Le plus important forum indépendant de discussions politiques. Commentez l'actualité, participez aux débats sur les réformes et les lois.

Discutez des problèmes économiques et sociaux: temps de travail, retraites, conflits sociaux, de vos expériences heureuses ou malheureuses dans le monde du travail, etc...

Modérateur : Équipe de modération

#4403989
Comment réduire efficacement la dépense publique ?
Tout privatiser!
ensuite investir en bourse dans les mouchoirs kleenex!


Attention avant d'ouvrir le lien image.
fortement déconseiller aux personnes dépressives.
Image
Modifié en dernier par paravec le 22 janv. 2018, 19:57, modifié 2 fois.
#4404294
agri-info-intox a écrit :
22 janv. 2018, 17:15
oui, mais les retraités du moment n'ont qu'un seul droit , celui de dire merci aux actifs .......et non pas ma retraite élevée, j'y ai droit car j'ai cotisé


On pourra critiquer les gouvernements Hollande sur tout, sauf celui d'avoir voulu équilibrer les caisses de retraite de la façon la plus équitable qui soit : en n'indexant plus les pensions sur l'inflation .Et macron est sur la même ligne, pas de nouvelles revalorisations des retraites avant le 1er trimestre 2019 .

il y a également un pari audacieux du régime unique de retraite pour tous au lieu des 19 actuellement .
Or je ne vois pas faire autrement que de passer à une retraite par points, chaque retraité aura ainsi un nombre de points pour établir sa pension et du coup, il suffira d'une seule caisse centrale de retraite pour effectuer les virements .
je ne vois pas pourquoi les deux sont liés
déjà dans le système actuel, il y a des perdants et des gagnants, c'est à dire que la retraite n'est pas en rapport complet avec les cotisations, il y a donc des transferts
on peut aussi le faire en unifiant les régimes.
Mais Macron est effectivement partisan d'un système par point comme les retraites complémentaire, qui permet de prendre en compte la totalité des années cotisées
derrière le système par point je me demande si ça ne prépare pas un passage progressif à la capitalisation
la capitalisation aussi demande de prendre en compte la totalité des cotisations
#4404369
logiquement, le système par points devrait faire baisser les pensions des plus de 72/75 ans, qui ont le meilleur retour sur cotisations , que les retraités n'ont eu par le passé et que les plus jeunes n'auront jamais .
Mais politiquement çà ne se fera jamais de réajuster les pensions des vieux de plus de 70 ans . D'où les formules de contournement : augmenter les pensions moins que l'inflation, tout en augmentant le minimum vieillesse de 800 à 900 eu et augmenter la CSG pour les retraités les plus pensionnés . On en revient à un resserrement de l'echelle des retraites
Mais sur le long terme, il faut attendre la disparition de ces retraités trop indemmisés , pour rééquilibrer le régime .Pour moi, il faut aller jusqu'à un niveau de CSG égal pour les retraités et les actifs ,



mais tout cela n'est qu'une répartition différente des cotisations collectées, cela n'a rien à voir avec la reduction des dépenses publiques . ( en dehors des quelques emplois supprimés par la fusion des caisses de retraites)
#4404465
agri-info-intox a écrit :
23 janv. 2018, 12:47

