Le plus important forum indépendant de discussions politiques. Commentez l'actualité, participez aux débats sur les réformes et les lois.

Discutez de l'Éducation Nationale, de l'Éducation et de l'École en général, etc.

Modérateur : Équipe de modération

#4304189
http://www.bvoltaire.fr/baccalaureat-co ... bcc2e8221b
La période des corrections s’achève pour les correcteurs du baccalauréat. L’un d’eux a posté sur Facebook un texte qui a fait parler de lui sur la Toile. Dans ce post, elle se désole de l’affligeante médiocrité de la grande majorité des copies :

« Dans 90 % des cas les méthodes ne sont pas appliquées, les réponses ne sont pas trouvées, les textes ne sont pas compris, les outils d’analyse ne sont pas connus, pas utilisés, l’expression est déplorable avec beaucoup de phrases sans verbe, l’orthographe est un lointain souvenir d’une autre époque, les majuscules… un soldat inconnu. »
Pourtant, la hiérarchie (les inspecteurs pédagogiques) exige que chaque paquet ait une moyenne de 10. Quitte à remonter d’office les notes. Notre confrère se demande à quoi bon, alors, non seulement passer du temps à corriger mais aussi à enseigner, à tenter de transmettre une culture durant l’année.

Le constat de ce professeur n’est pas isolé. Même dans les matières scientifiques, même dans les filières générales, l’absence de maîtrise du français pose des problèmes. D’autres qu’elles l’ont écrit. La différence, c’est qu’elle annonce qu’elle refuse de jouer ce jeu du mensonge :


« Alors je fais mon choix. Je ne joue pas.
Je ne cautionne pas. Je choisis de mettre les notes que ces malheureuses copies valent. Vous distribuerez vous-mêmes, en haut lieu, les notes qui arrangent votre politique. »

Depuis l'enfance, une partie des parents exige qu'on ne traumatise pas leurs génies en leur mettant des notes insuffisantes! ça va avec une éducation laxiste où c'est toujours de la faute de "l'autre" quand on a un problème, où l'on empêche l'enfant de se structurer face à un père qui ne sait pas dire NON!
Ils veulent tous avoir un bac général!! le bac S étant le saint graal "qui ouvre toutes les portes", sauf qu'ils oublient de dire que sans mention B ou TB ils n'entrent pas dans les grandes écoles ou les prépas.
Les socialistes et leur nivellement égalitaire à la con ont donné à ces gosses l'illusion qu'ils pouvaient tout avoir "parce qu'ils y avaient droit!!" .
On se retrouve donc avec des hordes d'étudiants en fac qui vont grossir les rangs des inadaptés à l'emploi. Une grande partie échoue la 1° année et la véritable sélection se joue là!
#4308263
allmen67 a écrit :
11 juil. 2017, 18:39
Taux de réussite cette année: 87,9%
Quasiment comme l'année dernière.
comme il y a des admissions éventuellement en dessous des notes limites, si le dossier est bon, c'est assez facile d'atteindre les objectifs de réussite que l'on souhaite
du moins c'était déjà comme ça à mon époque
#4308791
Lorsque mon fils a voulu faire apprentissage en plomberie, au collège, les collègues m'ont dit: toi, un enseignante tu fais faire un apprentissage à ton fils?

Selon eux, c'était une honte!! Ils ont tous envoyé leurs gosses en bac général!! pour la moitié d'entre eux, les résultats n'ont pas été à la hauteur de leurs espérances! .. combien de futurs avocats se sont retrouvés caissiers à Hyper U, combien de futurs profs de sports ont été virés dès la 1° année ou simplement refusé à la fac de sport, combien de bacheliers S ne comprennent pas qu'ils ne soient pas acceptés dans les classes prépas parce qu'ils n'ont pas une mention TB. On fait vivre nos élèves dans une illusion destructrice! Quand ils sont enfin confrontés à la réalité, ils tombent de haut!
#4308839
Le choix de l'orientation ne doit pas être fait par les parents. Les conseils sont toujours important, mais au final, il s'agit de la vie de l'élève, c'est donc à lui de faire des choix.
On voit tellement d'élèves en S, qui ne savent pas ce qu'il font ici, juste parce que leur parents les ont envoyé là. Tellement d'élève en médecine, parce que papa est médecin et qu'il veut avoir un fils médecin lui aussi ...

Si ton fils veut être plombier, qu'il soit plombier. Pourquoi est ce que les gens devraient donner leurs avis ; c'est pas leur vie, alors qu'ils laissent les gens faire ceux qui leur plait.

