Le plus important forum indépendant de discussions politiques. Commentez l'actualité, participez aux débats sur les réformes et les lois.

Discutez des problèmes économiques et sociaux: temps de travail, retraites, conflits sociaux, de vos expériences heureuses ou malheureuses dans le monde du travail, etc...

Modérateur : Équipe de modération

#4598254
L’un des grands arguments de campagne de Macron à la présidentielle de 2017 fut la mise en place de la flexi-sécurité du marché du travail. Il faut assouplir les contrats de travail pour que les employeurs puissent licencier plus facilement mais (promis, juré), on introduira des mesures sécurisant les chômeurs.

Lorsque Macron, alors ministre de l'Economie, a rédigé la loi travail, l'un des arguments fallacieux utilisé pour expliquer la nécessité de cette réforme était, les patrons ne recrutent pas parce qu'ils ont peur de ne pas pouvoir licencier en cas de baisse de l'activité.

N’importe quel économiste de bonne foi (c’est-à-dire n’émargeant pas au Médef), vous expliquerait que c’est la croissance et le carnet de commandes qui incitent les patrons à embaucher et pas autre chose. Et pourtant, aucun des vrais arguments n’ont réussi à dissuader l’exécutif et le parlement de faire passer ces réformes. Citons le Rapport Bassanini et Duval (OCDE, 2006, p.49) "il n'y a aucun impact significatif des mesures de protection de l'emploi sur le chômage" et de G. Bertola (Rapport de l'Organisation du Travail, 2009) "il n'y a aucune preuve convaincante d'une relation entre la protection de l'emploi et le chômage". Elles atténuent seulement les chocs macroéconomiques sur l'emploi.

On sait, à présent que ces réformes (Loi Travail et Ordonnances Macron) ont été adoptées, qu’il n’y eu aucun des effets bénéfiques pourtant annoncés à grand renfort de communication grandiloquante. S’il y a une légère baisse des chiffres du chômage, on la doit non pas à des créations d’emplois mais à des radiations de chômeurs. Quel crime ont-ils perpétré ? Refuser un emploi raisonnable ; souvenons nous de cette ancienne secrétaire de direction à qui il avait été proposé un emploi de strip teaseuse.

Dernier avatar de cette masquarade pseudo sociale, le système des bonus malus.

1ème Etape : Macron veut flexibiliser le marché du travail (les fameuses réformes structurelles, traduction la précarisation des salariés) d'où sa promesse de campagne :
les CDI seront plus souples (traduction on pourra mettre les salariés plus facilement à la porte) MAIS il y aura un système de bonus-malus pour inciter les entreprises à ne pas utiliser les CDD de manière déraisonable.

2ème Etape : Le grand Round de l'assurance-chômage démarre et les patrons quittent les négociations car ils s'insurgent contre le système de bonus-malus que le gouvernement réaffirme vouloir mettre en place.

3ème Etape : Edouard Philippe (la voix de son Maître) déclare que finalement, on pourrait trouver une autre solution que le bonus-malus.

https://fr.news.yahoo.com/philippe-appe ... nance.html

L’alternative est, d’après le très inspiré Edouard Philippe, de responsabiliser les entreprises, d’escompter que les patrons se montreront raisonnables. Il ne manque pourtant pas d’exemples de milliards engloutis dans l’espoir que les entreprises seraient raisonnables (la TVA restauration, le CICE, etc.).

Ainsi, la politique économique et sociale de Macron est uniquement d'inspiration patronale et Macron et son gouvernement sont de petits administrateurs d’un gigantesque conseil d'administration de multinationales.

Quand je dis patronale, je fais référence aux grands patrons du CAC40 et non ceux des PME. Car, ces derniers ne l’ont pas encore compris, mais après les salariés, les retraités et les fonctionnaires, les patrons de PME sont les suivants de la liste de Macron. Et cette fois, l’argument sera la dérégulation. Le fameux argument qui tue : «La règlementation qui est un frein à l’activité économique» (sic). Comme si le législateur avait autrefois instauré une règlementation dans un autre but que de protéger (les consommateurs, les petits producteurs etc.). Sous prétexte de libérer l’activité, toutes les protections seront supprimées : celles contre les pratiques anti-concurrentielles, les pratiques de domination qui mettent nos PME en coupe réglée sous la domination des multi-nationales. La dérégulation des professions libérales a déjà été appliquée pour permettre aux grands cabinets anglo-saxons de s’installer en France et non pas pour créer de la concurrence et une baisse de prix.
#4598344
Politique sociale du gouvernement pour gagner des sous, ci-dessous :


GRAND JEU CONCOURS
SONDAGE NATIONAL


Bonjour

Nous sommes heureux de vous inviter à répondre à notre grande enquête pour tenter de gagner un chèque de 500€.



ÊTES-VOUS SATISAFAIT DE L'ELECTION

D'EMMANUEL MACRON ?

. OUI.................................. .NON

Civilité :Prénom :Nom :Email :Code postal :Né(e) le ://

Vous nous avez déclaré être majeur(e) et accepter le réglement. Vous avez lu et acceptez la politique de confidentialité. Je passe à l'étape suivante sans accepter la communication de mes données aux partenaires en cliquant-ici.

Important : N’oubliez pas de valider votre adresse d’envoi du chèque sur la page suivante.

[L'abus d'alcool est dangereux pour la santé. A consommer avec modération.

Règlement - Mentions légales - Politique de confidentialité - Cookie
SNsondagenational
#4598354
4BIN a écrit :
02 févr. 2019, 12:57
L’un des grands arguments de campagne de Macron à la présidentielle de 2017 fut la mise en place de la flexi-sécurité du marché du travail.
...
La flexisécurité est là, mais que pour les premiers de cordée ... Jack a dit n'avait pas dit pour qui ;-)
... Au final, le Revenu Universel aurait coûté moins cher.
Modifié en dernier par RestaurationRépublic le 02 févr. 2019, 17:45, modifié 1 fois.

Comme si Chirac et Sarkozy avaient ét&eacut[…]

Je reviens sur ça. Dans un premier temps, […]

Le coin des cyclistes.

http://www.steephill.tv/2019/fleche-wallonne/phot[…]

j'ai pas dit que le système actuel é[…]