Le plus important forum indépendant de discussions politiques. Commentez l'actualité, participez aux débats sur les réformes et les lois.

Discutez des problèmes économiques et sociaux: temps de travail, retraites, conflits sociaux, de vos expériences heureuses ou malheureuses dans le monde du travail, etc...

Modérateur : Équipe de modération

#4402694
paravec a écrit :
20 janv. 2018, 09:57
Clavier56 a écrit :
20 janv. 2018, 09:42
Ce serait logique car ils dépensent sans retour possible l'argent trop généreusement accordé à des ingrats.....
(On a sur ce forum quelques exemples emblématiques) [smilie=zonew14.gif]
tu as raison Clavier de ne pas préciser pour les ingrats!
Je reconnais bien là ton cynisme de syndicaliste [smilie=icon_smile025.gif]
#4402718
paravec a écrit :
20 janv. 2018, 09:37
babiscus
Moi je suis pour une baisse des retraites pour les retraités qui vivent à l'étranger.
Encore une idée géniale d'un réactionnaire!
Hold up sur les vieux !
Pourquoi pas l’euthanasie avant l'heure pour hériter plus vite.
A condition que le "vieux" est un pactole...
je suis mort de rire. [smilie=diabolo_gif.gif]
Je ne fais pas de hold up sur les vieux. 90% des personnes âgées vivent en France et consomment en France. Je ne touche pas à la retraite de ceux qui vivent en France. Ils consomment, donc font travailler l'économie française, l'argent circule.

30 000 euros de dettes pour chaque enfant né aujourd'hui et un prix de l'immobilier 10 fois plus cher que dans les annés 80. Le hold up sur les jeunes, on en parle ? Peut-être qu'on devrait mettre dans le ravin les orphelins qui n'ont pas de grands parents retraités pour les aider ?

Pour quelle raison vivez-vous à l'étranger ? Pour quelle raison préférez-vous faire travailler des étrangers plutôt que des français ? Vous n'aimez pas votre pays ?
#4402846
Réponse à zenon du 15 janvier 2018 à 22h43
Le fameux travail à temps partiel. Par exemple si vous avez besoin d'un livreur 2 heures par jour vous estimez qu'il faudrait le payer 8 heures comme un CDI.
Qu’est-ce que c’est que ce dérapage, vous vous réfugiez derrière tout un tas de pirouettes afin de fermer les yeux sur les réalités.
Vous avez toujours tendance à répondre à côté de la plaque et de vouloir noyer le poisson.
Je vous expliquais les raisons pour lesquelles l’Allemagne avait peu de chômage et vous me parlez de CDI payé 8 h pour 2 heures de travail, vous conviendrez que c’est une attribution des plus farfelus.
Vous ne pourrez pas nié que l’Allemagne à un taux de travail à temps partiel très élevé ce qui, d’après vos propos, voudrait dire que l’Allemagne a aussi dans ses rangs un nombre important de personnes peu ou pas qualifiées.
À un moment donné j’avais fait le calcul en passant 1 million de travailleurs français à temps plein en 2 millions de travailleurs à temps partiel et bien nous aurions un taux de chômeurs à peu près identique tout comme le taux de travail à temps partiel mais car il y a un mais notre nombre de pauvres exploserait.
Il y a toujours eu des jobs à temps partiel le plus souvent lorsque les qualifications sont faibles.
Le travail non qualifié ne peut pas être
rémunéré comme un travail qualifié. S'il en était ainsi tout le monde voudrait travailler 2 heures par jour à livrer des pizzas.
Allemands, français l’être humain est fait du même bois profiter des autres, et les fameux jobs, qui avec le smic allemand, sont beaucoup moins attractifs maintenant limité à 53 heures par mois, mais ont toujours un poids dans l’économie allemande.
Bien entendus qu’il y a des contraintes économiques mais l’énorme problème c’est l’engrenage infernal dans lequel nous nous soumettons.
Comme le voisin a réduit son coût et bien il nous faut essayer d’avoir la même approche et les gouvernements, les employeurs triturent et le pouvoir d’achat et les salaires et les remboursements de ceci et les remboursements de cela et en plus sans pouvoir arriver aux coûts chinois ou éthiopiens, et ainsi se déroule la vie des pays de l’union sans protection commerciale.
Ceci étant le travail qualifié est peu rémunéré en France si on compare avec l'Allemagne, l'Angleterre la Suisse etc... Ma soeur qui était instit gagnait 40% de plus qu'en France en exerçant en Suisse.

