Le plus important forum indépendant de discussions politiques. Commentez l'actualité, participez aux débats sur les réformes et les lois.

Discutez de l'Éducation Nationale, de l'Éducation et de l'École en général, etc.

Modérateur : Équipe de modération

Avatar du membre
par katou
#4049966
Lutter contre le harcèlement à l'école, c'est l'objectif qu'a affiché le gouvernement en fin d'année. La ministre de l'Éducation nationale Najat Vallaud-Belkacem a annoncé jeudi 29 octobre une série de mesures. Parmi elles, la mise en place d'un numéro vert le 3020, la création d'une journée nationale du non-harcèlement et un clip vidéo.

Le harcèlement scolaire toucherait quelque 700.000 élèves, selon les chiffres officiels. Des chiffres en hausse chaque année. Ecoutez le témoignage poignant de ces parents.
https://fr.news.yahoo.com/harcelement-s ... 50414.html
Le harcèlement scolaire n'est en effet pas à prendre par-dessus la jambe car c'est très grave et peut conduire au suicide.
Les jeunes sont beaucoup plus fragiles qu'ils ne le laissent paraître bien souvent mais aussi sont capables d'une violence incroyable et lorsqu'un enfant semble plus fragile qu'un autre, il se passe alors le phénomène de souffre douleur devenu récurrent car accentué par des moyens supplémentaires au milieu scolaire, comme les réseaux sociaux.
Modifié en dernier par katou le 12 févr. 2016, 20:04, modifié 1 fois.
Avatar du membre
par seraum
#4049976
Ce problème ne date pas d'hier.
Najat a le mérite de le dénoncer.
C'est le premier pas d'un chemin très long, en terme d'action politique.
Avatar du membre
par katou
#4548977
Le 5 novembre prochain, TF1 proposera une soirée spéciale animée par Harry Roselmack dans le cadre la Journée nationale de lutte contre le harcèlement scolaire. Dès 21h, vous découvrirez le téléfilm "Le jour où j’ai brûlé mon cœur", librement adaptée d'une histoire vraie : celle de Jonathan Destin.
https://www.tf1.fr/tf1/le-jour-ou-j-ai- ... 90709.html
Dans l'enceinte du collège, un jour, il est frappé à coup de pied. Son professeur principal minimise : « Ils s'amusent avec vous » , raconte l'adolescent. « Mais ils me frappaient vraiment. Ils n'avaient pas l'air de rigoler » .
https://www.francebleu.fr/infos/societe ... 1381133100
Avatar du membre
par katou
#4554887
« Je veux rejoindre le bon Dieu »: le terrible cri d’alarme d’un enfant harcelé de 7 ans

Dans une vidéo saisissante publiée mardi soir sur les réseaux sociaux, un garçon de 7 ans explique vouloir mettre fin à ses jours pour échapper à un camarade qui le frappe tous les jours dans la cour d’école.

La séquence est insoutenable. On y voit un jeune garçon de sept ans en pleurs devant une caméra en expliquant être harcelé quotidiennement dans sa cour de recréation. Il dit ne plus en pouvoir d’un de ses camarades qui «n’arrête pas de le taper tous les jours» et assure vouloir mettre fin à ses jours pour «rejoindre le bon Dieu». C’est le frère de ce garçon, lui aussi harcelé à l’école, qui a filmé puis diffusé la vidéo de moins d’une minute. Depuis, cette vidéo a été vue et retweetée plus de 24.000 fois.

Plainte déposée

D’après les informations du Parisien, le garçon et ses deux frères sont scolarisés dans un établissement catholique privé de l’Aisne et les faits de harcèlement durent depuis plusieurs mois. Une plainte a même été déposée le mois dernier à la gendarmerie par la mère de l’enfant. Celle-ci ne serait par ailleurs pas à l’origine de la diffusion de la séquence sur internet.
http://etudiant.lefigaro.fr/article/-je ... 3c8e070db/

Avatar du membre
par Valmont France
#4555133
"le garçon et ses deux frères sont scolarisés dans un établissement catholique privé de l’Aisne et les faits de harcèlement durent depuis plusieurs mois. "

Problème. Normalement on met (aussi) ses gosses dans ce type d'établissement pour qu'ils soient dans un environnement relativement protégé et propice à une scolaire plus sereine. Si on y subit les mêmes sal0peries que dans n'importe quel bahut pourri de ZSP...
Avatar du membre
par Raphaëlle
#4555143
j'ai entendu son message ce matin chez Bourdin. Très poignant.