mais tout cela n'est qu'une répartition différente des cotisations collectées, cela n'a rien à voir avec la reduction des dépenses publiques . ( en dehors des quelques emplois supprimés par la fusion des caisses de retraites)
je suis d'accord, le système de retraite du privé est à part, les finances publiques n'interviennent pas en principe dedans
#4404557
Réponse à agri-info-intox du 22 janvier 2018 à 17h15
oui, mais les retraités du moment n'ont qu'un seul droit , celui de dire merci aux actifs .......et non pas ma retraite élevée, j'y ai droit car j'ai cotisé
Doit-on marginaliser les retraités?
Ils font partie de la vie de notre société, de ce fait ils doivent même s’ils ne sont plus actifs et qu’ils risquent de ne plus le devenir, avoir les mêmes considérations que le reste de la population.
Nous savons que l’inflation est la base qui est retenue dans énormément de manipulations salariales comme le SMIC, comme la revalorisation des salaires dans les Conventions Collectives.
Alors pourquoi les retraités devraient-ils faire les frais des erreurs des politiques, car ces personnes ont à subir comme tous les foyers fiscaux des multiples augmentations de la vie
L’injustice est difficilement acceptable.
Ces personnes ont travaillé durant leur vie, parfois durement, pour leur période active mais en pensant aussi à leur retraite.
Dites moi pourquoi ils devraient être pénalisés parce que le nombre d’actifs a fondu comme neige au soleil par la faute des élus aussi bien nationaux qu’européens.
Et si la personne a travaillé pour obtenir une retraite qu’il bénéficie de sa retraite qu’il a mérité, et si sa retraite est élevée et bien tant mieux et il paiera plus d’impôt point barre.
On pourra critiquer les gouvernements Hollande sur tout, sauf celui d'avoir voulu équilibrer les caisses de retraite de la façon la plus équitable qui soit : en n'indexant plus les pensions sur l'inflation .Et macron est sur la même ligne, pas de nouvelles revalorisations des retraites avant le 1er trimestre 2019
Vous employez des mots qui ne sont conformes à la réalité.
Par exemple lorsque vous avancez le terme équilibré, nous savons que les caisses de retraites ne le serons plus d’un côté le nombre de cotisants qui diminuent et de l’autre le nombre de retraités qui augmentent.
Lorsque vous dites « en n’indexant plus les pensions sur l’inflation », là encore c’est inexacte car il y a eu aucune indexation quel qu’elles soient.
Il est tellement facile pour un gouvernement YouTube de cibler ces personnes, nous pouvons dire sans défense.[/quote]
il y a également un pari audacieux du régime unique de retraite pour tous au lieu des 19 actuellement .
Or je ne vois pas faire autrement que de passer à une retraite points, chaque retraité aura ainsi un nombre de points pour établir sa pension et du coup, il suffira d'une seule caisse centrale de retraite pour effectuer les virements .
Ce qui est sûr c’est qu’il ne faut pas croire au père Noël, point ou pas tout sera fait pour que les retraités puise toucher moins qu’avant.
Nous pouvons penser que se chamboulement mettra au chômage un nombre important de personnes, cela fait parti du programme ou l’être humain à de moins en moins de valeur.
#4404665
je n'ai pas d'animosité particulière envers les retraités.
mais je ne suis pas sur que ce soit ceux qui ont bossé le plus dur , qui ont droit aux meilleures pensions
- une retraite d'agriculteurs c'est entre 900 et 1500eu maxi ( y compris un vigneron champenois). Soit pour les moins gatés, pas plus que le minimum vieillesse de quelqu'un qui n'aurait jamais cotisé , ni travaillé
- les ouvriers ont également une retraite entre 1000 et 1500eu et ils vivent 7 ans moins vieux qu'un cadre ou un fonctionnaire .

par contre, je connais un adjudant chef de gendarmerie de 83 ans, tout fier de répéter qu'il touche une très bonne retraite pour 25 ans d'activité, soit moins que son actuel temps de retraite .
Et que dire d'un fonctionnaire en retraite qui touche bien plus de retraite que son remplaçant non titularisé en salaire .
Modifié en dernier par agri-info-intox le 23 janv. 2018, 19:11, modifié 1 fois.
#4404670
agri-info-intox a écrit :
23 janv. 2018, 19:06
je n'ai pas d'animosité particulière envers les retraités.
mais je ne suis pas sur que ce soit ceux qui ont bossé le plus dur , qui ont droit aux meilleures pensions
- une retraite d'agriculteurs c'est entre 900 et 1500eu maxi . Soit pour les moins gatés, pas plus que le minimum vieillesse de quelqu'un qui n'aurait jamais cotisé , ni travaillé
- les ouvriers ont également une retraite entre 1000 et 1500eu et ils vivent 7 ans moins vieux qu'un cadre ou un fonctionnaire .

par contre, je connais un adjudant chef de gendarmerie de 83 ans, tout fier de répéter qu'il touche une très bonne retraite pour 25 ans d'activité, soit moins que son actuel temps de retraite .
Et que dire d'un fonctionnaire en retraite qui touche bien plus de retraite que son remplaçant non titularisé de salaire .


