent déclarés hors-la-loi
Ce 5 août 1981, le nouveau président Ronald Reagan révoque 11 345 aiguilleurs du ciel en grève illégale et les bannit de l'administration fédérale.
Voilà ce qu'un peuple attend d'un chef.
Avatar du membre
par Alberto
#4508350
Aujourd'hui avait lieu la commémoration du centenaire de la bataille d'Amiens.

Les Princes Williams et Harry étaient là, ainsi que Theresa May. Macron et Philippe étaient absents. Faut dire que c'était la 1ère bataille victorieuse de la 1ère Guerre Mondiale et que le gros des troupes était britannique, australien et canadien.
Avatar du membre
par Alberto
#4508877
Un certain jour d'août 1539 (entre le 10 et le 25), le bon roi François 1er produit l'Ordonnance de Villers-Cotterêts. La langue des francs parigots ou langue d'oil devient la seule langue officielle du royaume.
L'ordonnance d'août 1539 sur le fait de la justice, dite l'ordonnance de Villers-Cotterêts, aussi appelée l'ordonnance Guilelmine4, est un texte législatif édicté par le roi de France François Ier, entre le 10 et le 25 août 1539 à Villers-Cotterêts (dans le département actuel de l'Aisne), enregistré au Parlement de Paris le 6 septembre 1539. Cette ordonnance est le plus ancien texte législatif pour partie encore en vigueur en France5, ses articles 110 et 111 (concernant la langue française) n'ayant jamais été abrogés.

Forte de 192 articles6, elle réforme la juridiction ecclésiastique, réduit certaines prérogatives des villes et rend obligatoire la tenue des registres des baptêmes, mariages et sépultures par les curés. Cela concerne alors la quasi totalité des personnes, à l'exception de la communauté juive, minoritaire, et de quelques individus, excommuniés notamment. Elle est surtout connue pour être l'acte fondateur de la primauté et de l'exclusivité du français dans les documents relatifs à la vie publique du royaume de France. En effet, pour faciliter la bonne compréhension des actes de l'administration et de la justice, mais aussi pour affermir le pouvoir monarchique7, elle impose qu'ils soient rédigés "en langage maternel français et non autrement ". Le français devient ainsi la langue officielle du droit et de l'administration, en lieu et place du latin8 mais aussi des dialectes et langues régionales.

Cette ordonnance, intitulée exactement « Ordonnan du Roy sur le fait de justice » a été rédigée par le chancelier Guillaume Poyet, avocat et membre du Conseil privé du roi. Elle s'est longtemps appelée Guillemine ou Guilelmine en référence à son auteur. Hors des Archives nationales, il n'existe que deux exemplaires originaux sur parchemin : l'un aux Archives départementales des Bouches-du-Rhône à Aix-en-Provence, l'autre aux Archives départementales de l'Isère.
Avatar du membre
par Merl1
#4509440
12 août 1943 : première commission d'épuration.

Le rôle de ces commissions est confirmé rétroactivement par décret du 6 novembre 1943 ! Le 23 juin précédent le général Giraud écrit à De Gaulle :

« Selon l'expression de certains de vos collaborateurs « la France doit subir une épuration qu'aucun pays, en aucun temps, n'a jamais connue ».

Et en application de tout ceci, en août 1944, Marcel Villard, ministre de la Justice à la Libération, déclare dans une célèbre interview :

« Désormais, le signe de la Justice ne sera plus la balance mais la mitraillette. »

Villard, communiste, avait placé près du Procureur général un certain Midol, qui, depuis son bureau voisin était chargé de surveiller ce « haut magistrat ».

En février 1945, Adrien Texier, ancien ministre de l'Intérieur, et alors chef de la police politique du général De Gaulle (DGER), fait une confidence au capitaine Dewarin, plus connu sous le nom de résistance de colonel Passy, sur le nombre d'exécutions sommaires, s'appuyant sur les rapports des préfets qu'il reçoit. Le chiffre de 105 000 exécutions sommaires, entre juin 44 et février 45, ne sera pas contesté !

Image
  • 1
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10

Bonjour, Le côté sombre de Hollande […]

Souvent. Il était tout de même f&ea[…]

https://twitter.com/notrejeannedarc/status/1029445[…]

Ce n'est pas à la sexualité qu'il […]