En France le travail et le capital sont au service de l'Etat qui ensuite ruissèle vers les plus modestes.
Pouvons-nous croire qu’une meilleure rémunération du travail qualifié en France résoudra le problème du chômage, bien sûr que non, d’autres critères régissent ce phénomène, l’augmentation de la démographie qui ne peut être contredit, la désindustrialisation qui a atteint un sommet probablement avant d’en atteindre un autre et qui supprime les emplois nécessaires.
La robotisation qui, soyons réalistes, supprime de plus en plus d’emplois.
La Suisse incontestablement a de nombreux atouts, malheureusement il est indiscutable de dire que les banques avec leur flou qui est internationalement reconnu ont un poids économique indispensable, et si ce pays, grâce à ce secteur, arrive à tirer son épingle du jeu, dans cette environnement de requin, et bien nous ne pouvons qu’en être satisfait.
Mais sachons aussi que si les salaires sont très hauts le coût de la vie l’est aussi, un détail qui n’est pas anodin.
#4402854
babiscus a écrit :
20 janv. 2018, 03:00
Moi je suis pour une baisse des retraites pour les retraités qui vivent à l'étranger.

Pourquoi ? Car certes, ils ont cotisé, donc ils ont travaillé. Mais pourquoi ont-ils pu travailler avec des salaires décents ? Car il y avait des consommateurs français qui achetaient leurs produits. Et pour le cas des fonctionnaires, car la France a endetté sa jeunesse pour leur permettre d'avoir de bons salaires et donc de cotiser fortement.

Mais en vivant à l'étranger, ils ne rendent pas ce qu'ils ont reçu de la France. Ils ne permettent pas au jeune entrepreneur français, au jeune salarié... de travailler et de gagner un salaire décent, car en vivant à l'étranger, ils préfèrent donner leur argent à la jeunesse marocaine, indienne, portugaise... et payer la TVA à des Etats étrangers.
ce n'est pas comme ça que ça marche
on a cotisé ce qui donne droit à une retraite
et les actifs du moment payent pour les retraité
ce qui est réinjecté dans l'économie française n'entre pas en ligne de compte.
d'ailleurs votre résident français achète aussi beaucoup de produits importés donc il ne réinjecte pas tout dans l'économie française.
certes en France ils payent la TVA mais à l'étranger ils payeront quand même la CSG
réinjecter n'est pas une obligation
le système de retraite est autonome, entre cotisations et retraites, c'est un budget qui n'est pas mélangé avec le reste, il n'entre pas dans le budget de l'état, sauf en tant qu'employeur des fonctionnaires
#4402871
ce n'est pas comme ça que ça marche: on a cotisé ce qui donne droit à une retraite et les actifs du moment payent pour les retraités

non Daniel, çà marche comme cela dans un système par capitalisation équilibré et qui redistribue que ce qu'il a fait fructifié .
Or dans le système français dit par répartition, il n'y a aucune corrélation entre cotisations et pensions versées dans le passé . D'ailleurs, heureusement pour les plus de 80ans, car ils ont très peu cotisé dans les années 50/60, les taux prélévés étaient très faibles .
Dans un système par répartition , la vraie logique serait que les cotisations soient considérées comme un impôt proportionnel au salaire et la retraite comme une prestation sociale donnée par l'état : logiquement la même somme pour tous les retraités: un SMIC .
#4402874
babiscus a écrit :
20 janv. 2018, 03:00
Moi je suis pour une baisse des retraites pour les retraités qui vivent à l'étranger.

Pourquoi ? Car certes, ils ont cotisé, donc ils ont travaillé. Mais pourquoi ont-ils pu travailler avec des salaires décents ? Car il y avait des consommateurs français qui achetaient leurs produits. Et pour le cas des fonctionnaires, car la France a endetté sa jeunesse pour leur permettre d'avoir de bons salaires et donc de cotiser fortement.

Mais en vivant à l'étranger, ils ne rendent pas ce qu'ils ont reçu de la France. Ils ne permettent pas au jeune entrepreneur français, au jeune salarié... de travailler et de gagner un salaire décent, car en vivant à l'étranger, ils préfèrent donner leur argent à la jeunesse marocaine, indienne, portugaise... et payer la TVA à des Etats étrangers.