Avatar du membre
par zenon
#4555150
Bonjour,

On va faire du harcèlement scolaire ... Une priorité.

Cordialement.
Avatar du membre
par katou
#4555157
Ce que dit la mère du petit Charlie.

Modifié en dernier par katou le 09 nov. 2018, 00:30, modifié 1 fois.
Avatar du membre
par katou
#4555159
Ce petit garçon est de toute évidence sincère dans ses propos et son attitude. On voit qu'il a une réelle souffrance. Ses mots sont simples et de son âge, pas dictés par un adulte.
Avatar du membre
par Raphaëlle
#4555160
Absolument craquant ce petit garçon. Peut-être que la vérité est plus nuancée, moins télégénique.

Combien de fois la mère a t-elle filmée la scène pour avoir l'émotion maximum ? est-ce que les mots du petit garçon étaient spontanés ?

https://www.bfmtv.com/police-justice/vi ... 62157.html
Une vidéo publiée sur les réseaux sociaux montrant un petit garçon parler de sa souffrance à cause du harcèlement dont il se dit victime à l'école a été vue des milliers de fois. Sans nier le mal-être de cet enfant, des éléments troubles apparaissent dans l'enquête, notamment concernant le profil de la mère.
"J'ai envie de rejoindre le Bon Dieu, de mourir". Les mots sont insoutenables, d'autant plus que ce sont ceux d'un petit garçon de sept ans. Depuis quelques heures, une vidéo est devenue virale sur les réseaux sociaux. En sanglots, face à la caméra, Charlie raconte comment, depuis un an, il est "harcelé" par un camarade de sa classe. "Depuis l'année dernière, j'ai un petit garçon qui me tape tout le temps. Et aujourd'hui, c'est mon petit frère qu'il tape", confie-t-il, avant de craquer en lançant: "Je veux rejoindre le Bon Dieu pour toujours, j'ai envie".

La maman de Charlie a déposé une plainte le 21 octobre dernier pour dénoncer les faits. Selon nos informations, elle porte sur quatre ou cinq scènes de violence depuis le mois de septembre 2017, et un épisode particulier pendant lequel l'enfant mis en cause a mis une boule de neige dans le cartable du petit Charlie. Direction et enseignants de l'école privée de l'Aisne dans laquelle les deux petits garçons sont scolarisés ont été entendus. Tout comme l'enfant accusé de "harcèlement", qui a été interrogé ce jeudi matin par les gendarmes en présence de ses parents.

Vers un classement sans suite
Au terme de ces auditions, l'enquête se dirige vers un classement sans suite, car très peu de faits dénoncés sont avérés. Seul l'épisode de la boule de neige a été constaté. Le petit garçon mis en cause a d'ailleurs été puni par l'équipe enseignante et par ses parents, alors que l'inimitié entre les deux enfants, tous deux âgés de sept ans, est connue de tous et que les "chamailleries" entre eux deux sont récurrentes. Les faits ne sont pas caractéristiques du harcèlement, indique une source judiciaire qui, sans nier le mal-être du petit Charlie, rappelle la différence entre le ressenti et la réalité judiciaire.

Par ailleurs, plusieurs zones troubles persistent dans cette affaire, et l'opportunité de la publication de cette vidéo interroge. Filmée par la mère, elle a été mise en ligne par la soeur de Charlie le lendemain du dépôt de la plainte. La mère explique à L'Obs que la diffusion de ce témoignage était "le dernier recours" pour elle face à la souffrance de son fils. Aujourd'hui, elle serait aujourd'hui dépassée par la médiatisation. Qualifiée d'instable psychologiquement, cette dernière est en conflit depuis quelques temps avec la famille du petit garçon accusé de harcèlement. Les enquêteurs n'excluent pas l'hypothèse d'une volonté de vengeance de la mère de Charlie.
Modifié en dernier par Raphaëlle le 08 nov. 2018, 23:31, modifié 2 fois.
Avatar du membre
par zenon
#4555161
Bonjour,