Ca m'énerve cette sorte de "recherche de l'élite" dans notre système éducatif. Il faut toujours aller en bac général, parce que sinon t'es nul. Il faut prendre les meilleures prépas, pour ensuite aller dans les écoles les plus réputées, parce que sinon t'es nul ...
Qu'on laisse les gens tranquilles et aller où ils veulent.
#4308844
Christianne a écrit :
13 juil. 2017, 12:05
Lorsque mon fils a voulu faire apprentissage en plomberie, au collège, les collègues m'ont dit: toi, un enseignante tu fais faire un apprentissage à ton fils?

Selon eux, c'était une honte!! Ils ont tous envoyé leurs gosses en bac général!! pour la moitié d'entre eux, les résultats n'ont pas été à la hauteur de leurs espérances! .. combien de futurs avocats se sont retrouvés caissiers à Hyper U, combien de futurs profs de sports ont été virés dès la 1° année ou simplement refusé à la fac de sport, combien de bacheliers S ne comprennent pas qu'ils ne soient pas acceptés dans les classes prépas parce qu'ils n'ont pas une mention TB. On fait vivre nos élèves dans une illusion destructrice! Quand ils sont enfin confrontés à la réalité, ils tombent de haut!
Perso, en tant qu'enseignant, j'ai toujours laissé le libre choix de l'orientation post-troisième.
Tu veux un apprentissage, pas de problème... si c'est mûrement réfléchi. Par contre, n'oublions pas qu'un quart des contrats d'apprentissage sont résiliés avant 3 mois et que statistiquement le risque de chômage dans le temps décroît avec des qualifications post-bac. Une donnée souvent oubliée.
#4308936
allmen67 a écrit :
13 juil. 2017, 15:04
Christianne a écrit :
13 juil. 2017, 12:05
Lorsque mon fils a voulu faire apprentissage en plomberie, au collège, les collègues m'ont dit: toi, un enseignante tu fais faire un apprentissage à ton fils?

Selon eux, c'était une honte!! Ils ont tous envoyé leurs gosses en bac général!! pour la moitié d'entre eux, les résultats n'ont pas été à la hauteur de leurs espérances! .. combien de futurs avocats se sont retrouvés caissiers à Hyper U, combien de futurs profs de sports ont été virés dès la 1° année ou simplement refusé à la fac de sport, combien de bacheliers S ne comprennent pas qu'ils ne soient pas acceptés dans les classes prépas parce qu'ils n'ont pas une mention TB. On fait vivre nos élèves dans une illusion destructrice! Quand ils sont enfin confrontés à la réalité, ils tombent de haut!
Perso, en tant qu'enseignant, j'ai toujours laissé le libre choix de l'orientation post-troisième.
Tu veux un apprentissage, pas de problème... si c'est mûrement réfléchi. Par contre, n'oublions pas qu'un quart des contrats d'apprentissage sont résiliés avant 3 mois et que statistiquement le risque de chômage dans le temps décroît avec des qualifications post-bac. Une donnée souvent oubliée.
Les contrats d'apprentissage sont résiliés rapidement lorsque c'était un choix par défaut! certains gamins ne sont pas habitués à "obéir" et dans une entreprise ou sur un chantier, on en a rien à faire des états d'âme du chérubin gâté par les parents! Mon fils en a bavé au début car on ne lui faisait pas de cadeau mais ça lui a forgé le caractère. Si les parents les plaignent parce que c'est dur, évidemment, les gosses ne restent pas longtemps surtout s'ils ne sont pas passionnés.
#4309014
la filière STAPS ( sport) de plus en plus saturée. Il n'y a aucun débouché, mais on continue à gonfler les effectifs étudiants .
la 1ere année en médecine, avant concours est également saturée. Il y a plus de redoublants en 1ere année que de places en 2è année

Certaines classes de BTS ( je citerai en exemple BTS agro alimentaire-viande) sont en sous effectifs ( 12 à 18 étudiants par section, dans mon lycée agricole), alors qu'il y a 3 postes de travail par étudiant à la sortie .
C'est une autre façon de faire de la charcuterie ou de modeler les muscles que le sport et la medecine, mais là , on manque de candidats .
#4309150
agri-info-intox a écrit :
14 juil. 2017, 13:17
la filière STAPS ( sport) de plus en plus saturée. Il n'y a aucun débouché, mais on continue à gonfler les effectifs étudiants .
la 1ere année en médecine, avant concours est également saturée. Il y a plus de redoublants en 1ere année que de places en 2è année

Certaines classes de BTS ( je citerai en exemple BTS agro alimentaire-viande) sont en sous effectifs ( 12 à 18 étudiants par section, dans mon lycée agricole), alors qu'il y a 3 postes de travail par étudiant à la sortie .
C'est une autre façon de faire de la charcuterie ou de modeler les muscles que le sport et la medecine, mais là , on manque de candidats .
rajoute psycho et sociologie!! les candidats à l'entrée ds ces filières le savent mais ils tentent le coup!