Certes , après il faut tout dire , quel est le patrimoine moyen d'un agriculteur ?
#4404683
Miguelito Loveless a écrit :
23 janv. 2018, 19:11
agri-info-intox a écrit :
23 janv. 2018, 19:06
je n'ai pas d'animosité particulière envers les retraités.
mais je ne suis pas sur que ce soit ceux qui ont bossé le plus dur , qui ont droit aux meilleures pensions
- une retraite d'agriculteurs c'est entre 900 et 1500eu maxi . Soit pour les moins gatés, pas plus que le minimum vieillesse de quelqu'un qui n'aurait jamais cotisé , ni travaillé
- les ouvriers ont également une retraite entre 1000 et 1500eu et ils vivent 7 ans moins vieux qu'un cadre ou un fonctionnaire .

par contre, je connais un adjudant chef de gendarmerie de 83 ans, tout fier de répéter qu'il touche une très bonne retraite pour 25 ans d'activité, soit moins que son actuel temps de retraite .
Et que dire d'un fonctionnaire en retraite qui touche bien plus de retraite que son remplaçant non titularisé de salaire .


Certes , après il faut tout dire , quel est le patrimoine moyen d'un agriculteur ?
J'ai un frère qui a fait une carrière d'ingenieur à Paris Avec sa femme, ils ont acheté plusieurs appartements, avec son salaire et aussi en me revendant sa part de la ferme familiale . Et bien aujourd'hui , il a rien que lui un total de retraite de 4000 eu, pour 38 ans d'activité, car il a pu racheter des trimestres d'études pour une bouchée de pain et au final son patrimoine en immobilier est supérieur à mon patrimoine agricole.
.....et la MSA m'a fait une simulation à 1200eu de retraite pour partir à 62.5 ans , après 42 années de cotis .
#4404687
agri-info-intox a écrit :
23 janv. 2018, 19:18
Miguelito Loveless a écrit :
23 janv. 2018, 19:11
agri-info-intox a écrit :
23 janv. 2018, 19:06
je n'ai pas d'animosité particulière envers les retraités.
mais je ne suis pas sur que ce soit ceux qui ont bossé le plus dur , qui ont droit aux meilleures pensions
- une retraite d'agriculteurs c'est entre 900 et 1500eu maxi . Soit pour les moins gatés, pas plus que le minimum vieillesse de quelqu'un qui n'aurait jamais cotisé , ni travaillé
- les ouvriers ont également une retraite entre 1000 et 1500eu et ils vivent 7 ans moins vieux qu'un cadre ou un fonctionnaire .

par contre, je connais un adjudant chef de gendarmerie de 83 ans, tout fier de répéter qu'il touche une très bonne retraite pour 25 ans d'activité, soit moins que son actuel temps de retraite .
Et que dire d'un fonctionnaire en retraite qui touche bien plus de retraite que son remplaçant non titularisé de salaire .


Certes , après il faut tout dire , quel est le patrimoine moyen d'un agriculteur ?
J'ai un frère qui a fait une carrière d'ingenieur à Paris Avec sa femme, ils ont acheté plusieurs appartements, avec son salaire et aussi en me revendant sa part de la ferme familiale . Et bien aujourd'hui , il a un total de retraite de 4000 eu, pour 37,5 ans d'activité, car il a pu racheter des trimestres d'études pour une bouchée de pain et au final son patrimoine en immobilier est supérieur à mon patrimoine agricole.
.....et la MSA m'a fait une simulation à 1200eu de retraite pour partir à 62.5 ans , après 42 années de cotis .

