Le plus important forum indépendant de discussions politiques. Commentez l'actualité, participez aux débats sur les réformes et les lois.

Discutez des problèmes économiques et sociaux: temps de travail, retraites, conflits sociaux, de vos expériences heureuses ou malheureuses dans le monde du travail, etc...

Modérateur : Équipe de modération

#4597285
Le rapport d'Oxfam a choqué le monde mais son honnêteté est aujourd'hui remise en cause par de nombreux experts dont Laurent Pahpy, analyste pour l'Institut de recherches économiques et fiscales (IREF).

"Cette présentation statistique malhonnête cache mal le lobbying politique d'une organisation à l'idéologie très radicale", dénonce Laurent Pahpy dans une tribune publiée sur Slate. Explications.

Détournement de statistiques

La méthode utilisée par Oxfam pour en arriver à cette conclusion effarante et spectaculaire est fortement critiquée par l'analyste. Ainsi, si la richesse d'un individu est calculée à partir du total de ses biens (logement, épargne, etc.) moins ses dettes (emprunts, etc.), alors un jeune dîplomé d'une prestigieuse université américaine et qui aurait emprunté de l'argent pour payer ses coûteuses études serait statistiquement plus pauvre qu'un paysan indien propriétaire d'un petit lopin de terre.

Laurent Pahpy reproche à Oxfam de faire mentir les statistiques ou du moins de les exploiter de manière absurde pour aboutir à une conclusion idéologique choquante, à savoir la répartition affreusement inéquitable des richesses.

"Pauvres" Américains

Oxfam échafaude sa théorie sur les données du Crédit Suisse. Selon ces chiffres, les 10% les plus pauvres de la population mondiale détiennent moins de 600 milliards d euros... car cette fraction possède plus de dettes que de biens. Parmi ces 10% concernés, 20% de ces "pauvres" viennent d'Amérique du Nord ou d'Europe. Cette approche pourrait donc autoriser à conclure qu'il y a plus de "pauvres" aux Etats-Unis qu'en Chine car les chiffres ne spécifient pas la nature de cet individu statistiquement considéré comme "pauvre".

10 euros en poche: la richesse

Plus fort encore. Selon les données du Crédit Suisse, la "fortune" cumulée de 30% des individus les plus pauvres est statistiquement inférieure à zéro, ce qui inspire à l'expert une comparaison absurde:

"Ainsi, si vous offrez dix euros d'argent de poche à un enfant de 7 ans, sa 'fortune' sera supérieure à la fortune cumulée d'un peu plus de deux milliards de personnes", affirme-t-il. "Voici comment un tour de passe-passe statistique permet à cette organisation d'affirmer que vingt-six milliardaires détiennent autant que la moitié la plus pauvre du monde", conclut-il. Une méthode qui, selon lui, appauvrit surtout, artificiellement, les "riches".

La tribune de Laurent Pahpy à découvrir sur Slate.

L'absurdité des chiffres

Ce n'est pas la première fois que les statistiques "choc" d'Oxfam sont remises en cause par les experts. Un article de Felix Salmon publié sur le site de l'agence Reuters affirmait déjà en 2014 que les chiffres ne reflétaient pas la réalité du niveau de vie des populations. Les Américains et les Européens sont ainsi surreprésentés parmi les plus "pauvres" parce qu'ils sont plus "endettés" par leurs emprunts. Au contraire, de nombreux individus extrêmement pauvres du Bangladesh ou du Pakistan sont sous-représentés parce qu'ils n'empruntent pas et ne s'endettent donc pas.

Jérôme Kerviel, l'homme le plus pauvre du monde
En janvier 2015, Alexandre Delaigue, professeur d'économie à l'Université de Lille, ironisait déjà sur France info et reprochait à la presse de relayer les annonces spectaculaires d'Oxfam sans poser un regard critique:

"Selon ce mode de calcul, la personne la plus pauvre du monde n'est pas un Africain affamé: c'est Jérôme Kerviel, qui depuis sa condamnation doit environ 5 milliards d'euros à la Société Générale, ce qui lui vaut le patrimoine net le plus bas du monde, à moins 5 milliards", argumentait-t-il.

"Sensationnalisme nuisible"

"Se poser la question des 1% les plus riches en France, ou aux Etats-Unis, peut être pertinent; mais les 'riches' au niveau mondial correspondent à des situations tellement différentes que ce groupe ne représente rien de précis", concluait-il, dénonçant un "sensationnalisme" finalement "contre-productif" et "nuisible" au débat sur les inégalités et la pauvreté dans le monde.

PAX TIBI EUROPA
LES USA PAYS DE MISERE ET DE CLOCHARDS
VOUS ETES DANS LA RUE OU VOUS ETES RICHES AUX USA
VIVA EUROPA

source
https://www.7sur7.be/7s7/fr/1536/Econom ... xfam.dhtml
SODOMA

Je n'ai pas lu le livre en question, mais je suis […]

Vitesse de la lumière

@Cobrasse ... Le non savoir, c'est toute la b[…]

Non al création monétaire est n&eacu[…]

Enseignement de la Shoah

@nicky larson 07 On a gazer la république[…]