La chaudronnerie de haute technologie manquent de techniciens supérieurs! ils sont embauchés avant même d'avoir leur BTS, repérés dans les entreprises où ils font leurs stages!
#4309248
Admission post-bac : 87.000 bacheliers toujours en attente d'affectation à l'université
http://www.leparisien.fr/societe/admiss ... 135284.php
____________________________________________________

80 % de jeunes ont réellement un niveau bac ? ;) Je crois que la sélection doit intervenir beaucoup plus tôt , que donner le bac à tout le monde. En plus Il y a autour de 179000 étrangers dans nos facs, alors c'est normal que nos candidats n'ont pas de places. ;) http://www.letudiant.fr/educpros/enquet ... aphie.html
#4309289
themis_301 a écrit :
15 juil. 2017, 10:05
Admission post-bac : 87.000 bacheliers toujours en attente d'affectation à l'université
http://www.leparisien.fr/societe/admiss ... 135284.php
____________________________________________________

80 % de jeunes ont réellement un niveau bac ? ;) Je crois que la sélection doit intervenir beaucoup plus tôt , que donner le bac à tout le monde. En plus Il y a autour de 179000 étrangers dans nos facs, alors c'est normal que nos candidats n'ont pas de places. ;) http://www.letudiant.fr/educpros/enquet ... aphie.html
c'est pour le rayonnement de la France. les étudiants étrangers (surtout africains) sont sensés retourner dans leur pays pour faire bénéficier leurs compatriotes de leurs connaissances en particulier médicales. Au lieu de ça, ils restent en France. Pendant ce temps on leur envoie médecins sans frontières
j'ai entendu ce matin qu'il y avait plus de 80 000 bacheliers sans affectation!
#4309317
les étrangers sont rarement en 1ère année, mais plutôt après la licence .
On est sur du conjoncturel, pour encore 4 ans avec une classe d'age trop nombreuse ( les bébés an 2000) . Ensuite çà ira mieux .

On conjugue un bac donné trop facilement et une entrée libre en fac, y compris pour les bac pro . Ainsi, on peut s'inscrire en fac de médecine avec un bac réparation automobile . [smilie=011.gif] Mais idéologiquement, au nom de la non selection à l'entrée en université , on ferme les yeux sur cette anomalie

Inversement la France ne forme pas assez d'ingénieurs , car là, la selection est rigoureuse sur concours (proportionnellement moitié moins de nouveaux ingénieurs qu'en Chine ou en Inde)
#4309412
Faudrait voir les résultats avec un bac branlette-QCM comme ailleurs.
#4309442
agri-info-intox a écrit :
15 juin 2017, 20:38
le problème ce n'est pas 100 000 bacheliers de trop .
le problème c'est le droit à 100 000 jeunes de 18/19 ans d'entrer dans des filières d'études supérieures, alors qu'ils n'en ont absolument pas le niveau et que les établissement sont saturés, au point d'instituer des tirages au sort pour les inscriptions.
Ce sont deux problèmes différents : ça bouchonne à l'entrée du supérieur et on voit ce qu'il en est du bordel sans nom de Admission post-bac ces jours-ci. Il y a "trop" de bacheliers parce que l'on n'a pas de place, tous les établissements sont blindés. Comment Macron va-t-il résoudre le problème sans que ça coûte (alors qu'il veut économiser partout), y a question.

Mais en un autre sens, il n'y a pas "trop" de bacheliers. Notre problème, ce n'est pas l'absence d'ouvriers, on en a trop et on les vire pour filer leur boulot aux Polonais ou aux Tchèques. Ce dont on manque, c'est d'ingénieurs, d'informaticiens, de métier dits à haute valeur ajoutée, et qui doivent bien avoir leur bac, pour commencer. D'où la politique, démarrée dès les années 80 (par Chevènement, je rappelle) de pousser tout le monde au bac et aux études supérieures.

Je viens de lire un interview du juge Lambert. Il […]

Justifié ? A part le cas deux qui n'e[…]

Israël-Palestine : 1967 - 2007

Séance à l' Unesco: Israel dans le r[…]

Si je lirais tous leurs articles C'est le F[…]