Par contre, ils demandent bien à la jeunesse française de cotiser pour eux. MAIS... ils ne leur offrent pas d'emplois avec des salaires décents puisqu'ils ne consomment pas en France. C'est l'argent de la France qui vient directement remplir les poches des autres pays, et c'est ce manque de consommation intérieure qui crée une stagnation des salaires français et des cotisations.
je suis entièrement d'accord avec ce raisonnement.
Augmenter la CSG et supprimer la taxe d'habitation, que ne payent pas les expatriés relève d'ailleurs de cette logique. bravo Macron :super: :super: , mais il faut
aller beaucoup plus loin

Car les chiffres ne sont plus marginaux, sur les 13 millions de retraités, il y en a quasiment 10% qui sont expatriés. Dont un certain nombre, ne sont même plus contribuables à l'IRPP .
Donc, on a au minimum 26 milliards de pensions consommées à l'étranger ( et encore, ce ne sont pas les plus petit pensionnés qui ont une villa au Maroc).
j'estime que cette expatriation de retraités coute à l'état un manque à gagner de 5 à 8 milliards
#4402889
agri-info-intox a écrit :
19 janv. 2018, 20:55
les grandes depenses publiques sont
1 éducation
2 service de la dette
3 la defense.

sans s'attaquer aux depenses de l'éducation nationale, on n'ira pas très loin dans les économies .
Dans un état socialiste comme la France, quand on parle de dépense publique, on parle aussi des dépenses sociales.
Celles-ci représentent environ deux fois plus que les dépenses de l'état, sont une véritable gabegie quasiment hors de tout contrôle démocratique, livré avec le paritarisme à des syndicats communistes ou collabo du socialisme (Medef)

Bref tailler dans le social et le non régalien est prioritaire, le régalien est plutôt sous financé au profit des premiers.
#4402897
Réponse à danielfr40 du 20 janvier 2018 à 12h36

Peut-on continuer à appliquer les obligations du temps passé, probablement pas.
Quand vous dites « on a cotisé ce qui donne droit à une retraite », j’ajouterais « en France ».
Et babiscus à tout à fait raison de dénoncer cette gageure, toutefois j’y mettrais une nuance importante qui serait de verser la retraite suivant le niveau de vie du pays dans lequel il réside sans jamais donner un montant supérieur au montant acquis.
Dénoncer les conventions avec certains pays qui permet aux expatrier de ne pas payer d’impôts seraient une initiative heureuse et juste.
Ce n’est même pas une question de réinjecter ou pas c’est simplement une question de bon sens.
Une telle prise de décision remettrait peut-être les déserteurs pour profits fiscaux de revoir leur impulsion.
De toute manière il faut bien se dire qu’ils ne seront pas perdant puisqu’ils conserveront la vie qu’ils ont mérité.
Tout cela me donne l’impression de recevoir une claque sur la joue droite et de tendre la joue gauche.
#4402901
DDH1789
Art. 14. -
Tous les Citoyens ont le droit de constater, par eux-mêmes ou par leurs représentants, la nécessité de la contribution publique, de la consentir librement, d'en suivre l'emploi, et d'en déterminer la quotité, l'assiette, le recouvrement et la durée.


Via le paritarisme, la dépense sociale est livrée aux syndicats. Vous avez déjà vu le moindre contrôle de la dépense sociale par les citoyen ou leurs représentants vous ?
#4402913
filochard a écrit :
20 janv. 2018, 13:57
Dans un état socialiste comme la France, quand on parle de dépense publique, on parle aussi des dépenses sociales.
Celles-ci représentent environ deux fois plus que les dépenses de l'état, sont une véritable gabegie quasiment hors de tout contrôle démocratique, livré avec le paritarisme à des syndicats communistes ou collabo du socialisme (Medef)

Bref tailler dans le social et le non régalien est prioritaire, le régalien est plutôt sous financé au profit des premiers.
tu parles du social, mais pourquoi tu n'a pas repris ce que j'ai écris là dessus , car les français ont une très mauvaise notion des ordres de grandeurs
agri-info-intox a écrit :
19 janv. 2018, 21:01
absurditanais a écrit :
19 janv. 2018, 11:14
800 milliards de social par an, c'est là que les économies seraient les plus significatives en préservant les retraités qui ont cotisé
j'ai plutôt le chiffre de 600 mlds. Mais je ne sais pas si les retraites de la fonction publique sont incluses.
Sur 600 milliards, on a
260 pour les retraites
210 assurance maladie
et seulement 8 à 10 pour le RSA .