Oui , mais ça ne répond pas à ma question .
#4404729
agri-info-intox a écrit :
23 janv. 2018, 19:06
je n'ai pas d'animosité particulière envers les retraités.
mais je ne suis pas sur que ce soit ceux qui ont bossé le plus dur , qui ont droit aux meilleures pensions
- une retraite d'agriculteurs c'est entre 900 et 1500eu maxi ( y compris un vigneron champenois). Soit pour les moins gatés, pas plus que le minimum vieillesse de quelqu'un qui n'aurait jamais cotisé , ni travaillé
- les ouvriers ont également une retraite entre 1000 et 1500eu et ils vivent 7 ans moins vieux qu'un cadre ou un fonctionnaire .

par contre, je connais un adjudant chef de gendarmerie de 83 ans, tout fier de répéter qu'il touche une très bonne retraite pour 25 ans d'activité, soit moins que son actuel temps de retraite .
Et que dire d'un fonctionnaire en retraite qui touche bien plus de retraite que son remplaçant non titularisé en salaire .
Tout à fait, la retraite alloué aux différente catégories d'individus suivant leur position sociale n'a rien d'égalitaire.
Mon voisin ancien commandant dans l'armée se palpe une retraite indécente proportionnellement à la durée son service pour l'état.

Pour en revenir à la baisse de la dépense publique, je me souviens de ce cher Hollande qui nous affirmait que c'était mission impossible, je me marre.
La marge de manœuvre est extrêmement large, juste une question de volonté et surtout de courage.
Quelques dizaines de milliards sont trouvables sans affecter franchement le service public.
#4404757
Quelques dizaines de milliards sont trouvables sans affecter franchement le service public.


oui ! moi je les trouve tout de suite les 40 milliards d'économie (20 sur l'état et 20 sur le social ), sans changer beaucoup les curseurs sur les services rendus au public . ( et 40 sur 1200, ce n'est que 3% d'économies ) .
Mais c'est sur que je ferais sauter beaucoup de postes honorifiques et de prestige , ainsi que de nombreuses situations de privilègiés . Rien qu'en appliquant les rapports de la cour des comptes , publiés depuis 25 ans, les 3/4 du boulot serait fait et en supprimant les doublons, je trouverais l'autre 1/4


un modèle local:
après la fusion de nos 3 communautés de communes, notre president a trouvé en 2 ans , 300 000eu d'économies ( comparé à l'addition des budgets des 3 anciennes codecom ) , dont environ 250 000 sur une seule des 3 anciennes structures, qui avait la folie des grandeurs , en particulier dans son organisation administrative
Mais si par malheur le president élu avait été le président de cette codecom mal gérée, c'est 300 000 eu de dépenses supplémentaires, qu'il nous aurait trouvé , mettant tout sur le dos de la fusion .
Modifié en dernier par agri-info-intox le 24 janv. 2018, 03:03, modifié 3 fois.
#4404774
il y a le patron d'une boite en difficulté ( 300 millions de CA), qui m'a expliqué comment il avait redressé les comptes:

- on regarde les dépenses ligne par ligne et on les classe en 3 catégories ( inutile- reportable sur 1 ou2 ans- à garder pour préserver l'activité )
- et pour le personnel, il faut surtout empêcher que les meilleurs partent à la concurrence et qu'on ne se garde que les mauvais .
Et donc les mauvais , on leur propose soit un poste chiant ou une prime pour partir... "et en général, ils partent " ( et çà c'était il y a 10 ans, avant les possibilités de rupture à l'amiable). Et les meilleurs on essaye de les rassurer et les motiver dans un challenge commun .

pour réduire les dettes d'un état en faillite, tu fais la même chose .
#4404957
agri-info-intox a écrit :
23 janv. 2018, 20:42
il y a le patron d'une boite en difficulté ( 300 millions de CA), qui m'a expliqué comment il avait redressé les comptes:

- on regarde les dépenses ligne par ligne et on les classe en 3 catégories ( inutile- reportable sur 1 ou2 ans- à garder pour préserver l'activité )
- et pour le personnel, il faut surtout empêcher que les meilleurs partent à la concurrence et qu'on ne se garde que les mauvais .
Et donc les mauvais , on leur propose soit un poste chiant ou une prime pour partir... "et en général, ils partent " ( et çà c'était il y a 10 ans, avant les possibilités de rupture à l'amiable). Et les meilleurs on essaye de les rassurer et les motiver dans un challenge commun .

pour réduire les dettes d'un état en faillite, tu fais la même chose .
oui c'est tout le problème de la fonction publique, de ne pas pouvoir motiver/attirer les bons et de ne pas pouvoir se débarrasser des mauvais. On en conserve même qui sont dans l'incapacité de travailler
#4406995
Réponse à seraum du 23 janvier 2018 à 19h56