Il faut faire une nouvelle loi sur le harcèlement à l'école et encadrer plus la récréation avec des chiens policiers et des vigiles armés. Renforcer la télésurveillance et les contrôles aux abords des écoles. Encadre les téléphones portables et l'accès à Internet, vérifier les toilettes, les tenues vestimentaires. Et aussi la coupe des cheveux. Interdire les baskets et les teeshirts ainsi que la viande halal et le couscous royal.

Cela sera LA priorité du quinquina.

Cordialement.
Avatar du membre
par katou
#4555164
zenon a écrit :
08 nov. 2018, 22:56
Bonjour,

On va faire du harcèlement scolaire ... Une priorité.

Cordialement.
Le harcèlement scolaire est terrible car les jeunes qui sont harcelés se sentent honteux et coupables d'une chose qu'ils ne comprennent pas. Pourquoi on leur fait ça. Les harceleurs voient évidemment qu'ils ont une proie facile car fragile. Le petit Charlie de 7 ans est fragile et le "petit garçon" qui frappe le petit Charlie, en profite.
Que faire dans ce genre de cas, souvent les parents d'enfant harcelé le changent d'établissement scolaire car les sanctions vis à vis des agresseurs ou harceleurs souvent ne sont pas dissuasives.
Avatar du membre
par zenon
#4555168
katou a écrit :
08 nov. 2018, 23:35
zenon a écrit :
08 nov. 2018, 22:56
Bonjour,

On va faire du harcèlement scolaire ... Une priorité.

Cordialement.
Le harcèlement scolaire est terrible car les jeunes qui sont harcelés se sentent honteux et coupables d'une chose qu'ils ne comprennent pas. Pourquoi on leur fait ça. Les harceleurs voient évidemment qu'ils ont une proie facile car fragile. Le petit Charlie de 7 ans est fragile et le "petit garçon" qui frappe le petit Charlie, en profite.
Que faire dans ce genre de cas, souvent les parents d'enfant harcelé le changent d'établissement scolaire car les sanctions vis à vis des agresseurs ou harceleurs souvent ne sont pas dissuasives.
Bonjour,

La vie n'est pas un long fleuve tranquille. En groupe les gamins peuvent être d'une méchanceté incroyable.

Cordialement.
Avatar du membre
par katou
#4555173
zenon a écrit :
08 nov. 2018, 23:40
Bonjour,

La vie n'est pas un long fleuve tranquille. En groupe les gamins peuvent être d'une méchanceté incroyable.

Cordialement.
Oui. Le problème est que les adultes laissant faire bien souvent ne veulent pas voir que la souffrance de l'enfant battu, harcelé, peut mener au suicide, on commence seulement à vraiment ouvrir les yeux. D'autres jeunes harcelés comme aux USA souvent décident de se suicider en tuant ceux qui les ont fait souffrir.
L'école ne doit pas être la jungle avec la loi du plus fort de gangs mais un lieu où l'on suit des études. Or, il semble être de bon ton de penser qu'il faut que les enfants apprennent à se défendre car la vie n'est pas un long fleuve tranquille. En résumé on veut faire des enfants des adultes avant l'âge.
Avatar du membre
par Merl1
#4555181
“J’ai été professeur. J’ai eu affaire très souvent dans ma vie à des enfants qui étaient harcelés, mais aussi à des élèves harceleurs. C’est donc un problème que je connais“.

“Je voudrais aussi qu’à l’école, il y ait déjà un apprentissage de la bienveillance, parce que chez les petits ce n’est pas sur Internet que ça se passe. Parfois, les harceleurs ne se rendent pas toujours compte qu’ils le sont. On peut l’être à son insu, pour rire… Donc il faut véritablement qu’il y ait une information”.