économiser 1% sur les retraites, c'est 2.6mlds d'économisé et réduire les retraites de 3.5% financerait la totalité du cout du RSA [smilie=icon_smile034.gif]
donc si je poursuis , sur les 600 mlds de social , beaucoup estiment que retraites et maladies sont des droits inaliénables, comme d'ailleurs les alloc handicapés et qu'il ne faut agir que sur les 100à 130 mlds , d'alloc familiales et diverses et d'alloc chomage et RSA .
Modifié en dernier par agri-info-intox le 20 janv. 2018, 14:59, modifié 1 fois.
#4402918
En 2014, la branche Famille a versé au total 85,1 milliards d’euros à 11,8 millions de bénéficiaires.

Cette somme totale se décompose en :
• 56,2 milliards d’euros (Mds€) de prestations en direction des familles. La majeure partie de cette somme (83%) finance des aides directes en faveur des familles (46,6 Mds€) : prestations petite enfance, dont principalement la prestation d’accueil du jeune enfant (Paje) ; aides au logement en faveur des familles ; autres aides directes, dont allocations familiales, allocation de rentrée scolaire... Les 17% restants sont consacrés aux avantages vieillesse pour les familles (9,6 Mds€) : assurance vieillesse des parents au foyer (AVPF), majoration de pension pour les personnes ayant élevé trois enfants et plus...
• 28,9 Mds€ versés par la branche Famille pour le compte de l’État et des départements qui donnent lieu à remboursement de la part de ceux-ci, pour les aides au logement des foyers sans enfant, les minima sociaux (RSA, allocation adultes handicapés...).



Selon plusieurs sources, l'indemnisation de 2,3 millions de chômeurs par l'UNEDIC coûterait, en coûts complets, un peu plus de 31,5 milliards d'euros. Les 1,3 millions de chômeurs additionnels coûterait près de 10,8 mds avec des situations statistiques complexes à déchiffrer lorsqu'il y a cumul de l'allocation chômage et de l'allocation «revenus d'activité réduite «dont 1,3 million de personnes sont bénéficiaires.
Ce premier chiffrage parcellaire situe donc autour de 42 mds le coût de l'indemnisation


actualisé on aurait plutôt
85 mld d'alloc diverses( y compris RSA et handicapés)
45 mld d'alloc chomeurs, pour seulement 3.8 millions d'allocataires.al
total 130

j'arrive bien à mes 600 mlds de dépenses sociales : 130 mld + 210 ass maladie + 260 retraites
#4402923
260 mld pour 13 millions de retraités = 20 000 par retraité ( 1680/mois)
31.5mld pour 2.3 millions de chomeurs aux assedic = 13 700 par chomeur ( 1160/mois)
mais ce sont des chiffres moyens avec beaucoup de disparités ; certains chomeurs ont 4000eu et d'autres 800/mois, de même que les retraités.

sur les indemmités chomage, j'ai toujours été sidéré par un patronat qui préférait payer que de plafonner les indemmités comme en Angleterre , où elles sont plafonnées au niveau du smic.
Il est vrai que les patrons du MEDEF sont des salariés patrons qui n'hésitent pas à profiter des assedic , quand la boite va mal . Ce sont les 1ers à s'auto licencier.
#4403715
Réponse à agri-info-intox du 20 janvier 2018 à 14h50

Je pense que tout dépend de la manière dont on considère le chômeur.
Si l’on considère que d’être au chômage est entièrement la faute du chômeur alors effectivement pourquoi ne pas plafonner les indemnités, mais si les raisons d’être au chômage découlent exclusivement des erreurs soit de l’employeur ou du gouvernement et encore plus sûrement de l’U.E. alors le chômeur n’a aucune raison de subir ces erreurs, la pénalité extrême étant déjà de se retrouver sans travail avec le stress de l’incertitude pour l’avenir.
#4403754
agri-info-intox a écrit :
20 janv. 2018, 13:27
babiscus a écrit :
20 janv. 2018, 03:00
Moi je suis pour une baisse des retraites pour les retraités qui vivent à l'étranger.

Pourquoi ? Car certes, ils ont cotisé, donc ils ont travaillé. Mais pourquoi ont-ils pu travailler avec des salaires décents ? Car il y avait des consommateurs français qui achetaient leurs produits. Et pour le cas des fonctionnaires, car la France a endetté sa jeunesse pour leur permettre d'avoir de bons salaires et donc de cotiser fortement.

Mais en vivant à l'étranger, ils ne rendent pas ce qu'ils ont reçu de la France. Ils ne permettent pas au jeune entrepreneur français, au jeune salarié... de travailler et de gagner un salaire décent, car en vivant à l'étranger, ils préfèrent donner leur argent à la jeunesse marocaine, indienne, portugaise... et payer la TVA à des Etats étrangers.