Lorsque l’on analyse un tant soit peu, ce que vous avez probablement oublié de faire, l’on peut effectivement penser que Hollande n’avait pas tout-à-fait tord.
Lorsque l’on voit le manque de personnel et de moyens dans tous les coins de notre planète des services publiques, 40000 places dans les facultés, les prisons qui devenu un secteur honteux de la France, notre Défense nationale dont l’état n’est pas recommandable, les hôpitaux où il fait de moins en moins bon de vivre, la santé sur la voie du désordre, la justice qui pleure sur ces insuffisances, et d’autres secteurs qui demandent aussi d’être revisité à la hausse et vous avez l’une des raisons qui justifie que la baisse des dépenses publiques serait anormale, peut-être aussi que Hollande avait une sorte de bon sens que l’on a pas et surtout que vous n’avez pas.
La deuxième et pas des moindre est celle des masses salariales qui sont le socle des recettes sociales et fiscales, qui se dégrade inlassablement.

Alors bien entendu tout peut-être envisagé pour les dépenses publiques, des privatisations dont certains pays en reviennent, le chemin de fer britannique est un exemple, privatisations, La Tribune du 9/1/2017 titre :
« Au Royaume-Uni, la privatisation des chemins de fer déraille ».
Ainsi que leurs hôpitaux où Le Monde Société écrit le 23/12/2012 :
« Vingt ans après, pourtant, le bilan n'est guère brillant. Le remboursement de ces contrats coûte très cher, et leur rentabilité est discutable. »
Bien entendu ces mesures font chuter le nombre de fonctionnaire mais peut-être chèrement.
Ce constat est confirmé par le montant des dettes que les États ont beaucoup de mal à cacher, l’Allemagne en est l’exemple avec ses fonds spéciaux qui dissimulent au moins 40% de leur dette pour arriver suivant le Handelsblatt à 7000 milliards d’euros.

Alors oui nous pouvons toujours tirer vers le bas notre bien être public, mais ce n’est pas ce qui est demandé à nos élus qui nous gouvernent, mais plus sûrement de protéger nos acquis et nos découvertes technologiques et de faire en sorte que les économies européennes et françaises ne meurent pas dans les bras de pays à bas salaires qui sont souvent leaders dans la perversion.
#4407406
danielfr
oui c'est tout le problème de la fonction publique, de ne pas pouvoir motiver/attirer les bons et de ne pas pouvoir se débarrasser des mauvais. On en conserve même qui sont dans l'incapacité de travailler
On en conserve même CEUX qui sont dans l'incapacité de travailler, à la suite d'un accident travail en contact avec le public. (agression, AVP, contagion, amiante etc!)

Il y aurait de quoi écrire des pages entières d'exemples sur le forum.
Cela n’intéresse personne sur le forum.

Seul compte la posture du dénigrement systématique.
Bof... continuons à scier la branche où est confortement assis.
#4407759
DAN48 a écrit :
27 janv. 2018, 15:28
Réponse à seraum du 23 janvier 2018 à 19h56

Lorsque l’on analyse un tant soit peu, ce que vous avez probablement oublié de faire, l’on peut effectivement penser que Hollande n’avait pas tout-à-fait tord.
Lorsque l’on voit le manque de personnel et de moyens dans tous les coins de notre planète des services publiques, 40000 places dans les facultés, les prisons qui devenu un secteur honteux de la France, notre Défense nationale dont l’état n’est pas recommandable, les hôpitaux où il fait de moins en moins bon de vivre, la santé sur la voie du désordre, la justice qui pleure sur ces insuffisances, et d’autres secteurs qui demandent aussi d’être revisité à la hausse et vous avez l’une des raisons qui justifie que la baisse des dépenses publiques serait anormale, peut-être aussi que Hollande avait une sorte de bon sens que l’on a pas et surtout que vous n’avez pas.
La deuxième et pas des moindre est celle des masses salariales qui sont le socle des recettes sociales et fiscales, qui se dégrade inlassablement.