Brigitte Macron

[smilie=icon_smile068.gif]

https://www.rtl.fr/actu/politique/brigi ... 7795477609
Avatar du membre
par Raphaëlle
#4555187
APB a écrit :
08 nov. 2018, 23:39
Raphaëlle a écrit :
08 nov. 2018, 23:24
Absolument craquant ce petit garçon. Peut-être que la vérité est plus nuancée, moins télégénique.

Combien de fois la mère a t-elle filmée la scène pour avoir l'émotion maximum ? est-ce que les mots du petit garçon étaient spontanés ?

https://www.bfmtv.com/police-justice/vi ... 62157.html
Une vidéo publiée sur les réseaux sociaux montrant un petit garçon parler de sa souffrance à cause du harcèlement dont il se dit victime à l'école a été vue des milliers de fois. Sans nier le mal-être de cet enfant, des éléments troubles apparaissent dans l'enquête, notamment concernant le profil de la mère.
"J'ai envie de rejoindre le Bon Dieu, de mourir". Les mots sont insoutenables, d'autant plus que ce sont ceux d'un petit garçon de sept ans. Depuis quelques heures, une vidéo est devenue virale sur les réseaux sociaux. En sanglots, face à la caméra, Charlie raconte comment, depuis un an, il est "harcelé" par un camarade de sa classe. "Depuis l'année dernière, j'ai un petit garçon qui me tape tout le temps. Et aujourd'hui, c'est mon petit frère qu'il tape", confie-t-il, avant de craquer en lançant: "Je veux rejoindre le Bon Dieu pour toujours, j'ai envie".

La maman de Charlie a déposé une plainte le 21 octobre dernier pour dénoncer les faits. Selon nos informations, elle porte sur quatre ou cinq scènes de violence depuis le mois de septembre 2017, et un épisode particulier pendant lequel l'enfant mis en cause a mis une boule de neige dans le cartable du petit Charlie. Direction et enseignants de l'école privée de l'Aisne dans laquelle les deux petits garçons sont scolarisés ont été entendus. Tout comme l'enfant accusé de "harcèlement", qui a été interrogé ce jeudi matin par les gendarmes en présence de ses parents.

Vers un classement sans suite
Au terme de ces auditions, l'enquête se dirige vers un classement sans suite, car très peu de faits dénoncés sont avérés. Seul l'épisode de la boule de neige a été constaté. Le petit garçon mis en cause a d'ailleurs été puni par l'équipe enseignante et par ses parents, alors que l'inimitié entre les deux enfants, tous deux âgés de sept ans, est connue de tous et que les "chamailleries" entre eux deux sont récurrentes. Les faits ne sont pas caractéristiques du harcèlement, indique une source judiciaire qui, sans nier le mal-être du petit Charlie, rappelle la différence entre le ressenti et la réalité judiciaire.

Par ailleurs, plusieurs zones troubles persistent dans cette affaire, et l'opportunité de la publication de cette vidéo interroge. Filmée par la mère, elle a été mise en ligne par la soeur de Charlie le lendemain du dépôt de la plainte. La mère explique à L'Obs que la diffusion de ce témoignage était "le dernier recours" pour elle face à la souffrance de son fils. Aujourd'hui, elle serait aujourd'hui dépassée par la médiatisation. Qualifiée d'instable psychologiquement, cette dernière est en conflit depuis quelques temps avec la famille du petit garçon accusé de harcèlement. Les enquêteurs n'excluent pas l'hypothèse d'une volonté de vengeance de la mère de Charlie.
C'est tout à fait possible aussi !

Mais il vaut mieux se tromper au bénéfice de l'enfant, par surcroît de prudence, ne serait que par sécurité pour l'enfant, quitte à se rendre compte après que c'était faux.
Les larmes de l'enfant sont réelles. Il est sous pression. Mais il ne faut pas oublier que c'est sa mère qui a fait cette video très émouvante. Or les deux familles sont en conflit. Dans quelle mesure utilise t-elle son enfant pour régler ses comptes ?
Les mots de l'enfant sont troublants. Un enfant harcelé est un enfant honteux, qui a du mal à parler. Il ne dira pas qu'il veut se retrouver dans les nuages.
De plus, quand tu vois la photo où il tient la pancarte "merci tweeter" il a plutôt l'air d'un enfant épanoui. Tu remarqueras qu'on est aussi dans la mise en scène.