Par contre, ils demandent bien à la jeunesse française de cotiser pour eux. MAIS... ils ne leur offrent pas d'emplois avec des salaires décents puisqu'ils ne consomment pas en France. C'est l'argent de la France qui vient directement remplir les poches des autres pays, et c'est ce manque de consommation intérieure qui crée une stagnation des salaires français et des cotisations.
je suis entièrement d'accord avec ce raisonnement.
Augmenter la CSG et supprimer la taxe d'habitation, que ne payent pas les expatriés relève d'ailleurs de cette logique. bravo Macron :super: :super: , mais il faut
aller beaucoup plus loin

Car les chiffres ne sont plus marginaux, sur les 13 millions de retraités, il y en a quasiment 10% qui sont expatriés. Dont un certain nombre, ne sont même plus contribuables à l'IRPP .
Donc, on a au minimum 26 milliards de pensions consommées à l'étranger ( et encore, ce ne sont pas les plus petit pensionnés qui ont une villa au Maroc).
j'estime que cette expatriation de retraités coute à l'état un manque à gagner de 5 à 8 milliards
Je n'avais jamais remarqué qu'on était autant en phase. Pourtant une fois il me semble qu'on avait débattu un jour sur un sujet où l'on était pas d'accord, mais je ne me souviens plus duquel (peut-être sur le georgisme qui veut supprimer les taxes du travail pour les basculer sur les taxe foncières).

Tu as tout compris à l'économie, et tu le prouves en donnant des chiffres concrets que personne ne peut contester, comme sur les vrais coûts des retraites, de la maladie et du chômage.
#4403766
je suis bien moins à gauche que toi et bien moins anti libéral .
Ceci dit, en matière d'économie, je veux faire des démonstrations étayées sur les chiffres rééls .

Tout le monde dit, il y a trop de social, c'est un fait, mais personne ne propose les mêmes coupes sociales: pour certains il faut supprimer le RSA et pour d'autres il faut plafonner les grosses retraites et pour les 3èmes il faut reserver les aides à une categorie de la population, en particulier les français dessouches .
Ainsi suppprimer des aides aux migrants rapportera 1 milliard , alors que diminuer les retraites de seulement 1% ( par exemple , 0 les petites et 2% les grosses) , rapporterait 2.6Mlds .
Il est important de connaitre les ordres de grandeurs en chiffres et les impacts , avant de proposer une coupe budgétaire .
Il est bien evident que diminuer les retraites des expatriés n'aurait aucune conséquence négative sur l'économie française, alors que diminuer les aides aux HLM aurait automatiquement un impact négatif sur l'économie du BTP.
#4403898
agri-info-intox a écrit :
20 janv. 2018, 13:20
ce n'est pas comme ça que ça marche: on a cotisé ce qui donne droit à une retraite et les actifs du moment payent pour les retraités

non Daniel, çà marche comme cela dans un système par capitalisation équilibré et qui redistribue que ce qu'il a fait fructifié .
Or dans le système français dit par répartition, il n'y a aucune corrélation entre cotisations et pensions versées dans le passé . D'ailleurs, heureusement pour les plus de 80ans, car ils ont très peu cotisé dans les années 50/60, les taux prélévés étaient très faibles .
Dans un système par répartition , la vraie logique serait que les cotisations soient considérées comme un impôt proportionnel au salaire et la retraite comme une prestation sociale donnée par l'état : logiquement la même somme pour tous les retraités: un SMIC .
c'est bien ce que j'ai dit, les actifs du moments payent pour les retraités du moment
#4403903
oui, mais les retraités du moment n'ont qu'un seul droit , celui de dire merci aux actifs .......et non pas ma retraite élevée, j'y ai droit car j'ai cotisé


On pourra critiquer les gouvernements Hollande sur tout, sauf celui d'avoir voulu équilibrer les caisses de retraite de la façon la plus équitable qui soit : en n'indexant plus les pensions sur l'inflation .Et macron est sur la même ligne, pas de nouvelles revalorisations des retraites avant le 1er trimestre 2019 .

il y a également un pari audacieux du régime unique de retraite pour tous au lieu des 19 actuellement .
Or je ne vois pas faire autrement que de passer à une retraite par points, chaque retraité aura ainsi un nombre de points pour établir sa pension et du coup, il suffira d'une seule caisse centrale de retraite pour effectuer les virements .
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 10
Venezuela : Maduro dans la merde !

Si les gens crèvent de faim, quittent les […]

les gilets jaunes gangrénés par […]

Faut-il définir un seuil de QI minimal p[…]

Vitesse de la lumière

, qui aurait dit qu'après un pet de Big […]