Alors bien entendu tout peut-être envisagé pour les dépenses publiques, des privatisations dont certains pays en reviennent, le chemin de fer britannique est un exemple, privatisations, La Tribune du 9/1/2017 titre :
« Au Royaume-Uni, la privatisation des chemins de fer déraille ».
Ainsi que leurs hôpitaux où Le Monde Société écrit le 23/12/2012 :
« Vingt ans après, pourtant, le bilan n'est guère brillant. Le remboursement de ces contrats coûte très cher, et leur rentabilité est discutable. »
Bien entendu ces mesures font chuter le nombre de fonctionnaire mais peut-être chèrement.
Ce constat est confirmé par le montant des dettes que les États ont beaucoup de mal à cacher, l’Allemagne en est l’exemple avec ses fonds spéciaux qui dissimulent au moins 40% de leur dette pour arriver suivant le Handelsblatt à 7000 milliards d’euros.

Alors oui nous pouvons toujours tirer vers le bas notre bien être public, mais ce n’est pas ce qui est demandé à nos élus qui nous gouvernent, mais plus sûrement de protéger nos acquis et nos découvertes technologiques et de faire en sorte que les économies européennes et françaises ne meurent pas dans les bras de pays à bas salaires qui sont souvent leaders dans la perversion.
Certes, je ne prône pas la privatisation systématique mais juste une organisation efficace de notre système.

Notre sécurité sociale ou notre éducation par exemple présentent un rapport coût / résultat très décevant.
Une vraie remise à plat de ces institutions permettrait d’améliorer le rendement général et une qualité de vie des agents et du public en autorisant une baisse sensible des coûts en supprimant les dysfonctionnements.

Quand nos gouvernants "font des économies" en supprimant des bureaux de postes ou des écoles, ils sont à coté de la plaque, l'essentiel est bien plus difficile à faire.
Je reconnais que réformer de fond en comble la sécurité sociale ou l'éducation nationale tient au suicide politique tout comme s'attaquer aux gros postes de dépenses publiques que nous portons comme un fardeau.
#4407881
DAN48 a écrit :
27 janv. 2018, 15:28
« Au Royaume-Uni, la privatisation des chemins de fer déraille ».
Ainsi que leurs hôpitaux où Le Monde Société écrit le 23/12/2012 :
« Vingt ans après, pourtant, le bilan n'est guère brillant. Le remboursement de ces contrats coûte très cher, et leur rentabilité est discutable. »
Bien entendu ces mesures font chuter le nombre de fonctionnaire mais peut-être chèrement.
Pourquoi ne citer que l'exemple britannique et jamais l'exemple allemand, où le chemin de fer privé est bien meilleur que notre chemin de fer public, y compris sur les petits lignes, bien mieux desservies pour moins cher en Allemagne ?

Si votre argument est que la privatisation n'est pas une pilule miracle et peut empirer les choses, oui, bien sûr.
Si votre argument est que la privatisation n'est jamais favorable, non, c'est faux.
Si votre argument est que le public n'a pas besoin de réformes à part plus de pognon, non, mille fois non.

Il y a beaucoup de gras dans le public, et il faut l'éliminer et réformer les statuts des fonctionnaires. Quant à savoir si ces économies doivent être dédiées à des améliorations du public ou à des baisses d'impôts, c'est une question distincte qui dépend beaucoup de votre désir du maintenir ou non le libre marché européen. Dans le cadre du libre-marché, de toute façon nous sommes foutus : en compétition avec les Luxembourgeois ou les Suisses, ceux-ci seront toujours avantagés : si bas que soient nos taxes, si efficaces que soient nos secteurs publics, ils seront toujours trop chers.

Mais vous refusez de l'accepter parce que vous vous concentrez sur la Chine alors que le danger vient de l'UE. Vous êtes trop empêtré dans le dogme euro-gaucho-nationaliste pour formuler une réponse cohérente.
  • 1
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 10
Vitesse de la lumière

, qui aurait dit qu'après un pet de Big […]

Vous semblez oublier un peu vite que quoi que le […]

La vie après la mort

Le but des parasciences, c'est de faire gagner d[…]

Venezuela : Maduro dans la merde !

... Ca revient au même (population environ f[…]