Il s'agit de comprendre ce qu'il en est vraiment de la situation conflictuelle entre les deux enfants, entre les deux familles. S'agit-il de harcèlement ou d'une banale inimitié entre deux gamins avec bagarre et noms d'oiseaux répétés.
Et c'est justement là qu'il faut être très prudent. Parce que prendre systématiquement parti pour le petit garçon mis en scène par sa mère, c'est aussi désigné l'autre comme le bourreau, le méchant, la salaud. Et là, c'est "l'autre" qui est alors stigmatisé et détruit.
Notre première réaction est de nous mettre immédiatement du côté de ce petit garçon qu'on a tous envie de consoler (moi j'ai du verser deux ou trois larmes en entendant sa voix ce matin chez Bourdin). Mais il faut dépasser cette réaction et tenter de démêler la situation. Ce que font les enquêteurs. Raison pour laquelle les journalistes sont, ce soir, plus prudents.

Toujours se méfier de ce qui est trop télégénique, noir ou blanc. La vie est souvent un dégradé de gris.

Tu remarqueras qu'il prend bien soin de donner le nom du petit garçon pour que tout le collège et tous les proches de sa famille puissent le reconnaitre. Tu vois nettement l'empreinte de la mère dans cette "manoeuvre".
Avatar du membre
par katou
#4555193
Merl1 a écrit :
09 nov. 2018, 00:10
“J’ai été professeur. J’ai eu affaire très souvent dans ma vie à des enfants qui étaient harcelés, mais aussi à des élèves harceleurs. C’est donc un problème que je connais“.

“Je voudrais aussi qu’à l’école, il y ait déjà un apprentissage de la bienveillance, parce que chez les petits ce n’est pas sur Internet que ça se passe. Parfois, les harceleurs ne se rendent pas toujours compte qu’ils le sont. On peut l’être à son insu, pour rire… Donc il faut véritablement qu’il y ait une information”.


Brigitte Macron

[smilie=icon_smile068.gif]

https://www.rtl.fr/actu/politique/brigi ... 7795477609
Qu'a-t-elle fait pour que cela cesse quand elle était prof ?
Avatar du membre
par Merl1
#4555198
katou a écrit :
09 nov. 2018, 00:43
Merl1 a écrit :
09 nov. 2018, 00:10
“J’ai été professeur. J’ai eu affaire très souvent dans ma vie à des enfants qui étaient harcelés, mais aussi à des élèves harceleurs. C’est donc un problème que je connais“.

“Je voudrais aussi qu’à l’école, il y ait déjà un apprentissage de la bienveillance, parce que chez les petits ce n’est pas sur Internet que ça se passe. Parfois, les harceleurs ne se rendent pas toujours compte qu’ils le sont. On peut l’être à son insu, pour rire… Donc il faut véritablement qu’il y ait une information”.


Brigitte Macron

[smilie=icon_smile068.gif]

https://www.rtl.fr/actu/politique/brigi ... 7795477609
Qu'a-t-elle fait pour que cela cesse quand elle était prof ?
Elle a été victime d'harcèlement de la part de Manu. [smilie=icon_mrgreen.gif]
par Amb
#4555211
L'éducation nationale et l'état français de façon plus générale ne sont même pas capables de régler les problèmes de violences sur les professeurs ou l'encadrement.
Alors penser que ces trous du cul puissent affronter une problématique aussi subtile que le harcèlement relève du fantasme.

Comme d'habitude en France, va y avoir 50 hauts fonx qui vont bosser sur un rapport, une loi va être pondue, rien ne sera appliqué. Ce qui n'empêchera pas les politiques de fanfaronner sur leur action bienfaisante, reportage de France Télévision à l'appui.
Haaa!!! a/ont remercié ça

Un rein te fait pisser de rire.

bon, je te laisse le massacrer alors... (entre no[…]

Notre dame de Paris en feu!

Cemab, La cathédrale a ét&eac[…]

Soral a (presque) toujours raison

Je n'aime pas Soral et je ne partage ni ses th[…]